Motomag.com

Les blogs de Moto magazine

Des poireaux à l’Ultimate Rallye 2010

Nous sommes quatre motards issus d’un forum régional (confrérie des motards girondins) a être inscrits à l’Ultimate Rallye 2010. De vrais poireaux mais qui ont une expérience de la route, tous gros rouleurs (entre 20 et 40 000km/ans) et du circuit. Ce blog a pour but de raconter la préparation de notre équipe de débutants à cette épreuve. Puis de raconter notre première expérience du rallye Moto Par Quintin Dominique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 9 septembre 2010

Encore quelques photos de l'ultimate 2010

oui je sais j'ai un peu délaissé le blog ces derniers temps ...

entre temps il y a eu le rallye de Volcans, super bien mais c'est une autre histoire..., j'ai aussi changé de travail et cela aussi c'en est une nouvelle ....

alors pour me faire pardonner voici quelques photos et commentaires.

Peu de photos des deux jours à Marcillat, l'itinéraire était inconnu..., notre assistance un peu occupée..., nous toujours dépourvus d'appareils de prise de vues et les spéciales peu accessibles au public..., mais nous en avons quand même !!! ;)

J1_Breef_pilotes.jpgles quatre poireaux dans l'attente du Beefing

J1_Breef_Rabbit_ludo_PY.jpg ils sont bien attentifs quand même ;)

pas de photos du départ de l'AM ... il a été mouvementé comme vous avez pu le lire :)

arrivee_lachatre_L_P.jpg arrivée au circuit de La Châtre de Pierro et Ludo

arrivee_lachatre_pointage_PY_R.jpg arrivée de Pierre-Yves et David

arrivee_lachatre_L_P_R_PY.jpg même pas mal, même pas fatigué!

circuit_lachatre_L2.jpg circuit_lachatre_P8.jpg circuit_lachatre_PY2.jpg

après le circuit retour au paddock Padock_J1_soir_1.jpg

pas de photos de la nuit non plus :(

et le lendemain matin c'est reparti !

depart_J2_L3.jpg depart_J2_P.jpg depart_J2_PY2.jpg depart_J2_R.jpg

après plus de 200Km au road book ludo arrive à la pause en avance et pointe à l'heure

Pause_J2_L.jpg Pause_J2_L_horloge.jpg

plus tard arrivent Pierre-Yves, David et Greg qui fera équipe avec nous aux Volcans

Pause_J2_PY_R_Greg.jpg

Pierro quand à lui arrivera beaucoup plus tard (à la limite du hors course) après une grosse séance de jardinage :(

Enfin la FIN ... la dernière spéciale sur le circuit de Kart "surtout ne pas tomber, pas maintenant"

Circuit_Kart_pointage_L.jpg Circuit_Kart_grille.jpg Circuit_Kart_L.jpg Circuit_Kart_P.jpg Circuit_Kart_PY.jpg Circuit_Kart_R.jpg

mercredi 4 août 2010

Les Photos de la nuit

Un regret, ne pas avoir eu de caméras sur les motos, ni le temps de sortir un appareil photo lors des courtes "pauses" :( nous feront mieux l'an prochain!

Quelques prises de vue de l'arrivée à Auriac ....

arrivee_Auriac.jpg

rep_CB.jpg intervention de l'assistance (Merlin et Mathias) sur les problèmes de road book de Pierro

30 minutes cela passe vite il faut repartir

dep_auriac_D.jpgdep_auriac_LetPY.jpg

... et de l'arrivée à Marcilla en Combrailles

marcilla_petitmatin.jpg

de Pierro et de Ludo

arrivee_Marcilla_L_P.jpg arrivee_Marcilla2_L_P.jpgarrivee_Marcilla3_L_P.jpg même pas mal, même pas fatigués ;)

de David et de Pierre-Yves

arrivee_Marcilla2_D_PY.jpgarrivee_Marcilla_D_PY.jpg

les mécanos au petit matin...

shim_Merlin.jpg

... pas réveillés mais la mécanique n'attend pas

Assis_meca_Mat.jpgAssis_meca_Merlin.jpg

L'assistance médicale (merci Mèl) est elle aussi sollicitée Assis_medi_Mel_P.jpg

bientôt la suite le paddok et la course ...

Photos Catherine B

mardi 27 juillet 2010

Le Team MG Ultimate 2010 en Images - Le départ -

Après le recit des exploits des quatre poireaux Bordelais quelques photos pour illustrer cette aventure

Première série : Le départ

déchargement des motos:

remorque1.jpg remorque2.jpg

Le passage au contrôle technique:

CT1.jpg CT2.jpg CT3.jpg dos_pierro.jpg

La préparation:

prepa1.jpg prepa2.jpg prepa3.jpg

Le repos des guerriers:

Repos1.jpg repos2.jpg repos3.jpg repos4.jpg

La préparation des roads:

road1.jpg road2.jpg road3.jpg cela fait une sacrée longueur,....

Le stand au départ:

stand.jpg Merci à notre partenaire ;)

L'équipe d'assistance:

assistance il manque Cath, la photo-reporter, dans l'espace au milieu

Ulysse, JP, Sandra, Merlin(guy), Matthias et Mélanie

et les pilotes:

pilotes.jpg

Pierro, David, Ludo, Pierre-Yves

La suite bientôt

Photos Catherine B

lundi 12 juillet 2010

Je l’ai fait, je suis arrivé au bout de ce défi, j’ai terminé L’Ultimate Rally 2010 !

Cela fait déjà deux semaines et je ne réalise toujours pas, il est vrai que j’ai enchainé avec le grand prix de Barcelone mais quand même…

Les quelques kilomètres qui séparent le circuit de kart du parc fermé ne sont qu’une formalité, une fois la moto posée c’est vraiment terminé.

De retour au paddock, après avoir retiré le cuir, direction le frigo et la bouteille de rosé de Barrabaque qui m’y attend depuis le début du rally.

Il faut savoir que pour espérer tenir cette épreuve je ne suis mis au régime, fini les excitants, fini l’alcool, fini les grosses bouffes, résultat moins 6kg … que j’ai déjà repris :(

La bouteille ouverte je trinque avec mes coéquipiers, nous refaisons la course, le parcours, les spéciales, la nuit, une expression revient sans cesse : « on l’a fait ». Visiblement eux comme moi n’étions pas convaincu, au départ, d’avoir les capacités pour arriver au bout de « ce truc de malade ».

Les douleurs musculaires ont disparues, reste une légère inflammation au dos des cuisses qui a été entretenue par les kilomètres parcourus depuis mon retour.

Je suis bien physiquement, je suis bien mentalement, enfin pas plus mal que d’ordinaire, toujours incapable de faire un bilan de cette expérience mais je vais quand même essayer.

Le défi : fin 2009 l’idée de participer à l’Ultimate 2010 est lancée comme un défit..

Pour moi cela tombe plutôt bien, je commence à tourner en rond dans mon boulot et cela n’est pas bon. Un défit à relever cela va m’occuper. Comme la mayonnaise commence à prendre au sein du forum. Je me dis « Ca va être facile »

La préparation : six mois, l’échéance nous paraissait lointaine, elle est arrivée très vite.

Nous nous sommes endormis, défaut de l’amateur, nous avons pensé « pas de problème il y a le temps »

Même moi, pourtant expérimenté dans ce type d’organisation je ne me suis pas assez pressé et surtout je n’ai pas assez alerté mes coéquipiers.

Nous n’avons surtout jamais établi le fameux rétro planning qui devait nous servir de guide tout au long de la préparation.

La recherche de partenaires en a été perturbée, nous avons mis trop de temps à sortir un dossier, merci à ceux qui nous ont suivis malgré nos demandes tardives

Les entrainements en ont été réduits, les conditions météo ne nous ont pas favorisés.

Des membres de l’équipe ont même envisagé de déclarer forfait, véhicule pas prêt.

