Il est gentil et conciliant Francis lorsqu’il évoque dans le dernier billet publié sur son blog **sa vision et son ressenti post assises nationales de la FFMC, qui se sont tenues à Lamoura le weekend de la Pentecôte.

**http://lesblogs.motomag.com/blogduloupgarou/2014/06/11/le-pourquoi-du-comment/

Oui Francis, le premier coup de pute, comme tu le nommes, il est pour le moins déplacé quand il est asséné par un salarié du mouvement, qui outrepasse à ce moment-là allègrement son devoir de réserve et de neutralité les plus élémentaires.
Le second coup, il est également porté par un autre salarié… ça fait beaucoup non ?
Respect des abonnés, respect des militants, respect de ceux qui vous font vivre… votre point de vue peut s’exprimer, mais là, dans un débat aussi clivant, c’est trop !

Quant à la prise d’otage de la plénière par ces individus immatures, tant ceux pérorant à la tribune, que ceux sifflant et vociférant tapis dans l’ombre du fond de la salle, qu’en dire ? Qu’en penser ?
Un argumentaire sans fond, des mots mis bout à bout, sans objectif véritable, sans projection dans l’avenir, sans stratégie, sans vision, juste une leçon bien apprise et bien récitée par des intervenantes à peine crédible tant ça sentait la mauvaise manip et tant leur jeunesse dans le mouvement permet de douter de leur sincère objectivité…
La dictature de la parole…
La colère ! Assis sur son derrière avec les bras croisés… !
La colère d’un coordinateur qui n’a entrainé ses militants sur aucune action forte et mobilisatrice, aucun marquage de radars, aucune fluorisation de mobilier urbain pour répondre à un appel national, aucune action remarquable en dehors des sacro-saintes manifs promenades… et d’une remarquable action anti débordement de réservoirs tout en douceur et consensus… (Non j’ai pas dit lèche cul…)
La colère, juste pour avoir raison, juste pour exister, presque par caprice…tel un Néron jouant de la lyre et chantant tandis que sa ville brule !
La belle colère, la bonne colère…qui a réussi à couper le mouvement en deux, chaque moitié repartant mécontente…
Et maintenant qu’on n’est plus citoyens…ou que si mais pas que… enfin maintenant que chacun peut faire, dire et écrire comme il l’entend, mais surtout maintenant que le fédéralisme déjà fragile en a pris en gros coup dans les dents… on fait quoi de nos meilleurs ennemis qui eux ne se regardent pas le nombril pour nous concocter des mesures toujours plus liberticides, toujours plus contraignantes, toujours plus répressives…
yaka leur dire que la colère est revenue et à n’en pas douter ils vont trembler !!!