Motomag.com

Les blogs de Moto magazine

Moto Tour 2008

Compte rendu journalier du Rallye Moto Tour 2008, classement, résultats, faits de course, parcours, itinéraire, horaires, spéciales, photos... Par Moto Magazine

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 7 octobre 2008

Un Supermotard dans le Top 10 au Moto Tour !

billet33-taurel.jpgRomain Taurel (Aprilia SXV N°291) vainqueur de la catégorie promotion, est la révélation de la 6e édition du Moto Tour. Après un début de semaine prudent, il a accélère le rythme au fur et à mesure des spéciales pour prendre la tête des promotion le vendredi 3 octobre, lors de l’étape Alès-Toulon. A 23 ans le grenoblois remporte sa catégorie avec plus de 52 secondes d’avance sur Cédric Delaunay (Triumph Daytona N°299), et réussit la performance d’être le seul pilote promotion dans les dix au général, à la 7e place. Entretien…

Romain quel est ton bilan après cette semaine de course ?

Je suis très satisfait du déroulement de la semaine. Je n’ai rencontré aucun problèmes avec la moto. Mis à part une crevaison. Et quelques surchauffes moteur dans Marseille lors de l’escorte policière qui nous à mené au port pour embarquer en Corse. Mon objectif au début de l’épreuve était de rentrer dans les dix en catégorie promotion, et finalement je gagne la catégorie promotion en terminant 7e au général.

Comment expliques tu que tu aies gagné la spéciale sur le circuit d’Alès avec une supermotard face à des sportives ?

Déjà je suis habitué à rouler sur circuit en supermotard. Ensuite, le circuit d’Alès étant très tortueux avec beaucoup de virages serrés, permet à une moto de supermotard de s’en sortir. Mis à part dans la ligne droite , où il m’est impossible de suivre les multi-cylindres comme la Triumph de Cédric Delaunay, sur les entrées de virages je pouvais faire la différence face à lui.

Comment as-tu fait pour suivre ton classement tout au long de l’épreuve, compte tenu des nombreux balbutiements de l’organisation sur leur publication ?

Je les consultais sur le site internet du Moto Tour tous les soirs. Concernant les dix premiers, les classements étaient à peu près exacts. Mais il est vrai qu’avec l’absence de classement général regroupant les expert et les promotions, j’étais obligé de faire mon classement moi même. Je m’arrêtais à la fin de chaque spéciale, pour demander le temps des premiers, puis attendais quelques passages de pilotes après moi pour voir leurs temps et pouvoir me situer. Le plus gros souci pour moi c’était plutôt sur les horaires de départ. On les avait très tard. Il m’est même arrivé de me coucher à minuit sans savoir à quelle heure partir le lendemain. C’est mon père qui veillait à ma place.

Quelle est la suite de la saison pour toi maintenant ?

Et bien la finale du championnat de France Supermotard à Cahors les 25 et 26 octobre 2008. Je suis engagé en catégorie 650 prestige. Depuis cette saison je suis pilote officiel Aprilia France. Actuellement je suis à la 9e place du championnat à six points de la 8e place. Il faut savoir d’ailleurs que ma moto sur ce Moto Tour est mon mulet du championnat de France. Et puis concernant l’année prochaine, je devrais continuer le supermotard et revenir sur le Moto Tour, mais en catégorie Expert comme le règlement me l’autorise (les 10 premiers de la catégorie promotions doivent passer en expert l’année suivante).

Propos recueillis par R.Latope

le site de Romain Taurel

dimanche 5 octobre 2008

Denis Bouan sacré pour la 3e fois au Moto Tour.

BouanAvec l'avance qu'il avait sur ses adversaires, c'est sans réelle surprise, que Denis Bouan (Buell 1125 R N°3) a été sacré vainqueur de cette 6e édition du Moto Tour, après les victoires décrochées en 2006 et en 2007.

Même si le pilote parisien se fait coiffer au poteau lors de la spéciale de Corse du sud et la finale du Mt Faron, qu'il laisse à Philippe Donischal sur sa KTM supermoto (N°100).