Le réveil au mois de juin à été rude, l’activité intense, le mode panique engagé mais au résultat nous étions « presque » prêt.

Les MGs toujours à ça du bordel !

L’épreuve : conforme à sa description

Difficile, éprouvante, ultime … irréalisable seul !

L’équipe : seul je n’arrivais pas à Marcillat.

Des soucis de road-book, d’éclairage m’aurait fait perdre énormément de temps, grâce à la course d’équipe j’ai pu rallier Aurriac en suivant mes coéquipiers, puis Marcillat en participant.



Sans la présence, le soutien de mes équipiers aurais je terminé l’Ultimate ?

L’assistance : une équipe ce sont des pilotes et une assistance, sans eux nous n’arrivions pas au bout. Leur présence nous a déchargé de bon nombre de contingences matérielles ce qui sur ce type d’épreuve est primordial.

Ca je le savais, pour avoir participé à des raids sportifs (non motorisés) sur plusieurs jours, il faut une intendance et il faut que cela suive.

Et pour suivre cela a suivi !

L’intendance, la mécanique, le ravitaillement, le soutien moral, les soins et tout ce qui à contribué à notre « confort »

Félicitation à vous.

Vu du côté « pilote » c’est du travail de pro, il me tarde de lire le récit de l’Ultimate côté « assistance » car je suis persuadé que vous avez galéré et que plus d’une fois vous vous êtes dit la célèbre réplique « si j’aurais su, j’aurais pas venu »

A vous de nous conter votre vision ….

dimanche 11 juillet 2010

Faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête …

Le circuit de kart, la dernière spéciale, je l’aborde sans appréhension, je me suis entrainé et nous avons parcouru la piste, à pied, le week-end précédent.

Mais je l’aborde aussi avec méfiance, bien qu’euphorique d’être arrivé là, je me dis et me répète : Faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête … Tout notre staff est là, les quatre pilotes aussi, il me semble que nous sommes tous passablement excités, partagés entre joie et angoisse.

Faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête …

Il fait toujours une chaleur torride, j’ai chaud, je suis fatigué et j’ai mal partout … plus qu’une épreuve et c’est fini.

Déjà je suis appelé en pré grille, juste le temps de regarder Ludo qui se bat comme un beau diable pour conserver sa place et je suis en position et dans ma tête je me dis : Faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête …

La série précédente se termine, le commissaire nous fait signe d’avancer deux par deux, arrivé dans la ligne droite le directeur de course nous place sur la grille et donne des consignes que je n’entends pas l’esprit occupé par ce leitmotiv : Faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête … Tour de formation, re-grille de départ, drapeau et c’est parti … « tranquilou »,

faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête …

mais dès le deuxième tour je suis trop passif sur la moto, j’ai les cales pieds qui touchent, va falloir faire quelque chose sinon je vais me mettre au tas, je deviens plus actif , ça frotte moins et ça passe mieux. Je dis: pourquoi ne pas en profiter pour travailler la position, du coup j’exagère les mouvements, je me traine mais c’est plaisant. Je ressens la fatigue, j’ai mal partout mais à chaque passage devant le fan club j’entends les encouragements et je reparts pour un tour.

Dernier tour, faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête … le drapeau, c’est fini encore quelques virages à allure de sénateur et c’est le retour au parc. L’accès au parc est toujours fermé, lors de mon passage je suis bon pour un tour supplémentaire …

Quel pied ce tour, quel souvenir, le public, les commissaires qui me saluent, mon instant de gloire …

Je n’ai plus mal, je ne suis plus fatigué, je n’ai plus chaud, je suis bien !

Je l’ai fait, je suis arrivé au bout de ce défit, j’ai terminé L’Ultimate Rally 2010 !

samedi 10 juillet 2010

Je rêve de mon lit demain départ 8H

Que le réveil est difficile pour moi,

mon sommeil a été agité, j’ai eu des crampes et de veilles douleurs oubliées se sont manifestées. Mes coéquipiers ne semble pas en meilleure forme mais nous faisons tous bonne figure : « même mal », « même pas fatigué ».

Les traits sont tirés, les visages marqués, les gestes plus lents mais tout le monde tient bon.

Le petit déjeuner avalé, nous allons voir les horaires de départs, aujourd’hui nous ne roulerons pas ensembles.

Grosse journée au programme, 400km de liaison, 4 spéciales sur route plus le final sur le circuit de kart.

Les liaisons jusqu’au deux premières spéciales sont sans difficultés, j’arrive à l’heure aux deux. Prenier petit contre temps, comme je suis rentré "tard" de la boucle de jour hier, Matthias est arrivé trop tard à la station de Marcillat (elle ferme à 20H) et il n'a pu accéder à celle d'Evaux (route fermé pour cause de rallye), je parts donc avec un fond de réservoir ce qui m'inquiète ... A tout problème une solution je sorts le tuyau de sous la selle et je syphone quelques litres dans la BM de David qui lui avait fait le plein avant de pointer à l'arrivée, ce qui faute de mieux me rassure. Je passerais quand même sur la réserve avant la première station inscrite au road.

Malgré la fatigue je me prends au jeu du chrono, j’adore pouvoir rouler au taquet sur des routes départementales … la première se passe sans problèmes, dans la seconde, emporté par ma fougue je passe la cellule de chronométrage la tête dans la bulle, trop content de moi … quand je relève la tête c’est pour constater que le virage suivant est déjà là, je monte sur les freins, la haie approche, je relâche légèrement les freins, j’arrive à tourner, la roue arrière touche l’herbe, se bloque et la moto se couche doucement dans l’herbe.

Ouff j’ai eu chaud.

Je relève le BB500 avec difficultés, je suis physiquement au bout, la machine n’a rien, le pilote non plus, c’est reparti pour 100m et le pointage de fin de spéciale.

Les 150kms suivants sont du pur bonheur, je roule seul, je navigue sans difficultés, je rattrape nombre de concurrents, tout est bien jusqu'à une case que j’interprète mal, je ne serait pas le seul. Le problème est que la case suivante est à une dizaine de kilomètres, je cherche le croisement très caractéristique, je prolonge un peu, mon trip étant faux , puis je décide de faire demi tour, et continue à chercher ce foutu croisement, beaucoup de temps perdu et d’énervement.



De retour à la fameuse case un side nous indique la bonne route, pas évident à trouver.

A partir de là rien ne va plus, fatigue, énervement je n’arrive plus à calculer en plus je refais la même c…….e que la veille je tourne à droite alors que le road indique à gauche, mais la je suis seul, encore du temps de perdu. Je me décide à lever le pied et à bien réfléchir, je ne me trompe plus mais l’heure tourne.

A l’arrivée à la pause, petit moment de panique les commissaires sont en train de démonter la tente, je m’approche et tend mon carton de pointage, le commissaire le regarde, sourit : « c’est bon mais 10 minutes de plus tu étais hors course »

Ouff j’ai eu chaud.

Ma machine et mon casque sont déjà aux mains de l’assistance, nos secondes mamans me nourrissent, m’abreuvent, je me laisse faire, je suis vraiment en vrac, je ne sens plus mes avants bras enfin je ne les sens que trop. Mèl intervient pour détendre tout cela.

La demi-heure passe trop vite il faut déjà repartir.

Avec tout mon jardinage j’ai peur d’être court en essence et nous n'en transportons pas dans les véhicules, un commissaire qui m’a entendu me propose de me dépanner de quelques litres, merci à lui, sans son aide je n’atteignais surement pas la station.

Je repars peu après deux autres concurrents que je rattrape rapidement nous roulerons ensemble jusqu'à l’arrivée. Avec un peu de chance et beaucoup de collaboration nous arrivons au pointage de la troisième spéciale en avance.

