Assis à la Clim dans un Fastfood, je somnole à moitié en ingurgitant Burger et frites, le tout arrosé de soda pour achever de boucher mes artères :) La matinée a été rude, je viens de traverser la vallée de la mort et le mercure est monté jusqu’à 51°C. A cette température là, l’organisme se met en veille et seules les fonctions indispensables sont maintenues : autant vous dire que mon cerveau végète ! Je jette un œil à la T, impossible de lui trouver de l’ombre, la pauvrette continue à cuire sous le soleil.

Une claque sur l’épaule me sort de ma léthargie, avec 2m et bien 130 kg, une véritable montagne me fait face : « I’m Gary how are you ? C’est à toi la moto devant ? Wow Man.. J’ai vu ton parcours sur une des caisses de la moto, ce que tu fais est fantastique. » L’homme s’assoie, les questions fusent : sur la moto, sur le budget et le moyen orient qui l’intrigue ns » Après une bonne vingtaine de minutes Gary me tend 20$ : les projets fous comme le tien méritent d’être soutenus, tu mangeras un bon steak à ma santé ! Pas vraiment habitué à ce genre de chose, je refuse son aide. Et si ma réponse semble l’étonner, pas rancunier pour deux sous, il me tend la main avant de filer. Quelques minutes plus tard, alors que je retrouve ma belle bleue, un corps étranger est venu se glisser dans ma sacoche de réservoir : les 20$ sont là ! Merci Gary, ce soir j’aurai un vrai repas grâce à toi !

Un de mes mécènes.

Dans chaque pays que j’ai pu traverser, la générosité s’est exprimée différemment : certains m’ont jeté des cailloux alors que d’autres m’ont logés où offert le couvert.. Aux USA, donner de l’argent pour soutenir mon projet est un acte totalement naturel et qui s’est reproduits à de nombreuses reprises : étonnant !

L’après midi, je m’élance sur les Free way..De mes précédents voyages dans le nouveau monde, j’avais gardé le souvenir de conducteurs très policés et soumis à la législation, il faut croire que tout change ! Aux Etats-Unis comme ailleurs, l’union fait la force et tout le monde dépasse allégrement le 75mph (120 km/h). Calé à 130 km/h je ne compte plus les véhicules qui me déboitent, pire, à cette allure touristique je me fais aspirer par les 35 tonnes qui roulent pied au plancher. Voir les remorques se dandiner au moindre coup de volant a tout de même quelque chose d’inquiétant. Sans parler des calandres des « pick-up » qui m’arrivent au niveau de la bulle..ici c’est comme ça ! Le motard nord américain dans cette jungle aime jouer les mauvais garçons ! Look de rebelle, roulant la plupart du temps en T-shirt et sans casque, je passe pour un cosmonaute avec mes équipements ! Un des rares que je croise avec un blouson (de cuir !) m’annonce en souriant qu’il prend trop de coup de soleil en t-shirt.. On est plutôt loin de notre vision hyper sécuritaire !

Las Vegas

En moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire Las Vegas surgie, irréaliste en plein milieu du désert. J’emprunte son fameux boulevard et je passe en quelques mètres des pyramides du Caire à la tour Eiffel pour finir à la place saint Marc..Je me demande pourquoi j’ai parcouru autant de kilomètres car tout était regroupé ici ;) Je me loge pour une bouchée de pain, car tous les hôtels sont aussi des casinos ! La ville a la tombé de la nuit se pare d’éclairages fabuleux, je tente ma chance sans grand succès et arrête juste avant de mettre les clés de la T en jeu ! D’autres sont dans un état de stress et d’hystérie impressionnants.



Hoover Dam

Après une courte nuit, je mets le cap vers celui sans qui cette ville fantastique ne pourrait exister : « The Hoover Dam », le barrage sur le fleuve Colorado qui permet à Las Vegas d’être approvisionnée en eau et électricité. L’œuvre est monumentale ! Il y a assez de béton dans l’édifice pour construire une autoroute entre Los Angeles et New York ! La grande pomme est justement l’objectif que je me suis fixé pour les prochaines semaines mais en attendant un peu de route 66 jusqu’à Chicago !

Route 66