Au final le français devance le belge Frédéric Lejeune de 1'0275, sur BMW HP2 sport (N°2). Tandis que Philippe Pinchedez, hisse sa Ducati Hypermotard sur la 3e marche du classement IRC, après les multiples péripéties dont il a été victime. Le Montpellierain termine à 2'94 du vainqueur. Contrat rempli donc, puisque l'on trouve 3 pilotes officiels aux trois premières places.

En ce qui concerne les promotions, le vainqueur de la catégorie est Romain Taurel sur son Aprilia SXV, suivi de Cédric Delaunay (Triumph Daytona N°299). Enfin la 3e place du podium de la catégorie « promotions » revient à Pascal Vincent sur KTM Superduke N°261.

La remise des prix et des Trophées, qui a eu lieu dimanche 5 octobre sur la plage du Mourillon, a été le reflet de ce qui c'est passé tout au long de ce Moto Tour : anarchique !

En effet, perdus dans leurs feuilles de chronos, les organisateurs ont appelé le vainqueur du jour en la personne de Denis Bouan, alors que c'était Philippe Donischal !! On a arrêté la remise des prix pour la recommencer un peu plus tard....dans l'ordre.

Mais personne, absolument personne (à part les 10 premiers de chaque catégorie) à pu comprendre comment les classements ont été établis. En promotions, Patrick M. s'est retrouvé 33e alors que la veille il était encore 16e....Alors qu'il avait pointé en temps et en heure.

Il a fallu qu'il fasse décrypter son transpondeur avant de voir sa bonne foi révélée et son classement réhabilité ! Des exemples comme celui de Patrick peuvent être multipliés par dizaines !

Lors de la remise des trophées, dont beaucoup de pilotes ne sont même pas présentés, on a pu sentir la gêne des organisateurs, surtout quand Jean Pierre Mougin, ex président de la FFM, a annoncé que le Moto Tour n'aurait pas l'agrément de la FIM comme championnat du Monde avant 2010 !

Et on le comprend !

Pour voir toutes les photos : honnoratphoto.com

Dans les annexes, le classement final : général, expert, promotion.

Christophe Boudier « porteur d'eau » pour Voxan

billet21-boudier.jpgA l'instar de Bruno Destoop, qui seconde Denis Bouan, Christophe Boudier, est lui aussi « porteur d'eau », mais pour Davy Gambino qui représente la marque Voxan.

Lui aussi roule sur une « Black Classic » prêtée par l'usine. Mais la bête est équipée avec des pots en inox, de marque TCS, un artisan du Gers.

« Ils font un très joli bruit, et on gagne 4 à 5 cv supplémentaires » confie cet ancien mécano retraité de l'Armée. Mais ce n'est pas cela qui motive notre homme. « Je suis porteur d'eau, pour Davy, car j'aime bien rendre service ».

Son rôle est d'assister son pilote chou-chou en lui portant (ou en le débarrassant) de ces vêtements de pluie, ou autre blouson. « Quand tu pars à 5H du matin, il te faut un blouson chaud, mais en pleine journée, tu l'enlèves et moi je le récupère à ce moment là ». (D'autant que les sacs à dos son désormais interdits au Moto Tour).

Il est là aussi à la sortie des spéciales, avec un peu d'eau, une bombe anti-crevaison et un peu d'essence en cas de problème. Comme quoi les seconds couteaux peuvent aussi avoir leur porteur d'eau.

Le site du Voxan Club de France

Le vainqueur de la spéciale d'Appietto-Alatta est ....d'Appietto-Alatta !

Rectificatif, le vainqueur de la spéciale « d'Appietto-Alatta » en Corse du Sud est un pilote local : Maxime Olivieri (N°650) qui ne disputait que cette épreuve. Parti avant dernier du peloton, il a remporté la spéciale sur son supermotard 690, avec 3 secondes d'avance sur Pinchedez.

Le contraire aurait été étonnant il possède sa maison dans la spéciale. Ce rectificatif fait suite à la publication des résultats officiels, 18H après l'épreuve. Cherchez l'erreur...

Cela ne change pas fondamentalement le fait que Philippe Pinchedez pointe 3e au classement IRC.