La fatigue me pèse, mais le jeu du chrono me reprend, belle spéciale encore et encore beaucoup de bonheur même avec du goudron fondu …

Liaison sans problème et grosse déception avec l’annulation de la dernière spéciale sur route.

Un contrôle de passage au départ de la spéciale annulée, c’est vraiment dommage cette portion de route est vraiment trop belle, le reste du parcours est facile ce qui me permets d’arriver au circuit de kart sans encombre.

P….N que c’est bon d’être là après être passé près de la mise hors course !

Je réalise que c’est presque fini, plus qu’une épreuve, quelques tours de circuit …

Faire attention, ne pas tomber, pas maintenant cela serait trop bête.

vendredi 9 juillet 2010

Et maintenant la nuit

En fait nous ne sommes pas rentré si tard … mais nous repartons à 22h30

Une nouvelle fois notre assistance fait un travail formidable.

Une fois la moto au paddock je n’ai plus rien à faire, si ce n’est m’occuper de moi.

Sortir le cuir, vite, j’en peux plus, il me colle aux cuisses.

Sortir les bottes, quel plaisir de marcher pied nus dans l’herbe

Un peu de détente, je commence à vraiment avoir de fortes douleurs dans les épaules et les avants bras, je me fais vraiment secouer sur ces petites routes.

Une bonne salade bien fraiche, des fruits, et beaucoup de liquide pour me réhydrater, il a fait vraiment très chaud.

Pendant ce temps le road est monté et installé, la moto est contrôlée, nettoyée, la chaine graissée, le casque nettoyé, le plein effectué et la machine mise au parc fermé, comme il est bon d’être à ce point aidé.

L’annonce des horaires de départ me permet de m’organiser pour un départ vers 23H00

Le parcours de liaison commence mal, le road indique 200m à gauche et à 200m il n’y a pas de route , jardinage, je ne suis pas le seul, en fait c’était plutôt 50m, quelques minutes de perdues et du calcul mental en perspective. Après ce petit « hic » du départ la suite se passe beaucoup mieux, juste quelques hésitations, et un gros « trompage» corrigé par le concurrent avec qui je roulais qui me klaxonne, je m’arrête, il me dis :

''-« au croisement ce n’était pas à gauche ? »

-« ben oui »

-« t’as pris à droite »

-« houpps, passe devant»''

Nous arrivons à pointer à temps au départ des spéciales.

Les deux spéciales de nuit sont un véritable régal, quelles sensations, quel plaisir malgré la fatigue. C’est certain je ne fais pas d’étincelles ni de temps canons mais je prends plaisir à enrouler sur ces routes comme lors de la première nuit.

Pour moi la navigation me parait plus simple la nuit, plus de concentration, moins de distraction peut être…mais difficile quand même, il n’empêche qu’une petite erreur de lecture me fais rater un CH caché dans un chemin de terre.

Retour vers 2h30, sans oublier d’aller pointer au CH d’arrivé avant de déposer la belle au parc fermé. (mésaventure qu’a connu Ludo et qui lui a fait perdre 40 minutes)

Je rêve de mon lit demain départ 8H

mercredi 7 juillet 2010

on ne va pas rentrer tôt.

Une heure d’attente au départ de la première spéciale il y a de quoi faire monter la pression, j’en boirais bien une de pression, il fait une chaleur …

Les premiers départs ont lieu, petit à petit nous avançons vers le départ. Plus que 10 motos , je me ré-équipe, 5 motos je remets le casque et les gants, je suis de nouveau dans ma bulle, Ludo nous fait un départ « grand prix » dans une minute c’est à moi. Remise des compteurs à zéro, le décompte arrive à zéro, je m’élance …

Au trois ou quatrième virage je me dis « Quesque tu fout dans ta voie, c’est une spéciale sur route fermé, utilise toute la largeur de la route » et la le pied, cette spéciale est très roulante avec un revêtement correct, je m’amuse comme un petit fou, mais il manque quelque watts au BB 500.

Je passe déjà sur la boucle de chronométrage, 100 mètre plus loin le pointage, Ludo m’attends en discutant avec les commissaires, je pointe et nous repartons sans tarder. Les routes sont aussi mauvaises et improbables que durant la nuit sauf que là il fait jour et que l’on voit bien les pièges ce qui nous incite à la prudence. Quelques chemins de terre plus tard nous arrivons à La Chatre pour la spéciale sur circuit. Une nouvelle fois, grâce à la navigation impeccable de Ludo nous sommes en avance ce qui nous permet de faire tranquillement le plein avant de nous rendre au circuit.

La chaleur est toujours aussi étouffante, mais notre assistance est là pour nous ravitailler en boissons et s’occuper de tout.

Surprise à mon arrivé Alain un très bon copain, avec qui j’ai fait milles et une connerie est venu me soutenir, juste le temps de discuter un peu de regarder une session de side et je suis déjà appelé en pré-grille.

Au programme de la spéciale, un tour de formation, un tour de reconnaissance et 12 tours chronométrés.

Pas évident pour moi sur un circuit totalement inconnu, mon peu d’expérience du circuit va me jouer un tour dès la première boucle ou je rate un freinage, saute le vibreur, passe par la pelouse pour retrouver le bitume un peu plus loin, petite frayeur quand même. Je progresse tour après tour il n’y a que la chicane que je n’arrive pas à négocier correctement, Ludo me prendra un tour .

Je suis en nage, le temps de se rafraichir et il est temps de repartir … dans la précipitation nous partons à l’opposé, rien de bien grave un petit demi-tour une remise à zéro des compteurs et Gazzzz vers la spéciale suivantes.

Navigation une nouvelle fois sans erreurs jusqu'à la sortie d’un village ou nous hésitons, arrêt, discutions , reconsultation du road quand je relève la tête Ludo n’est plus là, avec les bouchons d’oreilles je ne l’ai pas entendu repartir et trop concentré je ne l’ai pas vu non plus. J’attends un peu puis je décide de repartir . En fait il était reparti en arrière recaler son compteur, nous nous retrouverons à la spéciale. J’arrive avec un peu de retard après avoir jardiné, mon compteur est faux. et le calcul mental n’est pas vraiment mon fort.

Peu d’attente au départ de cette spéciale, la même que ce matin dans le bon sens.

Au départ je décide d’éteindre les feux, histoire de gagner quelques watts. Ce passage se fera sans problème, dès le premier virage je suis bien dans le trip et j’enchaine bien. Je suis tellement dans le trip que sortie de la spéciale je remets les gaz à fond et je rate le premier changement de direction, petit jardinage, je rejoint un groupe que je décide de suivre mais très vite je me rends compte qu’ils ne suivent pas le road. La fatigue plus un rapide calcul je me rends compte que si je fais demi-tour je vais perdre beaucoup de temps, il est préférable de rentrer direct. A l’arrivée je constate que j’ai raté un CP, 30 minutes de pénalités, Ludo arrive peu après moi il à pris le CP.

Et maintenant la nuit

Vendredi 25 juin 13H Briefing pilotes

Réveil plutôt difficile pour les quatre pilotes, la nuit a été courte … enfin longue et la période de récupération trop brève.

Nous avons encore bien de la chance notre assistance s’est occupé de tout, motos, road-book, mise en parc fermé, intendance … nous n’avons qu’à nous consacrer à notre pilotage, notre repos, notre alimentation, en résumé à nous.

Le briefing étant retardé nous commençons notre repas, une nouvelle fois excellent. Entre l’entrée et les pâtes, nous allons au briefing pour consulter les horaires de départ. Nos départs étant vers 15h nous avons le temps de finir notre repas tranquilles, et même de faire une petite sieste.

Je m’équipe tranquillement et vais au parc fermé récupérer la moto. Petit soucis pour les quatre pilotes, un officiel nous apprends que nos casques ne sont pas conformes … et que nous ne sommes pas autorisés à prendre le départ !

