Comme on le sait, la sécurité routière en France, c'est beaucoup de fumée et surtout de répression, beaucoup de déclarations stupides et de vent de la part de ceux qui sont censés la ... euh... comment dire ?... penser (Non, quoi, rigolez pas, c'est avec votre argent !). Surtout en ce qui concerne celle des motards, bien sûr. Je ne reviendrai pas sur le désormais célèbre brassard fluo ni sur la taille de nos plaques qui valent ses plus riches heures à celui qu'on devrait appeler "M. Moto National" mais qui n'est finalement que l'avatar le plus misérable d'une politique qui prétend vouloir notre bien. Voilà un gus qui voulait certainement se faire mousser devant les copains et qui se couvre de ridicule chaque fois que son patron ouvre la bouche. Quelle belle constance !

Tout cela nous conduit donc à donner de la voix les 24 et 25 mars prochain pour affirmer qu'une autre politique de sécurité routière est possible.

L'un des points sur lesquels insiste fortement la FFMC est le port d'équipements sécurisants pour le conducteur et ses passagers. Je veux dire que, au-delà du casque obligatoire (avec ses étiquettes réfléchissantes, pardi !), un conducteur de 2-roues motorisé (2RM) tant soit peu soucieux de sa sécurité doit aussi porter des gants, une veste avec des protections, un pantalon de toile solide si possible avec des protections lui aussi et des chaussures montantes ou des bottes protégeant la malléole. Là-dessus, la plupart des gens qui savent ce que signifie conduire une moto sont à peu près d'accord. La FFMC prêche pour des campagnes d'incitation accompagnées par les assureurs à l'instar de ce que fait la Mutuelle des Motards. D'autres plus radicaux voudraient instaurer une obligation qui aurait l'avantage de se dispenser d'explications et donc de devoir convaincre. Toujours ce déficit de confiance en l'intelligence de l'être humain. Et c'est là qu'on retrouve la farouche volonté de l’État qui se contente, lui, de gilets jaunes et de plaques A4. On en rirait presque si ce n'était si tragique, hein, M. Moto ?

Si les campagnes pour le port d'un équipement sérieux ne sont malheureusement pas pléthoriques, force est de constater que chez certains annonceurs la vision de l'équipement de l'utilisateur de 2RM reste plus que préoccupante, hélas, alors qu'ils ont d'importants moyens de diffusion. Le mot "vision" est d'ailleurs le mot juste puisque les auteurs de la dernière ineptie en date sont les "communicants" de l'opticien de notre Johnny national : Optic 2000.

Dans leur dernière pub, on voit une bien charmante personne enfiler son casque demi-jet sur sa belle paire de lunettes et grimper sur sa moto. Mais là, pas de risque que son équipement nous prive le moins du monde d'admirer sa plastique alléchante. La dame est en short et débardeur, rien de plus, et vous toise crânement genre "motarde pure et dure". Chez Optic 2000, en plus d'avoir des goûts de chiotte, question rock n' roll, on ne se prive pas d'avoir des idées sexistes, pour ne pas dire "cul-cul", de la femme à moto et des motards en général.

Je ne mentirai pas : je préfère regarder la jolie dame que la trogne du Johnny. Mais déjà ça, la regarder presque à poil sur sa moto, ça me fait mal. Je sais bien qu'on ne monte pas sur nos bécanes pour se vautrer mais quand même, on sait que ça peut arriver. Je sais toute la difficulté que nous avons à convaincre les adolescents, en particulier, de se vêtir sérieusement pour conduire leurs cyclos, surtout l'été. Comment expliquer à des gamins qui ne peuvent évidemment pas l'imaginer la cruauté de certaines blessures causées par les glissades sur le goudron ?

On peut donc dire qu'Optic 2000 va beaucoup nous aider avec sa pub imbécile. C'est quand même étrange qu'un opticien ne soit pas capable de voir plus loin que le bout de son chiffre d'affaire.

Triste !