Finalement, si je réfléchis bien, mis à part quelques pannes pour pimenter le voyage, je n'ai pas eu un seul palu, pas une seule infection intestinale ni bactérienne, même pas un petit accident de la route. Je n'ai toujours pas écrasé mes pieds de tongue rider sur un caillou de piste mal placé. Je sais pourtant qu'une prudence élémentaire exigerait de rouler avec des énormes bottes de motocross, mais je reste persuadé que rouler lentement et sous protégé c'est moins dangereux que foncer tout équipé; c'est sans doute pour ça que je serai toujours mauvais dans le sable mais bon, c'est promis, à l'étape suivante, si on passe par les dunes et qu'il faut foutre les gaz, je me chausserai avec un peu plus de rigueur.salut-tibet Quant aux amibes farceuses, de ce côté-là, je n'ai aucune inquiétude, le fantôme de Tibet ne sera jamais loin pour surveiller mes activités aux chiottes!