Après vérification et discutions mon modulable et celui de David possèdent bien la bonne homologation et nous obtenons notre pastille et le droit de partir. C’est plus compliqué pour Ludo et Pierre-Yves, leurs casques ne passent pas car les étiquettes d’homologations sont sales et partiellement effacées … re- discution / négociation et finalement tout s’arrange.

En fait ce problème nous aurions du le rencontrer au départ de Cahors, ce qui aurait été plus simple à gérer, hors nos équipements sont passés au contrôle sans problème, c’est ce que nous avons du mal à comprendre et que l’officiel fini par nous concéder.

Tout s’arrange finalement mais Ludo et Pierre-Yves sont passablement énervés, il ne leur fallait pas ça.

Le temps d’installer les boitiers de chronométrage, il est temps de se présenter au départ. Je parts juste après Ludo il m’attendra pour que nous roulions ensemble.Pierre-Yves et David partiront après et rouleront ensembles.

Sur la ligne de départ le speaker présente chaque pilote, je suis déjà dans ma bulle, les yeux rivés sur le chrono je n’entends ni ne vois plus rien d’autre,. 5, 4, 3, 2, 1 c’est enfin repartis, j’ai déjà très chaud, parcours sans grande difficulté jusqu’au départ de la première spéciale que nous allons parcourir en sens inverse à l’aller et dans le bon sens au retour. Nous arrivons légèrement en avance au pointage, nous attendons notre heure, Ludo pointe, moi une minute plus tard. Il y a bouchon au départ de la spéciale, des problèmes de mise en place, nous allons poireauter 1 heure …

on ne va pas rentrer tôt.

mercredi 30 juin 2010

Jeudi 24 juin 20 heure le premier Motard s’élance de Cahors…

La pression monte, monte, monte …

20h07 David vient de partir une minute après Pierre-Yves, c’est à mon tour, le clic clic de la pendule résonne dans mon casque, dernières vérifications, les compteurs, le dérouleur de road, je cogite un max : qu’es ce que j’ai oublié ? 10, 9, 8, 7, 6, 5, j’engage la première, 4, 3, 2, 1, c’est parti …

Je parcours 100m et je rejoins mes deux coéquipiers pour attendre Ludo qui part juste derrière.

Ludo passe devant, c’est lui qui commence à ouvrir tant qu’il fait jour car il n’a pas d’éclairages supplémentaires, nous appliquons à la lettre notre stratégie de course … rester groupés, rouler sûrement en se trompant le moins possible (stratégie de la tortue). Plutôt efficace car il n’y aura qu’un plantage après 30 kilomètres sur la partie chemins de terre. Il semblerait que d’autres concurrents aient opté pour la stratégie du lièvre, commence alors une série de je te double, je me plante, je te redouble, je me replante …. D’autres enfin décident de rouler avec nous.

Pour moi les choses vont plutôt mal, lors du plantage, en reculant le road je l’ai déchiré, et à la nuit tombé mon éclairage de road a rendu l’âme. Comme nous nous arrêtons simplement pour mettre de l’essence et accessoirement soulager nos vessies, pas le temps de réparer. Pour gagner un peu de temps nous faisons même le plein des motos sur une seule CB à tour de rôle.

Ludo mène le groupe de main de maitre jusqu’à la pause d’Auriac, même sans éclairages additionnels il nous amène à bon port. Les 50 derniers kilomètres sont du pur bonheur. Nous n’avons que 17 minutes de retard sur l’horaire idéal je ne ressens pas de fatigue normal je n’ai fais que suivre mes camarades et les produits de David sont supers efficaces, merci EAFIT.

A peine le pied posé au sol notre assistance nous prend en charge : « allez boire un café et vous détendre on s’occupe de tout » Moto , casque, Camel Back … je confie mon soucis électrique à Merlin (Guy), très vite il trouve que s’est une soudure qui a lâchée et me résout le PB en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Les trente minutes de pause obligatoire passe très vite il est déjà temps de repartir, nous récupérons notre matériel contrôlé, nettoyé et rempli, merci l’assistance. Notre petit groupe se reforme direction la station, puis la suite du parcours, c’est à mon tour d’ouvrir …

Quelles sensations ! Quel plaisir …. Si ce n’est mon compteur qui est faux, en 50 kilomètres je me retrouve avec 400 mètres d’écart ce qui m’oblige à calculer de tête. Après 150 kilomètres, la fatigue aidant je commence à douter et à ralentir, ce qui n’échappe pas à un de nos compagnon de route qui me passe devant pour me donner du rythme et attends ma confirmation aux changements de directions. A la pause ravitaillement suivante j’apprendrais que son road était cassé et qu’il voulait ainsi contribuer à la bonne marche du groupe, merci à lui.

Groupe qui s’est réduit.

A l’occasion du dépassement d’un poids lourd nous en avons perdu une partie dont Pierre-Yves et David, nous ne les reverrons qu’à l’arrivée. C’est donc à quatre que nous verrons le jour se lever sur la chaine des puits.

Sous mon casque je me dis : « le jour se lève déjà, on va y arriver ».

Les deux cols suivants sont avalés en mode « arsouille », le temps que je réalise, que je rentre deux rapports, les grosses cylindrées me lâchent sur le bas du parcours, ensuite l’écart se stabilise. Nous nous regroupons peu après, Ludo reprend la tête, je me repose en fin de groupe, enfin je cravache sévère pour suivre car le rythme est soutenu.

Arrivé à un CP une annonce fait tilt à nos oreilles « courage les gars il vous reste 50 bornes » Intérieurement je me dis « C’est certain, on va y arriver »

Sans concertation nous passons tous les quatre en mode sécurité… pas tomber, pas maintenant, ce qui n’est pas le cas de tout le monde, un gars en KTM tente des dépassements hasardeux et manque de se mettre au tas.

Je surveille le compteur, 30 bornes, 20 bornes, je commence à reconnaitre des routes empruntées lors des recos, 10 bornes, 5 bornes, le panneau Marcillat, l’église, la tente, les commissaires, avant de pointer Ludo et moi nous félicitons mutuellement.

A voir son regard et son sourire sous le casque il est au moins aussi content et fier que moi d’être arrivé dans les temps.

Nous pointons avec 21 minutes de retard. Je me rends compte à cet instant que j’ai froid, vraiment très froid, je tremble.

Notre assistance est là, juste le temps de prendre un café et une viennoiserie, de faire quelques photos, d’échanger quelques mots avec nos compagnons de route et nos mécanos nous poussent gentiment mais fermement vers notre hébergement pour avoir le temps d’effectuer l’assistance avant d’aller poser les machines au parc fermé. Pour nous cela sera réhydratation, restauration, et repos en attendant les épreuves de l’après-midi.

J’ai toujours aussi froid, cela m’empêche même de dormir, je ne me réchaufferais que lorsque le soleil sera haut dans le ciel. J’assiste à l’arrivée au paddock des deux autres membres de l’équipe, fatigués mais heureux eux aussi. J’en profite pour remanger, me faire masser par Mélanie et me faire interviewer par un journaliste local tout étonné d’apprendre que nous bénéficions d’une Osthéo au sein d’une équipe de purs débutants.

Suite aux bons soins de Mèl le sommeil me gagnera.

Vendredi 25 juin 13H Briefing pilotes

mardi 29 juin 2010

Mardi matin, je suis au bureau et je ne réalise toujours pas.

Nous l’avons fait, je l’ai fait, j’ai couru l’Ultimate 2010 et surtout je l’ai terminé. !

Un petit retour en arrière, mercredi 23 juin, ce sont les derniers préparatifs.

Récupération des véhicules et des remorques, du matériel que l’on nous prête, inventaire chargement … la journée va être trop courte.

