stefen fait du feuComme il faut bien s’occuper un peu et que Stephen voit un petit bout de désert nous sommes allés faire un tour au sud de l’Aïr, pas loin, juste à une quarantaine de bornes, mais on a pu dormir sans attaque de moustique, dans le sable d’un oued, en regardant les étoiles. Yannick est resté chez Balal parce que l’air sec, la poussière et les lentilles de contact ça ne fait pas bon ménage et parfois ça finit en conjonctivite. Le matin, on s’est un peu ensablé pour sortir de l’oued, un peu baladé dans les collines caillouteuses et j’ai un peu crevé de l’avant juste à côté du contrôle militaire où j’ai laissé la bécane pour revenir réparer en ville et prendre des nouvelles . La transition gouvernementale s’installe et les frontières sont toujours fermées mais il paraît que demain tout va se régler, il paraît que demain, je vais rentrer en avion. J’ai encore un peu de mal à m’y faire à cette idée, d’ailleurs j’attends toujours la confirmation . Toutes ces galères mécaniques pour devoir capituler quand la bécane ronronne enfin, c’est vraiment trop injuste mais c’est comme ça. Était-il écrit que ma bécane resterait encore sur le sol Africain et que je reviendrais encore un hiver de plus ? Je saurai ça demain matin…allongé dans l'oued