Au nord d’Agadez il y a les montagnes de l’Aïr toujours fermées à la circulation après trois ans d’une rébellion Touareg qui a bien miné les pistes, à l’Est il y a le Ténéré, océan de dunes escarpées et à l’Ouest l’ancienne piste de Tamanrasset devenue presque entièrement une belle route goudronnée…Hier soir nous en étions encore à discuter avec Balal , celui qui connaît toutes les routes du désert. Nous avions cherché l’itinéraire le mieux adapté à notre philosophie du voyage, mais qui éviterait quand même un peu les emmerdements, les militaires ou d’autres inconvénients à la mode dans le coin genre kidnapping ou banditisme.consultation de carte à Agadez On élimine les zones minées parce qu’on tient à la vie, les dunes infinies parce qu’on tient à nos motos et la route goudronnée parce qu’on tient à ne pas se faire chier, parce que j’y suis déjà passé et parce que raquer un guide pour une route goudronnée c’est comme payer pour rester chez soi, c’est nul ! Alors on cherche un parcours qui surferait entre les trois options, on rêve devant la carte déployée; ça commence toujours comme ça un voyage, mais c’est mieux quand ça va plus loin . Depuis hier Balal a entendu parler d’un opération militaire algérienne qui risquerait de bien compliquer toute envie de sortir de la carte déployée…On se pose chez lui, Benoît retourne à Zinder et, à nouveau, une certaine attente s’installe…