Il faut encore que je calibre mes compteurs de vélo qui vont me servir de trip, le compteur du BB500 étant trop faux. Je monte le GPS sur la bulle et je parts rouler pour vérifier la concordance entre les compteurs et le GPS. Le préréglage donne de bons résultats. Tout me semble parfait, en plus je n’ai pas trop de temps, cela devrait le faire … grave erreur, mais j’y reviendrais.

Fin après midi les motos sont chargées, les remorques attelées, 18h30 décollage du premier groupe (Sandra, Ludo et moi) qui part dormir à Cahors. A peine parti je me dis que nous sommes trop C.., nous aurions mieux fait de partir avec l’autre véhicule et la remorque avec les motos, j’aime bien avoir ma moto avec moi.

A Cahors nous rejoignons Pierre-Yves qui a choisi de se rendre à Cahors en moto de façon à prendre en main son nouvel engin, un Mac gerbal avalé, nous nous installons à l’hôtel pour un gros dodo.

Jeudi matin.

Je me réveille à l’heure habituelle, 7 heure, direction le petit déjeuner, un petit coup de tel pour savoir où en sont les motos vers 8h30, puis re dodo … jusqu'à 10 heure 30.

Atelier bricolage sur la BM de Pierre-Yves pour lui monter et calibrer un compteur supplémentaire.

12 heures les motos ne sont pas là, je stresse mais j’essais de ne rien montrer, je regrette de ne pas être parti avec la moto surtout que le parking de l’hôtel est privatif.

Nous décidons de nous rendre vers la ligne de départ et de déjeuner sans attendre le reste de l’équipe de façon à nous occuper des motos dès leur arrivée.

13 heure les motos sont là, je me calme un peu, nous nous installons sur le parking, les autres concurrents arrivent, l’ambiance est bon enfant, nous faisons aussi connaissance du Mr Moto local, fort sympathique et des bénévoles qui vont assurer les contrôles techniques et administratifs.

La mise en place a pris du retard ce qui nous laisse du temps …

Les formalités remplis, le matériel et l’équipement contrôlés, je colle enfin les plaques N°, pour le coup nous y sommes, impossible de reculer !

Les préparatifs du départ vont bon train, lecture du road, repérage sur la carte, atelier « découpage collage », atelier « déco », atelier « produit dopants », atelier « préparation du sac pour la nuit », surtout ne rien oublier, j’essais de m’occuper l’esprit pour éviter de cogiter. L’heure tourne, j’avale machinalement tout ce que notre assistance me présente, en plus c’est bon.

19 heure30 il faut penser à s’équiper …

20 heure le premier Motard s’élance..

lundi 28 juin 2010

Par où commencer … je ne sais pas …

Ou plutôt il y a tellement de choses que je voudrais dire en premier, des bravos, des mercis…

Je fais court et groupé de peur d’oublier quelqu’un .

Bravo et merci à tous ceux qui ont cru en nous et qui nous ont permis de participer à cette aventure.

Pour le Team MG Ultimate 2010 l’objectif est atteint et même dépassé.

Au départ il était de passer la première nuit … au final nous finissons tous les quatres le rallye classés, alors que deux tiers des pilotes présents sont hors classement.

Ludo est 32, Pierre-yves 45, Pierro 47 et David 51.

Pas mal pour des poireaux !

Mais le pire c’est que nous y avons pris du plaisir… et même beaucoup de plaisir, il y aura sûrement une suite le Team MG sera présent l'an prochain à l'Ultimate 2011 et avant cela sur d'autres rallyes. (les volcans nous voila ...)

Je pense que chaque membre du team (pilotes et assistances) a vécu cela à sa manière et va vous le raconter à sa maniére, pour ma part je ne réalise pas encore … ma vision perso dans quelques jours…

lundi 21 juin 2010

L’ultime WE ou les ultimes préparatifs

CR WE du 18-20 Juin 2010

Une fois n’est pas coutume sur le blog, pour cet ultime contribution avant le départ, ce n’est pas pierrodelalune au clavier mais son poisson pilote LpS

Vendredi, nous sommes 18 Juin, date qui nous parle, c’est l’appel du général De Gaulles depuis les studios de la BBC de Londres. C’est aussi le jour retenu par la FFMC pour lancer son appel à la résistance !

Jeudi soir, nous avons déposé le CB500 et le Z1000 chez notre préparateur pour effectuer les dernières vérifications des machines ainsi que le remplacement du liquide de refroidissement par de l’eau déminéralisée et de l’éthanol. Pierro retrouve son CB1300S et je suis au guidon d’un CBF1000 mis gracieusement à ma disposition par PL Moto Libourne.

Vendredi soir, nous récupérons donc nos belles et retrouvons PIWY pour nous rendre à l’appel de la FFMC33 devant la préfecture de Gironde. Petite contrariété, le BB500 ne fait que quelques dizaines de mètres avant que son moteur ne s’arrête. Une durite a été débranchée lors de l’intervention. Il est 19H15, le mécano a la gentillesse de venir nous dépanner. Nous irons donc directement à la préfecture sans passer par le point de rassemblement préalable place de la Victoire.

4 représentants de la FFMC 33 sont reçus à 21H par le préfet et d’autres personnes dont Monsieur Moto 33. Une demie-heure plus tard, nos 4 revendications ont été présentées : •Non au contrôle technique pour l’ensemble des 2 roues motorisés, •Oui à la défiscalisation pour les équipements de sécurité du motard, •Oui à une législation claire sur les remontées de files, •Moins d’argent pour la répression, plus d’argent pour la prévention.

Il est déjà 22H, je dois aller déposer le Z chez Fabien, mon mécano personnel pour l’installation des prises allume-cigare. Je passe en coup de vent chez moi pour récupérer le speedo-healer, appareil destiné à corriger l’erreur compteur du Z. Mais impossible de remettre la main dessus. Je décide donc d’emmener le Z et de repasser le lendemain avec le précieux outil. Patricia a la gentillesse de me ramener, il est déjà 23H30. Après 1 heure de recherche, c’est finalement Sandra qui du premier coup ouvre la boite contenu le précieux boitier. On file au lit. Demain, il y a de la route…




Samedi, je suis réveillé avant que le réveil ne sonne, le stress ? Comme prévu, pierro m’appelle vers 10H, il récupère ses nouvelles lunettes et me rejoins chez moi. Je prépare la carte, le cahier des spéciales, les appareils photos, je sors la voiture pour libérer le garage pour le BB500. L’heure tourne, pierro arrive enfin mais me dit que je ne suis pas prêt :-p ...C’est pas faux ! Petit crochet pour déposer le boitier dans la boite aux lettres de Fabien et nous voilà partis sous le soleil, les cheveux au vent pour 4 heures de route plein Est, il est déjà 11H30, nous allons être courts…

Du fait de l’heure de départ tardive, nous décidons d’effectuer une pause déjeuner à Angoulême après seulement un peu plus d’une heure de route. Mais ne vous trompeez pas, chaque minute est utilisée pour préparer le rallye

16H, nous arrivons à Evaux-les Bains, la température a chuté, les nuages ont petit à petit masqué le soleil et la pluie tombe… Après avoir ravitaillé en essence, nous décidons de nous rendre sur la spéciale de Chambonchard dont l’arrivée est proche d’Evaux. Au moment de nous rendre sur le tracé, nous apercevons un KTM 990 Duke avec des plaques numéro sur un parking. Ni une ni deux, nous décidons de rencontrer le pilote. Il n’en est pas à son premier rallye, il nous avouera même être là pour la gagne ! Il s’élancera du départ du quart Nord-Ouest qui sera donné du Mans. Nous aurons l’occasion de le recroiser tout au long de nos reconnaissances.

Le sujet qui nous intéresse donc, les reconnaissances.

