Ce matin, je suis allé faire mes courses... Quoi d'extraordinaire que d'aller faire mes courses un samedi main, cela m'arrive (presque) tous les samedis matin ... Parce que j'étais en moto ? Nan, là aussi, souvent, malgré le nbr de bouches à nourrir, les valises de la béhème ingurgitent nos courses avant nous...

Nan nan, le truc, c'est que je suis allé faire mes courses le samedi du week end de la Pentecôte. Et que j'écris ces lignes le samedi après midi du dit jour. Et cela ne m'était pas arrivé depuis 15 ans !!!

15 ans de week end de Pentecôte à crapahuter avec 500 motards hirsutes en tee shirt FFMC, Moto Mag ou Mutuelle des Motards. A ces minutes, le rapport financier doit être lu et discuté, après avoir écouté, non sans affuter les contre arguments, la lecture du rapport moral oral du bureau national. Par coeur, je connais par coeur, ce minutage aussi imprécis que réglé (Hein ?) de cet ordre du jour quasi immuable depuis la création de la FFMC et de son mouvement, il y a presque 30 ans.

C'est le premier week end de Pentecôte depuis cette année 1995, année de mon adhésion, que je ne fais pas les assises. En tant que militant local, puis en tant que militant national, j'ai assisté à toutes les assemblées générales. Pas toutes les journées de travail (J'en ai râté 2 pour cause de grippe et de tour de rein). Cela fait un an que j'ai quitté le bureau national, poussé par plein de raisons que la mémoire de l'hébergeur du site de Moto Mag ne pourrait pas accueillir. Citons en les plus importantes : une lassitude de combats contre les cons (En interne), une lassitude de temps donné et un constat de difficulté pour la FFMC à prendre sa place de moteur en énergie et en créativité pour répondre encore mieux aux difficultés du monde de la moto. En bref, une volonté inconsciente de vouloir reste de "jeunes agités" plutôt que de vouloir entrer réellement dans le monde des adultes. Méchants hein ? Non, même pas, tout simplement réaliste avec une pointe de désillusion qui me fait paraître excessif.

Je crois en la capacité du collectif à déplacer des montagnes et je crois en la capacité de réaction des individus pour transcender les difficultés en créant. C'est de la nécessité que nait la création et l'intelligence collective.

Or, à des besoins clairement définis et constatés, la FFMC ne m'a pas prouvé, loin de là, sa capacité à être moteur, laissant le soin à d'autres, mêmes dans le mouvement à créer à sa place. Et donc, parce que nous sommes dans le même bateau, sans ambigüité de la part de qui-que-ce-soit, la paternité en revient au mouvement.

A mon avis, la Fédération n'a pas su faire, et j'en prends une partie de la responsabilité (Ayant été au BN suffisamment longtemps), sa révolution pour s'adapter au nouvel environnement des motards. Je ne parle en l'occurrence pas de débat stérile des motos et des scooters. La population motarde est de plus en plus hétérogène, sans avoir inventé de (réelles) nouvelles pratiques depuis 30 ans. Mis à part le stunt, qui n'est que la déclinaison acrobatique (Et moins risquée peut être) des "400 départ arrêté" d'il y a 20 ans, on se sert toujours de sa moto pour aller au boulot, pour travailler, pour se balader, pour partir en vacances et pour emmener sa "nouvelle(eau)-copine(ain)-sur-la-côte-le-week-end" !!!

Parallèlement, le motard passionné, le motard sécuritaire, le motard professionnel, le motard week end / soleil et le motard vacances ont rencontré le motard "moto / boulot / dodo", qu'on a du mal à assimiler à notre communauté, du mal à cerner ... Est ce un automobiliste en deux roues ou un deux roues à qui il manque un volant ?

Toi, le motard que j'ai suivi 3 ou 4 km vendredi dernier, sais tu que j'avais une furieuse envie de te foutre mon poing dans la gueule au stop ? Pourquoi ? Parce que tu portais un chasuble jaune fluo par ce magnifique soleil !!! Avec marqué "AMV" qui plus est !!! Tu creuses ta tombe de motard, et la notre par la même occasion... Parce que si on t'interroge, tu diras "c'est pour que les automobilistes me voient mieux"... Et pourquoi ne pas allumer les codes en plein jour pour les autos non plus ? Pour qu'elles voient mieux les motards ! Quoi lui dire à celui là ? Qu'il y a une concentr' avec bières et tatoueurs dimanche prochain ? Eurk. Que la FFMC siège dans les PDASR de préfecture ? Eurk. Que les flics, c'est tous des nazes ? Fuck da police ... Eurk. Alors, si, le discours, je le connais. Si tu mets, cela, la fausse bonne idée individuelle se transformera en fausse bonne idée gouvernementale, relayée par les associations de victimes gavées de subventions publiques, ne représentant qu'elles mêmes et servant de relais à toutes les idées conservatrices parce que leurs dirigeants émargent dans les plus grands relais d'opinion conservateurs de la société...