Moto Tour le retour de Pinchedez

billet29-pinchedez.jpgPhilippe Pinchedez a pris sa revanche, après le Xe loupé de la spéciale de nuit de Nevers, dans la spéciale d'Appietto-Alatta (Corse du Sud), en se montrant le plus rapide sur sa Ducati hypermotard. Il remporte cette spéciale très piégeuse devant Thomas Garcin un pilote local, (en lui collant 2 secondes!) et se hisse à la 3e place du classement provisoire.

Cet exploit est à souligner, puisqu'il souffre d'une clavicule cassée depuis une étape de liaison après Reims.Benjamin Colliaux (Kawasaki ZX10R N°6) qui menait, à la 3e place du classement IRC, devant le pilote officiel Ducati, échoue à la 18e place à 12 secondes du vainqueur de la spéciale : il lui sera très difficile de revenir lors de la spéciale du Mont Faron, sa Kawasaki n'aura pas la même agilité que l'hypermotard.

Denis Bouan (Buell 1125R) garde le leadership de la course,même s'il ne termine que 5e de la spéciale, talonné de près par Philippe Donischal sur sa KTM supermoto N°100.

Il est inutile d'aller chercher les chronos (notamment les promotions) de l'étape de Corse sur le site « officiel », puisque le responsable des chronos est parti samedi matin pour couvrir une course de Moto cross dans le nord de la France.

Au programme de dimanche 5 octobre :
Spéciale du mont Faron, premier départ à 10 h 49
Arrivée au village de Toulon :1er pilote à 11 h 48

Le site de Philippe Pinchedez

samedi 4 octobre 2008

Un leçon de courage de Tony le Corse

billet27-miniconi.jpgA 42 ans, Tony Miniconi fait son premier Moto Tour et son « premier rallye routier » sur une KTM 690 Duke N° 126.

En fait c'est un ami, de longue date, Gilles Salvador qui l'a poussé à s'inscrire à ce Moto Tour et qui l'ai aidé à préparer sa moto. En effet Tony est amputé de la jambe gauche, quasiment en dessous du bassin, suite à un accident de moto « le 16 octobre 1981 » précise-t-il.

Et depuis 21 ans, il roule au quotidien sur une 650 Dominator Honda, à Ajaccio son lieu de résidence. Pour la partie « sport » , sur circuit il utilise une GSX-R 750, mais uniquement « en entraînement ». En effet, pour des handicapés comme Tony, il est interdit de participer à des compétitions.

Au Moto Tour, le passage des vitesses se fait par une électro-vanne commandée au guidon par deux boutons : le vert pour monter les vitesses, le rouge pour les descendre.

Saluons au passage, l'effort des organisateurs du Moto Tour d'avoir accepté Tony dans cette compétition.

Les longues étapes ne semblent pas l'affecter plus que cela, notamment l'appui sur sa seule jambe valide durant les très longues étapes de liaison (entre 380 à 580 km/jour) « depuis 21 ans je me suis fait à cette situation ». Cela n'empêche pas Tony, de connaître le lot commun des motards : la gamelle, puisqu'il est tombé lors de la spéciale d'Orival. (Voir photo)

vendredi 3 octobre 2008

Voie royale pour Denis Bouan à deux jours de la fin du Moto Tour

billet28-colliaux.jpgDenis Bouan (Buell 1125 R) a dominé les deux spéciales du jour, en les remportant à la suite, malgré l'incroyable « loupé » de la spéciale d'Alès, qui soit dit en passant a commencé avec ½ H de retard.

Le pilote officiciel Buell compte 49 secondes d'avance sur son poursuivant immédiat : Frédéric Lejeune (BMW N°2).

La ou les surprises du jour viennent de la performance de deux pilotes de «  l'ombre » Thomas Garcin (Moto Morini N°131) et Benjamin Colliaux (Kawasaki ZX 10 R N°6) qui appartiennent tous les deux à la même équipe : le Zeos Team.

En effet ils signent tous les deux le 2e chrono de chaque spéciale, devant des pointures comme Philippe Donischal (à Ales) et F. Lejeune au Col de la Madeleine.

Selon les derniers chronos publiés (sans les pénalités) Benjamin Colliaux, qui a terminé 5e en catégorie expert en 2007, serait 3e devant Philippe Pinchedez le pilote officiel Ducati (N°22).