ES5 et ES7 - Spéciale de Chambonchard / Chambonchard – Evaux-les-bains / D915 / 3,6km

ES5_et_ES7_-_Speciale_de_Chambonchard.JPG Comme annoncé par l’organisation, c’est une spéciale rapide, sans grosse difficulté. Dès le départ, on part fort : gauche, droite, gauche, attention, il est long et referme ! Ensuite accélération, enfilage commençant par un gauche, ça descend, revêtement âbimé. Puis droite serré sur le point de corde et on attaque la montée. Enfilade où sera installée la chicane, méfiance ! Puis arrivée sur un virage à droite avec bordure intérieure, méfiance. Plus loin gauche lent avec parking sur la droite. On continue la montée. Attention au gauche avec la glissière à l’intérieur, puis le dernier droite et on franchit la ligne d’arrivée sur la crête !

2 passages pour bien mémoriser la spéciale et faire la vidéo commentée plus tard, nous rejoignons Marcillat-en-Combraille pour découvrir le site et les installations

Nous repérons l’église,

la banque,

le café,

l’hôtel,

le foyer rural.

La superrete,

Ne manque que le château avec les tentes qui nous accueillerons pour nos courtes nuits !

Après une petite collation au bar tabac"Au bon accueil" qui porte bien son nom, où nous retrouvons le pilote solitaire, nous repartons en quête du château que nous trouverons aisément grâce aux indications du patron du bar.

Nous nous rendons ensuite au circuit de karting.

Nous sommes accueillis par les aboiements du "chien de garde" et une pluie battante.

Nous acceptons tout de même la gentille proposition du propriétaire qui nous invite à effectuer un tour de circuit à pieds.

Le patron de celui de Saint-Génis où Pierro s’est entrainé n’avait pas menti, c’est vallonné et ça tortille !!!

Nous avons déjà repéré l’endroit où notre lapin, Rabbit, ira creuser son terrier :

lapin_gravier.JPG



Le temps file, nous allons être courts. Je confirme notre venu pour le dîner chez ma maman. Nous prenons ensuite la direction de notre dernière reconnaissance de la journée, la spéciale du Boron.

ES4 et ES6 - Spéciale du Boron / Villebonnet – Saint-Hilaire / D51 – D526 / 8,9km

La spéciale la plus compliquée à nos yeux et nous devrons la parcourir de nuit !!!

Nous ne peinons pas à localiser le départ de la spéciale, le Duke nous y attend.

ES4_et_ES6_-_Speciale_du_Boron.JPG

Cette spéciale débute par une petite route menant à un hameau à la sortie duquel on attaque la boucle. Il faut faire quasiment demi-tour sur la droite après le premier pâté de maison. S’ensuit alors une montée sur route étroite jusqu’au cimetière où l’on rejoint la départementale. Les meilleurs négocieront l’épingle à gauche par la terre ! Nous, nous tenterons de passer au mieux.

On attaque ensuite une descente et dès les premiers virages avec les piquets blancs, on franchit un pont sur la droite et on aperçoit une forte pente sur la gauche, comme une entrée de pavillon bétonnée, il faut la prendre !!!! Cette communale nous ramène au hameau, la boucle est bouclée, on remonte sur le cimetière, repasse l’épingle et cette fois, la descente est à faire !

Un peu plus loin, un saut avec des maisons sur la gauche, lieu-dit Baudry. Et on monte, les virages s’enchainent sans difficulté. Après la traversée du lieu-dit le Manéchal, virage à gauche serré. On continue pour franchir les Bours puis on termine la montée à l’entrée de Saint-Hilaire. Ouf !

Il va falloir la faire de nuit

Il est presque 19H, nous prenons la route pour rejoindre Bessay-sur-Allier. Ma mère ne nous avait pas menti, à notre arrivée vers 20H, il fait encore 14°C et il ne pleut pas !



Un bon dîner, une bonne nuit malgré les ronflements bruyants de Pierro et un bon petit déjeuner plus tard, il est déjà l’heure de repartir faire les dernières reconnaissances. Ma maman nous a préparé un bon pique-nique, de quoi avoir le sourire à notre départ.

Dimanche donc, 10H30, nous reprenons la direction de l’Ouest de l’Allier, synonyme de pluie et de températures automnales. Arrivant par la Nord de Marcillat, nous nous rendons donc à Sainte-Thérence pour la spéciale du barrage du Prat. Une nouvelle fois, nous arrivons sur la spéciale par l’arrivée, nous effectuons donc un premier passage pour rejoindre le point de départ.

ES9 - Spéciale du Barrage du Prat / Prat – Sainte-thérence / D151 / 3,9km

ES9_-_Speciale_du_Barrage_du_Prat.JPG

Le départ se fait au niveau d’un panneau très engageant : Voie unique ! Cela indique qu’à 150m, on s’engouffre sous le pont SNCF, c’est à angle droit à l’entrée comme à la sortie et c’est étroit !!! La route est ensuite plutôt saine.

Une première difficulté : un gauche serré puis après un passage rapide et un long droite en descente. Il débouche sur une ligne droite en forte descente le long du barrage. Anticiper le freinage pour pouvoir prendre le pont sur le Cher. A la sortie, le gauche est raide, prudence !

La montée est technique mais sans piège, juste des virages lents mais facile à lire.

La fin de la spéciale comporte une longue ligne droite avant un ultime enchainement débouchant sur la ligne d’arrivée.

Dommage que cette spéciale ne soit empruntée qu’une fois

ES1, ES3 et ES8 - Spéciale du Gué de Sellat / Les Quéris - Sellat / D20 - D50 / 5km

ES1__ES3_et_ES8_-_Speciale_du_Gue_de_Sella.JPG

Le départ est situé 100m au dessus de la départementale.

On commence donc fort, par un saut pour traverser la départementale. Attention au vol et penser à bien partir vers la droite donc à serrer à gauche avant le saut!

Au hameau, raser la maison à droite par la partie goudronnée étroite. Sinon faut faire le tour du puits c’est très lent

Enchainement de petits virages, prendre à droite, rester à droite et épingle gauche pour rejoindre la départementale.

Premier droit long. Enchainement de virages sans difficultés pour arriver sur un long droit et un gauche qui débouche sur une ligne droite en descente. Ne pas arriver trop fort dans le gauche lent avec parking sur la droite.

Franchissement du pont, attention au virage à droite pour attaquer la montée sans difficultés.

Dernier gauche lent avant de passer un droite-gauche et franchir l’arrivée à la première maison.

Avant d’effectuer un second passage filmé, nous dégustons notre pique-nique. Pierro a particulièrement apprécié le millefeuille

Ces 5 kilomètres vont nous régaler 3 fois !!!




Il est déjà 14H, c’est la fin de nos recos ! Normal, le soleil fait son apparition ! Voici les têtes des deux pilotes satisfaits de leur ouvrage :

ludo.JPGpierro.JPG

17H30, nous arrivons à Bordeaux, il fait un grand soleil et 18°C. Bref…

RDV le 24 Juin à Cahors !!!!

vendredi 18 juin 2010

On avance on avance …

Dernière réunion avant le départ jeudi 17 juin C’est par ces paroles d’Alain Souchon que j’ai envie de commencer ce billet :

''On avance, On avance, On avance.

C'est une évidence :

On a pas assez d'essence

Pour faire la route dans l'autre sens.''

Nous avançons, nous avançons … non sans difficultés, mais nous avançons dans notre préparation.

Pour les entrainements le temps, la météo, et le temps, surtout le manque de temps, ont réduit le programme initial à pas grand-chose.

Deux sur quatre n’ont jamais roulé au road book, même pas de jour, mais profitent de l’expérience des deux autres car nous avons le même matériel, installé de la même manière.

Un sur quatre a expérimenté la conduite sur circuit de kart, les autres feront avec le retour d’expérience et leurs expériences des circuits de vitesse. Heureusement nous avons tous plus ou moins pratiqué cette discipline.

Les roulages de nuits prévus en semaine sont tous tombés à l’eau (de pluie).

