marché TofoPraya do Tofo est un endroit bizarre où se côtoient deux mondes bien différents. D’un côté celui des pêcheurs Mozambicains et celui beaucoup plus cosmopolite des chercheurs océanographes, des touristes et de ceux qui en vivent. Retraités de l’ONU canadiens, Chercheurs américains, surfeurs australiens, plongeurs italiens, français, Anglais, sud-africains, chanteuse espagnole, bistrotier israélien, restaurateur belge…je crois que j’en passe mais y’a déjà de quoi se faire une idée. Tout ce petit monde a réussi à s’entendre pour que la vérole touristique ne vienne pas tout pourrir au pays du shark whale, le poisson géant qui ne veut jamais se montrer. Quand on s’y prend dès le début, on en évite de l’irréversible. Sous l’égide du très crédible retraité de l’ONU Québécois, une association fut créée pour nettoyer les plages, ramasser les poubelles, scolariser les mômes, protéger la baie et surtout impliquer au maximum les gens du pays dans tout ce développement si rapide. Maintenant, ici, il y a des moniteurs de plongées Mozambicains, une plage sans bouteilles en plastique et pas de loueur de quads. Bon c’est vrai, c’est assez étrange d’être au Mozambique et de n’entendre parler qu’une bouillie Anglaise où se mélangent l’accent de Johannesburg et les chuintements portugais, il a des mutations auxquelles il est difficile d’échapper et je sens déjà poindre l’ombre du grumeau.