Les concurrents ont embarqué sur un ferry direction la Corse pour une liaison de 141 km (Ajaccio-Porto Vecchio) puis une spéciale : Apietto/Alatta (D 61) en Corse du Sud. Retour le dimanche matin pour la spéciale du Mont Faron, et l'on saura à ce moment là si les feuilles de chronos seront (enfin) définitives.

Moto Tour : 2 spéciales pour le prix d'une

Lors de la première spéciale du jeudi 2 octobre au matin, Denis Bouan (N°3) et Fredéric Lejeune (N°2) ont été obligés de recommencer leur spéciale, celle d'Ales en Haute Loire qui s'est disputée à 7H45.

En effet, au départ de la spéciale, des cônes ont été semble-t-il mal positionnés, par l'organisation, et les deux favoris n'ont pas abordés la spéciale par une chicane qui commandait le départ. (En fait ils ont pris un raccourci, sans le vouloir...à l'insu de leur plein gré quoi).

Résultat, Marc Fontan leur a proposé de refaire la spéciale, ce qui n'a semble-t-il pas troublé outre mesure Denis Bouan, qui a réalisé quasiment le même temps. Même si le leader au classement s'est lâché un peu, tout comme son camarade.

Par contre Frédéric Lejeune, a moins bien pris la chose et est entré dans une colère noire, après l'incident de la spéciale de Pevy, on peut comprendre que le pilote Belge soit à bout de nerfs. Un peu fébrile, et on le comprend, Frédéric Lejeune, a moins bien réussit sa 2e « spéciale ».

Moto Tour : ça râle sec chez Ducati !

billet25-pinchedez.jpgLa première série de l'épreuve de nuit de Nevers n'a pas fait que des heureux. En effet la manche nocturne qui opposait les ténors de la catégorie « Expert » a été « raccourcie » d'un tour puisque le préposé au drapeau à damiers a mis fin à la course après 4 tours seulement alors que la série en comptait cinq !

Si la domination de Denis Bouan (Buell 125R) n'est pas à remettre en cause, Philippe Pinchedez, le pilote officiel Ducati est sorti de cette épreuve complètement furieux !

" La direction de course a arrêté la première série dans laquelle je me trouvais au bout de quatre tours au lieu des cinq prévus. Résultat, pour pouvoir insérer nos temps dans le classement général et afin qu'il y ait une équité avec les pilotes ayant parcouru cinq tours, le jury moto a appliqué une règle de trois et passé notre temps de course de quatre à cinq tours. Je m'en suis rendu compte en constatant que le pilote N°136 (Manoel Delaval) qui avait chuté sous mes roues à 50 mètres du drapeau à damiers, était classé non seulement devant moi mais avec 6 secondes de moins. Avec cette façon de calculer complètement aberrante, je me suis retrouvé classé en 18e position de la course, à 30 secondes des premiers, alors qu'en fait j'étais 13ème à moins de 20 secondes du vainqueur. J'estime donc que je perds dans l'histoire près de 10 secondes. »

Et le pilote de Montpellier de renchérir « Lorsqu'on sait les risques que l'on prend en roulant à 200 Km/h entre des arbres pour arracher ces précieuses secondes, on tombe sur la tête devant ce type de pratique. C'est de l'amateurisme de la part de la Fédération qui gère ce rallye. ».

Sous le coup de la colère, Philippe Pinchedez a menacé de quitter le Moto Tour, mais par « respect pour ses sponsors » il a décidé de continuer l'aventure sur sa Ducati Hypermotard.

Au classement général Philippe Pinchedez (Ducati N°22) pointe ce jeudi 2 octobre, 5e à 1'28'' du leader. Autant dire que le podium sera très dur à aller chercher.

Le site de Philippe Pinchedez.

jeudi 2 octobre 2008

Moto Tour : Denis Bouan enfonce le clou à Alès

billet24-bouan.jpgDenis Bouan réalise le carton plein lors des deux spéciales de ce jeudi 2 octobre. Encore une fois impérial au guidon de sa Buell 1125 R, il est désormais crédité d’une avance de plus de 30 secondes au classement général.