Pour la préparation des machines c’est fini.

Reste la vidange des fluides et quelques réglages d’éclairage à peaufiner.

Les belles sont prêtes ou seront prêtes à cinq jours du départ … ouffff nous avions planifé la fin de la prépa 1 mois avant le départ.

Pour l’assistance et l’intendance les filles, Cath et Sandra, ont pris les choses en main cela devrait se passer sans problèmes nous leur faisons confiance.

Elles seront assistées de Mélanie, notre osthéo, de Mathias, assistant osthéo et mécano, de Charles, notre réveil, de Sophie, dans le rôle de « maman » avec Cath et Sandra et de réveil de réveil, de JP et Guy, nos mécano en chef .

Aux dernières nouvelles le (les) colis d'Ipone sont arrivéssuite à un accord négocié par Sandra lors de l'open Mutuelle des Motards à Nogaro. Nous avons de très beau tapis environementaux et de nombreux produits pour nos belle. Merci Monsieur Ipone France pour avoir tenu vos engagements et nous espérons tous vous voir sur l'Ulimate ou à Bordeaux

Le départ est organisé, les véhicules et les remorques choisis, les chauffeurs désignés, le chargement programmé, les horaires fixés, l’hôtel réservé, nous serons au départ… après nous verrons bien.

Mais quel boulot pour tout organiser pour une équipe…

''On avance.

On avance, On avance, On avance.

Tu vois pas tout ce qu'on dépense. On avance.

Faut pas qu'on réfléchisse ni qu'on pense.

Il faut qu'On avance.''

lundi 14 juin 2010

« Maman je ne veux plus y aller »

« Maman je ne veux plus y aller »

« On fait comment pour se dés inscrire de ce truc de malade ? »

Voila les deux réflexions entendues au milieu de la nuit … mais les deux motards qui les ont faites avaient une Banane …que vous ne pouvez imaginer !

Mais commençons par le début.

Ce week-end était programmé un test de roulage de nuit et de lecture de Road book. Nous avons en notre possession les premiers kilomètres du road de l’an dernier au départ de Périgueux, merci à l’organisation

Présent Ludo et Pierro.

Ludo de justesse car le Z était en Préparation. Nous sommes allé le récupérer samedi matin (à deux sur le BB500) et nous en avons profité pour déjeuner avec mon concessionnaire préféré qui a accepté de faire cette prépa de dernière minute et qui nous a aussi invité au resto.

Encore merci Fabrice pour tout ce que tu fais pour nous!

Retour sur Bordeaux, chacun rentre chez lui se préparé et rdv est fixé à 16h30 17H00 chez Cardy pour partir en direction de Périgueux. Je suis un peu à la bourre, Ludo en profite pour monter des embouts sur son nouveau guidon, le plein et en route par les petites routes…beau temps, routes viroleuses, nous arrivons à Marsac sur l’Isle, vers 19h15 et nous nous garons sur le parking de la concession où le départ a eu lieu l’an dernier.

Petite pose, une Polo est garée devant la porte, le rideau n’est pas tiré, nous allons toquer à la porte et le concessionnaire, sympa, nous ouvre. Après lui avoir expliquer la raison de notre présence il nous fait part de son expérience de l’an dernier au guidon d'un Versys : « le truc le plus dur que j’ai jamais fait, mais mon meilleur souvenir aussi»… ça promet … un dernier conseil : « attention au gibier »

Fort de ce dernier conseil nous nous mettons en quête d’un hôtel, puis une fois installés nous nous attaquons à la lecture du road, au dernier moment comme pour le vrai rallye. Quelques points de repères tracés sur la carte, il est temps d’aller dîner (somptueux au Mac gerbal), de charger le road dans le lecteur.

Dès que la luminosité baisse nous nous mettons en route. Comme nous n’avons qu’un Road je commence à ouvrir, puis nous chargerons le road sur la moto de Ludo. Et c’est parti pour une centaine de bornes …

Km 0 - Il est 22H... La lecture des indications est simple et claire, la manipulation du lecteur ne pose aucun gros problème, juste de petit réglages à faire et l’éclairage des notes est parfait. Mon Bi-Xénon éclaire trop bas (réglage volontaire car j’utilise la moto tous les jours et une fois de plus je n’arrive pas à le remonter), les phares additionnels remplissent bien leur fonctions, éclairer les côtés. J’ai fait durcir la fourche et sur ces routes de M….e je m’en veux.

Quelque minutes à peine après la tombée de la nuit le conseil « attention au gibier » prend toute sa signification, après avoir croisé un gros chien, quelques lapins, c’est un chevreuil qui décide de faire la course avec Ludo … impressionnant, nous croiserons encore quelques spécimens mais pas de sangliers suis déçus.

Première pause au bout de 40Km, après avoir parcouru des routes merdiques, du chemin de terre, de la piste les deux premières réactions qui nous viennent sont (Je vous laisse deviner qui a dit quoi.) :

''« Maman, je ne veux plus y aller »

« On fait comment pour se dés inscrire de ce truc de malade ? »''

Mais lancées avec de tel sourires et aussitôt suivi en cœur par : «Patrick est un grand malade mais j’adore ça ! »

Quelques kilomètres plus loin nous échangeons le road de moto, Ludo ouvre, encore équipé de l’éclairage d’origine il s’en sort plutôt bien. La place de suiveur est plus confortable, la stratégie de roulage en équipe doit permettre de moins se fatiguer et de moins stresser. Ces kilomètres sont relax pour moi malgré des routes toujours aussi étroites et très sales, suite aux violents orages des derniers jours, les animaux que l’on observe mieux et les changements de direction incessants, pauvre Ludo.

Nous arrivons aux 100Kms notre objectif du jour ou plutôt de la nuit, en un peu moins de deux heures arrêt compris. Nous ne tenons pas la moyenne de 60km/h mais là n’était pas l’objectif de ce test.

Ce que nous avons appris :

- Il y a des bêtes sur la route la nuit

- Le rallye routier ça se pratique sur des routes vraiment petites mais aussi sur des chemins de terres et des pistes (David et Pierre-Yves vont être bien avec les GS)

- Nos compteurs sont faux (en 50 km le BB500 avait un décalage de plus de 2 km), il faut monter et calibrer des compteurs de vélos.

- Il faut arriver au départ avec du matériel testé et réglé, il reste du boulot sur l’éclairage en particulier et les lecteurs de road.

Retour à l’hôtel par des routes beaucoup plus roulantes (Sarlat, Les Eysies, Périgueux) au dodo à 2h du matin.

Nous avons encore engrangé de l’expérience et de la confiance cela va être grand

Mais « On fait comment pour se dés inscrire de ce truc de malade ? »

- trop tard

« Maman je ne veux plus y aller »

- trop tard aussi

mardi 8 juin 2010

Le circuit de Kart c’est physique

Entrainement sur le circuit de St Genis de Saintonge lundi 7 juin AM

C’est le lendemain matin que je me rends compte que je n'ai plus 20ans ... j'ai mal partout :(

Le circuit de kart c'est très physique! On est tout le temps en mouvement sur la moto.

La partie "rapide" du circuit correspond à une partie "très lente" d'un circuit de vitesse, au bout le la ligne droite j'étais à fond de ....2 . De beaux virages où il faut déhancher au maximum sinon ça frotte sévère. kart1.jpg La partie "lente" du circuit ressemble plus à une épreuve de plateau ou aux gymkhanas de ma jeunesse. Passage en deux aussi (impossible en première ça tape) mais en enroulant, des trajectoires pas évidentes pour pouvoir accélérer tôt et fort.

Je suis d'accord avec Chriss qui roule en super Mot et m’a fait découvrir le site, on apprend beaucoup sur ce type de circuit et le premier roulage est plutôt "surprenant" mais c'est très amusant, à faire absolument. kart2.jpg En fin d’après-midi je pense commencer à rouler plus propre et plus vite, les super motards ne m’atomisent plus autant …



Un verre pris avec le patron du circuit m’en apprend un peu plus sur le circuit de Marcillat..

