Eh voilà, la barre fatidique des 100 000 km vient d’être passée ! Sur les pistes les plus dures de la planète, dans le sable et la boue, autant dire que ces milliers de kilomètres ont été tout sauf une promenade de santé ! Le voyage n’est pas fini, loin de là, mais un premier constat s’impose à moi : la Super T remplit son cahier des charges à merveille !

Egytpe

Qu’est-ce que je n’aurai pas lu et entendu sur cette machine ? Comme pour les 4x4 qui au fil des années se sont embourgeoisés et ont oublié le goût de la boue, les trails ont évolué. De nos jours ces machines avalent plus de trottoirs Parisiens que de pistes africaines. Alors en ces temps de répression accrue ou l’on ne cesse paradoxalement de courir après des machines de plus en plus performantes, la T a été plutôt mal reçue par les medias, c’est un fait !

Il est vrai que la T n’est pas la plus véloce et l’ennemie jurée de tout temps, la 1200gs fera mieux sur les petites routes..Ok en toute objectivité, je me dois de le reconnaitre ! Mais au final, combien de BM j’ai croisées hors Europe ? Pas beaucoup ! Et combien étaient en fonctionnement ?? Encore moins !! La faute à des problèmes de boite et de cardan sur les vieux modèles mais aussi à une électronique qui résiste mal à l’humidité, à la boue. Sans parler du système d’autodiagnostic propre à BM qui nécessite le transport d’une valise électronique sur les modèles récents. Les gens qui partent sur de longues périodes ne s’y trompent pas et je laisse les sceptiques visiter des sites comme « horizons unlimited » où « advrider » pour avoir quelques témoignages sur l’endurance hors Europe de la marque à l’Hélice : édifiant !

Bourbier

Et la mienne me direz-vous ? Elle regorge aussi de puces intelligentes et comme me l’a si bien dit Vincent mon mécano : tu n’auras aucun souci d’électronique avec cette machine !! Et il avait raison !! Je ne sais pas comment se débrouillent les Japonais (certainement l’expérience) mais sur 100 000 km j’ai du m’arrêter une seule fois, le témoin d’Abs s’allumant inopinément. J’avais amassé une telle quantité de terre sous le garde boue avant que la roue se bloquait par moment. Qu’à cela ne tienne, les deux doigts appuyés sur le tableau de bord de ma machine, je me suis promené dans le système d’autodiagnostic du tableau de bord pour effacer l’erreur de l’Abs, et hop me voilà reparti !!

Ah et puis, je n’ai pu m’empêcher de sourire en regardant les stages de pilotage proposés pour ces gros jouets..Voir tous ces Pro passer en force dans du sable avec des machines de 250 kg m’a fait rêver et je respecte totalement leur capacité de pilotage..Mais ne nous leurrons pas ! Premièrement ce pilotage extrême nécessite une capacité physique hors du commun et à moins d’être chargé comme un coureur du tour de France, il vous sera difficile d’emmener votre machine et ses bagages plus de 3 jours à ce rythme. D’autre part, à moins d’avoir un camion d’assistance rempli de pièces, ces machines ne sont pas faites pour encaisser de telles contraintes sur le long terme. On oublie un peu rapidement que tous les soirs, les bolides du Dakar sont refaits de fond en comble pour encaisser un jour de course supplémentaire!

Cameroun

Toute proportion gardée donc, en tout terrain, les rares KTM que j’ai pu rencontrer étaient devant moi, et loin ! Mais combien de pompes à essence cassées sans compter le satané joint entre l’huile et le liquide de refroidissement qui lorsqu’il fatigue entraine un mélange pas très catholique pour le moteur ! Sur la T j’ai eu le même souci, sauf que chef Yam, la moto est un peu plus lourde, le carter moteur un peu plus gros et qu’on y a inséré un système de mise à l’air et de double joint qui évite ce risque de mélange !! Pour faire simple j’ai traversé tout l’Outback Australien en rajoutant simplement de l’huile tous les soirs et j’ai fait ma mécanique à la première grande ville venue !! Vous comprenez comment on gagne quelques grammes chez certains constructeurs ??

Si toutes les machines ont leurs points faibles à surveiller, je suis persuadé que certaines en ont moins que d’autres et par souci d’objectivité j’ai mis la liste des interventions que j’ai effectuées sur ma machine sur mon site internet. Pour faire bref, les deux soucis que j’ai rencontrés et résolus sur ma T sont les suivants : les bobines d’allumage type crayons nécessitent d’être étanchéifiées avec un joint hautes températures afin que l’humidité ne s’y infiltre pas et ne rouille les électrodes. Autre micro souci, les vibrations ont endommagé les cosses qui alimentent les ampoules de phare..Ma foi j’ai refait les gaines et ça fonctionne !

Desert Argentine

Dernier point qui a son importance pour tous ceux qui désirent se lancer dans un tel voyage : pour rien au monde je ne partirai sur une machine à carbu ! L’injection est fiable ! Pour avoir abreuvé ma T de 89 coupé à l’eau jusqu’au 98, je dois vous avouer que ma moto s’est adaptée à tous les types de carburants sans broncher là où les carbus perdent en puissance et nécessitent des réglages pour les optimiser..

Voila, des motos pour voyager, j’en ai essayé beaucoup ! Des déboires et des casses j’en ai accumulés, alors pour une fois que je trouve une bonne machine, il me fallait vous en faire part !

Ps : je n’ai pas touché d’argent pour cet article :-)