Lors de la première spéciale de la journée, disputé ce matin aux alentours de la localité de St Vincent, dans la Haute Loire, le pilote de la Buell N°3, s’est imposé avec un peu plus de 3 secondes d’avance sur Philippe Pinchedez (Ducati N°22). La troisième place revenant à Cédric Parmentier (Yamaha R6, N°110), étonnant 4e du classement général . Il devance Frédéric Lejeune (BMW HP2 sport N°2) qui perd 5 secondes supplémentaires sur Denis Bouan lors de cette spéciale matinale. A noter la belle performance de François Bos (N°113) qui prend le 5e temps au guidon de son Aprilia Tuono.

En tête lors des 7 tours de la 11e spéciale, disputé jeudi après-midi sur le circuit du Pôle mécanique d’Alès, Denis Bouan n’a laissé aucune chance à ses adversaires. Une nouvelle fois serait -on tenté de le dire ! Derrière la lutte pour la deuxième place a opposé Philippe Donischal (KTM N°100) à Frédéric Lejeune. Au final le pilote KTM sort vainqueur du duel. Frédéric Lejeune voit de plus en plus ses chances de victoires s’envoler.

Philippe Pinchedez, 2e ce matin et 4e cette après midi ravit la 4e place du provisoire à Cédric Parmentier, pour 44 centièmes.

Avec un écart de 32 secondes en faveur de Bouan, seul un incident de parcours est en mesure de remettre en cause sa suprématie.

Un double champion de France au Moto Tour

billet20-goetschy.jpgIl ne paye pas de mine, Jonathan Goetschy, sur le paddock du Moto Tour 2008, mais il a bien en poche 2 titres de champion de France de la Montagne « 2007 et 2008 en catégorie 1000 cm3 » précise-t-il. Ce n'est pas tout, puisqu'il détient aussi deux titres de vice-champion en 600cm3 sur la même période !

Pour sa première apparition au Moto tour, sur sa Yamaha FZ6 (N°121) « entièrement d'origine, puisque sortie de caisse » il est loin d'être ridicule, puisque lors de la spéciale d'Haybes, il pointe 9e ! Il se désole « d'être aussi loin dans le classement » . Même s'il reconnaît que les spéciales de rallyes « ressemblent beaucoup aux épreuves du championnat de France de la Montage ». (Par contre deux reconnaissances sont autorisés, en championnat de la Montagne, avant l'épreuve).

Mais cet ouvrier sylviculteur de 23 ans, originaire d'Annecy, reconnaît qu'il sera difficile « d'aller chercher les meilleurs » . Car à cause de son travail il n'a reconnu aucune spéciale « même pas sur internet ».

Mais son concessionnaire, Jean Marc Vernex (Yam 74) se veut rassurant « Cette année Jonathan est là pour apprendre! »

mercredi 1 octobre 2008

2e loupé en spéciale de nuit

billet23-colliaux.jpgLa 2e spéciale de nuit de Nevers Magny Cours, a connu a son tour, un autre loupé. Lors de la spéciale de nuit qui opposait les tenors de la catégorie « Expert », le préposé au drapeau à damiers a abaissé ce dernier après quatre tours seulement, alors que la spéciale en comptait cinq !

Comment officialiser les résultats de cette manche tronquée ? En effet les autres manches opposant 30 concurrents les uns aux autres, ont bien effectué 5 tours de circuit. Le jury est parti pour en délibérer..... On vous communique les résultats de ces délibérations dès que possible.

Denis Bouan remporte la première spéciale de Nevers

billet22-taurel.jpgLa première spéciale du jour de ce mercredi 1er octobre, disputée de manière commune sur le circuit de Kart et de l'école de Nevers Magny Cours, a été remportée de manière magistrale par Denis Bouan (Buell 1125 R N°3). Le pilote officiel de la marque US se permet sur un circuit particulièrement tortueux de prendre un avantage de 10 secondes à ses adversaires.

Trois pilotes réussissent à rester dans le sillage du leader au classement provisoire, dont l'étonnant Romain Taurel, sur une Aprilia SXV (N°291).

Ensuite on trouve, Frédéric Lejeune (BMW HP2 Sport) et Alan Lehman sur un mono Husaberg FS (N°30).

Le gros perdant du jour est Gilles Salvador (KTM N°128) qui a chuté dès le premier virage de cette spéciale et qui a perdu 39 secondes dans l'histoire.

