Mon premier plein d’essence m’a couté 4,5€..Non non, vous ne rêvez pas ! Je ne suis ni aux USA, ni au Brésil mais au Nigeria..Je prends mieux la mesure du montant des taxes qui est appliqué sur le prix de l’essence en France ! Revers de la médaille, tout le monde ici a sa moto ou sa voiture et le pays est totalement engorgé !

Ce matin Franck et moi traversons la frontière entre le Bénin et le Nigéria.1h30 à remplir des papiers et à vider les motos..Tout de suite nous somme confronté à la circulation locale. La traversée des villes est un véritable enfer. Ici pas question de distance de sécurité, tout le monde se faufile, force le passage, klaxonne.

nigeria

Lorsque l’horizon s’éclaircit la route n’en est pas moins empruntée. C’est des dizaines de camions qui slaloment entre les troues. Nous nous frayons un chemin : épuisant ! Nous décidons de quitter les grands axes pour de petites jaunes. Le goudron devient rares et les trous de plus en plus profonds. C’est l’occasion pour moi de planter de gros freinages pour les éviter. Je connaissais le système ABS sur d’autres motos, mais avec celle-ci, je découvre le couplage de frein avant arrière. Je me régale !! L’efficacité est tout simplement bleuffante ! Je sens la pédale s’enfoncer alors que j’actionne uniquement levier. Je me prends au jeu, dans la poussière, sur le gravier, je pousse l’électronique de plus en plus à bout jusqu’au moment ou l’abs entre en jeux..Impressionnant ! Avec des pneus plus adaptés à ces surfaces je n’ose imaginer les distances de freinages.

inselberg

Je me calme en profitant des paysage splendides. Dans la jungle, les inselbergs se succèdent, c’est tout simplement magnifique ! Une petite pause café au lait-omelette à une échoppe nous permet d’echanger avec les Nigerians. C’est d’abord les motos qui sont prises d’assaut, des dizaines de personnes les regardent font leur commentaires.

avant

apres

Puis c’est à notre tour, une foule dense nous encercle, Souvent une personne s’avance et parle avec nous. D’où venons nous ? Depuis combien de jours sommes nous partis ? Pas d’agressivité, ces entrevues se terminent souvent pas un « Take care » ou un « God bless you ».

Loin des échos alarmistes des médias..

Le voyage continue..