En résumé plus sinueux, moins rapide, avec de forts dénivelés (près de 5m par endroit) et des virages en aveugle … cela nous promet de belles émotions pour la dernière spéciale de l’Ultimate

Merci Chriss de m'avoir fait découvrir cet endroit et les personnes fort sympa qui l’animent, je pense y retourner très vite. kart4.jpg

lundi 7 juin 2010

Déjà on sait où poser nos valises

Déjà ou non, enfin nous savons où poser nos valises

Jeudi 3 réunion, toujours chez Cath et JP, avec comme objectif comment on y va et où qu’on dort.

Nous ne sommes pas des rêveurs, dormir tout notre saoul nous n’y croyons pas trop mais nous reposer au calme cela doit être possible. Après avoir déterminé qui part quand nous nous décidons.

Pour le départ cela sera le mercredi 23 dans l’après midi, avec deux véhicules et deux remorques, pour une arrivée tranquillou à Cahors pour le dîner, et ensuite dodo tôt, lever tard et glandouille jusqu’aux vérifications techniques. L’hôtel est réservé. Nous cherchons un endroit pour siester l’après-midi, cela ne devrait pas être trop difficile

Pour ce qui est du reste du Rallye, pour le moment nous avons posé une résa pour des chambres d’hôtes, mais à 9 Km de Marcillat. Un inconvénient : 8 places et nous sommes 10. Un avantage : le fan club ne sera pas loin car le camping est à Rommet aussi.

Nous continuons à chercher une solution plus proche du paddock …

Pour l’intendance cela s’organise aussi, pour les pilotes barres, boissons et produits fournis par l’entreprise (je ne sais pas si je peux la citer) de David, plus des pâtes, des pâtes et encore des pâtes et un bon resto sur la route du retour !

Pour le retour le dimanche avec ENORME arrêt resto, certains (dont moi) se demandent s’ils ne vont pas rentrer en moto avec le fan club… mais non ils ne sont pas fous, quoi que ?

Lundi après-midi entrainement sur circuit de Kart

Déjà ou non, enfin nous savons où poser nos valises

mercredi 2 juin 2010

Dernière minute

les prises allume-cigares étanches sont installées sur le BB500 (merci Fabi pour la commande et l'installation).

Nous avons choisi d'en installer deux:

Une sous la selle pour le tracker que je sortirai après le rallye

Une encastrée dans le carénage à l'avant que je concerverais.



Pour le moment elles sont cablées "avant contact" sur un petit fusible (5 ou 3 Ampères), celle du carénage passera en "après contact" pour un usage quotidien entre les Rallyes...

Et oui, nous envisageons, maintenant que les motos sont équipées, de faire d'autres rallyes routier en août et en septembre ;)

La moto de Ludo est depuis mercredi soir chez PL Moto (mon préparateur ;)) pour la révision et la préparation. Pauv Ludo il est à pied il vient de vendre son 1000 Repsol :(

affaire à suivre

mardi 1 juin 2010

Premiers essais de nuit :

Quelques kilomètres sur les petites routes autour de Fronsac entre deux averses.

L’éclairage est maintenant complet, une ampoule bi-Xénon vient de remplacer le H4 d’origine, et 2 H3 halogènes l’accompagnent. __ Pour éclairer cela éclaire.__

Au départ j’ai cru que les halogènes ne fonctionnaient pas, le Xénon est tellement puissant que je ne voyais pas le faisceau des phares additionnels.

Un petit réglage sur une route déserte et cela va mieux. Le xénon éclaire devant, le H3 de droite éclaire le bas-côté gauche et inversement le H3 de gauche éclaire le bas-côté de droite.

En résumé le BB500 louche.

Ce réglage s’avère très efficace, il me reste à régler la hauteur du phare, j’ai l’impression qu’il éclaire trop haut et de nuit je n’ai pas trouvé comment faire la correction sur le CB500 (maintenant je sais, la prochaine fois j’emporterai une frontale).

Pour le road-book, l’éclairage de plaque est largement suffisant, aucuns reflets désagréables sur la vitre, aucune gêne pour le pilote.

Il me faut tester tout cela sur une plus longue distance pour voir comment la machine, le pilote et la batterie (elle est neuve) réagissent à plusieurs heures de roulage tous feux allumés.

Il me tarde les entrainements de nuit, mais là il faut attendre que le temps s’améliore car dans le sud-ouest pour le moment c’est l’hiver

vendredi 28 mai 2010

Nous allons être courts.

Compte rendu de la réunion Ultimate du 27 mai 10 Nous allons être courts.

__Beaucoup de présents, de nombreux excusés pour cette réunion, je ne vais pas faire la liste, trop longue et je manque de temps. Le manque de temps c’est ce qui ressort en premier de cette réunion, nous allons être courts sur tout. Sur la Préparation des machines, une de prête sur 4 ; sur les entrainements, pas encore commencé ; sur les réservations, mais là je suis fautif ; sur l’assistance, les bonnes volontés sont là, il faut organiser__

La préparation des machines : Seul le BB500 est prêt, Pierre-Yves change de monture et négocie la préparation en même temps, David confie sa moto au grand maître des GS, Paco. Pour le Z1000 de Ludo la prépa devrait commencer cette semaine en attendant il va rouler en TMax.

Fabi s’occupe de la commande (2 par moto) de prises allume cigare étanches et de leur montage, nous lui apporterons nos machines à tour de rôle.

Sandra a reçu un avis de passage, peut être le colis Ipone, elle doit recontacter le Directeur France, avec qui elle avait discuté, Lundi (31mai)prochain

Les entrainements : -Un entrainement circuit de Kart en Charente un lundi, seul jour ou le circuit est accessible aux motos (un AM doit suffire) retour de nuit ;) Pas de date de fixée mais reste le 7, le 14 et le 21 juin faut se décider -Un ou plusieurs entrainements de nuit sur des parcours connus au tour de bordeaux de 22h00 à minuit ;) Pierro propose le Mardi et le Jeudi soir dès que possible, pour tester l’éclairage et s’habituer aussi -Sur un week-end un entrainement de nuit lecture de road sur le road de l'an dernier départ Périgueux et un entrainement de jour lecture de road sur le road de l'an dernier départ Périgueux Proposition pour le 12 et 13 juin ce qui nous laisse un peu de temps pour rectifier les PB rencontrés -Un week de reconnaissance des spéciales et du lieu (Marcillat en Combraille) avant le 21 Juin (date limite des reconnaissances) Proposition pour le 19 et /ou20 juin d’une reco en Bar pour ceux qui veulent ce qui permettra de finaliser l’orga en fonction de la disposition des lieux ….et de la situation de notre hébergement

Les réservations : Un raté il y a plus d’un mois, Sandra avait dégoté des places dans le foyer rural au centre de Marcillat, et je lui ai dit de ne pas donner suite car c’est aussi l’hébergement de l’orga et qu’il risquait de manquer de calme, de plus nous n’avions aucune idée du nombre de places nécessaires. C’est donc resté en suspend et les vacances des uns et des autres sont passées dessus. Sandra se remet en recherche, nous avons le nombre de personnes, je croise les doigts qu’il reste quelque chose de libre. Il restera toujours le camping. Pierro creuse l’option Camping car

L’assistance : Les bonnes volontés sont là, il nous faut déterminer le « qui fait quoi », avec plus de précision, je vous propose donc d’y réfléchir et de mettre nos réflexions en commun lors d’une petite réunion spéciale assistance Jeudi prochain (03 juin) ou un autre jour mais de la semaine prochaine, le temps presse…

Nous allons être courts.

Une nouvelle fois merci à Catherine et JP pour l’accueil

- page 1 de 2