Détail rigolo, le départ de cette spéciale a été retardée de quelques minutes, car les horloges du départ et de l'arrivée, accusaient un écart de 10 mn....

La 2e spéciale de nuit se déroulera à 21H00sur le circuit de vitesse de Nevers. Bien entendu ce sera l'occasion pour les multi-cylindres de creuser un net avantage.

Philippe Donischal remet le couvert au Moto Tour sur KTM.

billet15-donischal.jpgPhilippe Donischal, remet le couvert en 2008 pour cette 6e édition du Moto Tour, qu'il découvrait en 2007sur une KTM superduke. Mais cette fois ci, ce pilote originaire de Wittelsheim près de Mulhouse, est passé pilote officiel de la marque.

Evidemment son but est de faire mieux qu'en 2007, où il a terminé 3e en IRC (Championnat du Monde des rallyes routiers). Il veut « assurer au début du Moto Tour pour monter en puissance ensuite et terminer fort ».

Pour cela sa KTM 990 supermoto a un comportement beaucoup plus « supermotard » que la superduke. Sa machine est aussi montée avec une ligne « Akrapovic » ce qui lui permet de « gagner 4 à 5 chevaux ».

Enfin summum de la préparation, Philippe a équipé sa moto avec un double système d'éclairage en « halogène et diodes xenon. Avec cela je vois comme en plein jour ! ». Mais Philippe Donischal concède que cela ne sera pas facile « Je suis en train d'ouvrir une concession moto, et je n'ai pas eu le temps matériel de reconnaître les spéciales. Et au vu de la concurrence, c'est un gros handicap ».

Force de frappe espagnole au Moto Tour

billet12-busquets.jpgLes Espagnols du Team Busquets sont de retour pour cette 6e édition du Moto Tour, puisque désormais cette équipe aligne pas moins de 3 pilotes. Tous frères, ils ne courrent cependant pas sur les mêmes machines. Ainsi Josep roule sur une BMW HP2 (N°48) voir photo, Alex sur une Aprilia Dorsoduro 750cc et Agusti sur une Suzuki 600 GSX-R.

Ils sont présents sur le Moto Tour depuis 2003 et leur chef de file, Josep a terminé 12e en 2007. L'ambition des frangins est de faire briller les couleurs de la ville de Taragonne et de terminer dans le Top 10.

mardi 30 septembre 2008

Moto Tour: Les pénalités levées

billet19-penalites.jpgLes pénalités qui avaient été infligées à la moitié des concurrents, lors de la spéciale de nuit de Pevy, ont en fait été levées par le Jury, lundi 29 septembre en début de soirée, soit 24H après l'évènement.

Résultat Fredéric Lejeune (BMW HP2 Sport N°2) qui avait théoriquement pris l'avantage se voit reléguer en 2e position après l'étape Reims Val de Reuil. Au classement provisoire de la catégorie expert, c'est donc Denis Bouan (Buell 1125R N°3) qui garde le leadership avec 8 secondes d'avance sur le belge. Philippe Pinchedez (Ducati Hypermotard N°22) prend la 3e place du classement à 12 secondes.

Le pilote Ducati arrivera-t-il à garder son rang ? Il a chuté ce jour, sur une plaque de bitume particulièrement glissante lors d'une liaison et a été éjecté de sa machine, et son épaule le fait souffrir.

Voir en annexe le classement de l'étape du lundi 29 septembre (Reims-Val de Reuil) de la catégorie « expert ». Puis le classement de la catégorie "expert" et "promostions" du mardi 30 septembre (Val de Reuil-Val de Reuil)

Gilles Salvador remporte la spéciale de Croix en Ternois

billet18-salvador-croix.jpgGilles Salvador (KTM N°128) remporte la première spéciale de jour, qui s'est déroulée sur le circuit de Croix en Ternois (Pas de Calais) le mardi 30 septembre 2008. L'ancien coordinateur du team officiel KTM, qui a permis notamment à Boris Chambon de décrocher un titre de vice champion du monde de supermoto en 2003, a fait preuve d'une maîtrise étonnante sur une piste noyée sous des trombes d'eau.

Il devance Fredéric Lejeune sur BMW HP2 « sport » (N°2) de 57 centièmes. Denis Bouan (Buell 1125R) leader de la catégorie expert n'a pas voulu tenter le diable et termine 3e à 1''12 du leader.

