Réduire la vitesse de 10 km/h sur le réseau secondaire ? Que voilà un bon sujet !

J’adore l’histoire du test sur quelques départements !!!

Un fabuleux procédé pour dire oui sans en avoir l’air.
Le meilleur compromis possible. Ceux qui sont pour s’en réjouissent, ils sont entendus, leur demande est prise en compte, elle en devient légitime du coup…
Ceux qui sont contre se voient répondre que l’on ne peut pas être opposé à un test, que l’on verra bien en fonction du résultat, qu’il faut se donner les moyens de vérifier… et que bien entendu si cette mesure n’est pas utile elle sera abandonnée.
L’annonce met ‘pour’ et ‘contre’ dos à dos, les premiers contents, les seconds pas contents !

C’est également...

Un fabuleux procédé pour dire non sans en avoir l’air.
Ceux qui sont pour peuvent légitimement penser que jamais cette mesure n’entrera en vigueur et que la mise en test c’est juste pour ne pas les mécontenter et leur administrer un petit calmant pour freiner leurs ardeurs sécuritaires…
Ceux qui sont contre peuvent légitimement penser que la mise en test c’est juste pour ne pas dire immédiatement que la mesure ne sert à rien, mais que bien entendu si elle était si pertinente elle aurait été appliquée de suite à sur tout le territoire…
L’annonce met ‘pour’ et ‘contre’ une nouvelle fois dos à dos, les premiers par contents, les seconds contents !

Bon alors, quel est l’intérêt de ce type d’annonce ? Quel est l’intérêt de se foutre alternativement chaque moitié de la population à dos ?
C’est de la politique…. Envoyer des signaux tellement confus que l’on peut surfer sur la bonne ou la mauvaise analyse en fonction des interlocuteurs… Avoir toujours raison en quelque sorte et donc rester au-dessus de la mêlée… Tester l’opinion publique, mesurer l’acceptabilité sociale de la mesure… Occuper le terrain, exister médiatiquement en lançant un débat qui permettra à chacun de s’exprimer, de faire valoir son point de vue ? Dans tous les cas, faire parler de soi, montrer que l’on agit et par conséquent légitimement s’approprier le bénéfice d’une ‘politique’ de sécurité routière… ça fait de l’air, ça brasse du vent, ça fait les choux gras de la presse et des médias, ça fait vendre du papier… et toujours on parle du Ministre en charge du dossier !
C’est tout ça finalement.
Fabuleux procédé que cette histoire de test…
La politique du ventilateur en quelque sorte !!!

Au fait on en est où avec la mise en test de la circulation inter-files ?