Imaginez…
desert 2014 un ciel bleu immaculé, un soleil qui règne en maitre dans cet azur infini, devant vous rien à moins de cinquante kilomètres, sous vos roues la piste, à peine dessinée qui n’attend plus que vous tourniez la poignée droite pour vous emporter à fond de sixième vers cet horizon lointain où l’on devine dans la brume de chaleur les vagues mouvements d’un relief incertain !!!
Etrange la communication des marques qui vous font rêver de grands espaces au guidon du gros trail dernière génération. Idyllique l’image sur papier glacé du pilote tiré à quatre épingles sur sa grosse cylindrée rutilante….
Seulement sur la photo, on ne voit pas la poussière, la piste sable-gravier glissante comme du verglas, les mouvements de terrains façonnés par les oueds en crue taillant des saillies larges comme des autobus, les galets vicieux moitié ensevelis qui viennent brutalement frapper la jante de votre roue avant et vous propulser de droite et gauche comme une marionnette qui aurait perdu la moitié des fils la reliant au manipulateur….Sur la photo on ne devine pas que dans les minutes qui suivent vous allez rencontrer des kilomètres de sable mou, très mou et très profond… et que là, votre gros trail, après la vingtième embardée, après le dixième tout droit, après la cinquième chute… le souffle court et les bras tétanisés, vous allez probablement le maudire !
C’est du vécu, il y a quinze jours à peine, dans un minuscule village à 200km à l’est de Ouarzazate, le long de la frontière Algérienne, nous avons vu débarquer, sortis de nulle part, deux fiers teutons à la tenue orange immaculée, chevauchant chacun un puissant trail Autrichien, couleur raccord avec les habits, équipement full Dakar… Ils devaient bivouaquer quelques kilomètres plus loin, à l’auberge du Dinosaure (point GPS N30 38.260 W04 48.800 pour ceux qui sont très curieux !).isolé 2014 Ils nous ont méprisé du regard, nous, les quatre ‘frenchies’ avec nos petites enduros de 250 à 450cm3 de cylindrée, anachroniques et visiblement pas à la hauteur du décor environnant… Pendant que nous terminions l’incontournable thé, les gros poum-poum se sont éloignés traversant le village à toute allure…. Nous avons repris notre chemin et à peine sortis du village nous les avons retrouvés, faisant route inverse, manifestement désemparés mais toujours aussi pressés… ils venaient de renoncer devant l’épaisseur du fesh-fesh recouvrant la piste par ailleurs cernée de sable très mou et profond ! Ils n’ont jamais vu la très particulière auberge du Dinosaure pourtant à moins de 10 kilomètres de là ! dinosaure 2014Nous, nous y avons passé une soirée inoubliable tous les quatre, tajine et poulet grillé, en remerciant d’une amicale tape sur la selle nos petites enduros qui sans rechigner ni nous éreinter nous ont permis de parcourir près de 4000km de piste, de sable, de dunes dans ce sud Marocain si merveilleux quand on peut se tenir à l’écart du goudron et des routes à touristes….
Finalement, la grosse orange avec beaucoup de jus, si t’as pas la caisse… tu oublies !