L'autre surprise de cette « spéciale » est la très bonne 4e place de Philippe Donischal pilote officiel KTM sur une 990 Supermoto, à 9 secondes du vainqueur.

La 2e spéciale de Naours (D 60) a été annulée suite au déluge qui s'est abattu sur la région et qui a emmené pas mal de terre et de débris végétaux sur la route.

En ce qui concerne l'état de santé de Vincent Philippe, il est confirmé qu'il a bien une fracture du bassin et un (petit) tassement des vertèbres, et qu'il ne pourra pas poursuivre l'aventure du Moto Tour.

Davy fervent supporter de Voxan au Moto Tour

billet8-voxan.jpgDavy Gambino, fait son 2e Moto Tour comme concurrent sur une Voxan Charade 2008 prêtée par l'usine. Cela le change de sa Voxan « Cafe Racer » avec laquelle il roulait en 2007 et qui accusait au compteur pas moins de 113.000 km ! Malgré cet handicap il a terminé 4e en catégorie promotion.

Mais précise-t-il « Je ne suis pas pilote officiel Voxan. On me prête uniquement la moto avec quelques pièces »

L'objectif en 2008, est de faire « Peut être un podium en promotions. Mais l'essentiel est de montrer que Voxan n'est pas mort et que la marque vit toujours, malgré tous les bruits qui courrent ».

Davy pourra compter sur l'aide active des supporters du Voxan Club de France qui devrait lui apporter aide et soutien à chaque étape.

le site du Voxan Club de France

lundi 29 septembre 2008

Denis Bouan devance Lejeune à Orival

billet17-bouan-orival.jpgLa 2e spéciale de jour, qui s'est déroulée à Orival (dans les boucles de la Seine, pas très loin d'Elbeuf (76) a été remportée de manière magistrale par Denis Bouan sur sa Buell 1125 R(N°3).

En effet le pilote officiel de la marque US, réussit un chrono étonnant de 2'02''62 avec plus de 4 secondes de mieux que le pilote belge Frédéric Lejeune sur BMW 1200 HP «  sport ».

Ils sont d'ailleurs les seuls à tirer leur épingle du jeu, puisque leurs adversaires leur concèdent près de 6 secondes, sur une spéciale de plus de 5 km, sur un revêtement très dégradé.

La première victime de cet état de fait est Vincent Philippe,qui a méchamment mordu le bas côté de la « piste » avant de voir sa moto guidonner de manière très brutale et de l'envoyer par dessus bord.

Malgré le résultat de ces 2 spéciales, il est pour l'instant impossible de dire qui mène au classement provisoire, puisque le jury (suite aux réclamations de l'épreuve de nuit de Pevy,) n'a toujours pas pris de décision.

Cela est d'autant plus regrettable que l'on est à plus de 24H de la spéciale de nuit qui se déroulait à Reims. Le Moto Tour cherche désespèrement à obtenir l'aval des instances internationales (FIM) pour accéder à l'échelon de « championnat mondial ». Pour l'instant avec le flou artistique qui entoure les résultats de la première étape, on est sincèrement en droit de se demander si l'on navigue pas pas l'amateurisme le plus complet.

Chute de Vincent Philippe lors de la spéciale d'Orival

billet16-philippe.jpgL'un des favoris du Moto Tour, Vincent Philippe, (Suzuki GSXR 1000 N°52) qui avait brillé dans la spéciale d'Haybes dimanche 28 septembre, a chuté à 14 h 35 lors de la 2e spéciale du jour à Orival (dpt 76).

Le quadruple champion du monde d'Endurance a été évacué en ambulance. Au vu de l'état de la moto, qui a été bien abimée, il sera difficile au pilote officiel Suzuki de reprendre la route. D'autant que Marc Fontan, le big boss du Moto Tour a confirmé que Vincent avait été touché au bassin, sans plus de précision.

Enfin la chute de Vincent Philippe a été suffisamment « lourde » pour déclencher les premiers soins sur place par une équipe d'urgentistes. Durant toute leur intervention, qui a duré plus d'une demi-heure, la course a été neutralisée.

Voir le programme du Moto Tour 2008

- page 1 de 2