Et le motard "moto / boulot / dodo" qui a hésité entre la R1200rt (Salaud !) et le MP3 de Piaggio pour aller à la Défense tous les matins... On lui dit quoi ? Du haut de notre blouson de cuir graisseux autant que nos cheveux (A cause du casque, pas de l'absence de shampoing depuis les dernières vacances à la mer)... Alors que sa condition de motard en entreprise, il ne la connait même pas. A t il un emplacement sécurisé pour mettre sa moto ? Sécurisé ne voulant pas dire simplement à l'abri du karcher des employés municipaux, mais bien des vols et dégradations. Sait il si il est bien assuré en usage affaires pour l'utiliser entre les heures d'embauche et de débauche ? Sait il que les gants en fleur de daim ne conviennent pas en cas de bisous avec une bitume hostile et sans scrupules ?

Et le motard passionné, quelqu'un va t il lui expliquer qu'il reste encore des places au musée des "vieux souvenirs" parce que la moto passion est une espèce en voie de disparition tellement la société de consommation a banalisé l'acte d'achats qu'on en devient aussi pressuré que les caisseux avec leurs Picasso ou C3. Tellement décérébrés qu'on nous tient les mains pour dire "il manque 0.5 bars dans vos pneus, il faut les gonfler !" A quand la lumière pour dire "n'avez vous pas envie de pisser ?".

Et le motard vacances, celui qui fait ses 5000 km sur les 4 semaines de vacances. On lui dit que selon les assureurs, il a déjà parcouru 3/4 du km moyen d'un motard dans l'année, et qu'à partir de maintenant, il lui reste 2000 km à faire autour de l'été sinon, il perd trop de pognon ! Sachant que les 2000 km, c'est ce qu'il faut grosso merdo dans le mois...

Toutes ces catégories de personnes sur une moto, vous les avez autour de vous. Or, je pense que la Fédération, dans sa vision égalitaire et puriste, héritée de ses combats, de ses origines, de ses acteurs, a raté l'adaptation. Où sont les sidecaristes ? Où sont les handicapés ? Là, me direz vous, par ASF ou HMS... Non. Ce n'est pas si vrai que cela, car rien, ou peu, se fait avec eux. Et je ne parle bien entendu pas de la balade gentillette avec les enfants handicapés du centre d'à côté ou la balade au profit d'HMS, je parle d'un vrai travail de discussion et d'intégration des caractéristiques de ces populations dans le discours de tout militant FFMC. Par un vrai argumentaire, travaillé et intégré, parce que le militant départemental doit porter le discours de toute la fédération, dans son ensemble.

Mais la Fédération n'est pas prête à cela, car on ne rentre pas sur un projet politique d'une vision de la pratique de la moto, partagée et travaillée, on rentre sur des bases plus ou moins liées à l'accidentologie moto (les caisseux, tous des cons) ou sur une volonté de faire des manifs pour défendre des acquis corporatistes. Qui rentre sur la vision de ce qu'est la moto ? De ce qu'elle représente dans la société ? De ce qu'elle doit / peut devenir ? De ce qu'elle est vraiment en terme d'objet ?

Moi, je dis, la moto pollue. Il faut donc qu'elle pollue moins, car ne pas le vouloir, c'est s'exposer à une contrainte imposée et douloureuse à court terme. Moi, je dis, la moto doit être exclue des lieux quand la voiture l'est (Centre ville), car qu'a t elle de différent en terme de risques, de pollution ou de nuisances ? Moi, je dis, la moto n'a pas à être utilisée en forêt ou dans les dunes de plage, car elles font du bruit, polluent et font peur (Animaux comme humains). Moi, je dis, la moto fait du bruit quand elle roule, il faut donc INTERDIRE les pots sportifs et non homologués sur route, car les motos sirènes à 14h ou 3h, c'est pareil, désagréable horripilant et impossible à défendre. Cela rompt avec quelques dogmes que la Fédération s'est imposée pour ne pas nuire à une partie de son "sociétariat". Quand je participais à la création d'une antenne, je commençais mes présentations en disant que la place des fanas des wheelings et autres ruptures n'étaient pas là. Toujours, 3 ou 4 partaient en râlant. Pas grave, on pouvait commencer.

Oui, il faut permettre à tous de se défendre devant la justice, Oui, il faut permettre à tous de pouvoir avoir le choix dans ses achats, Oui, il faut permettre à tous de prendre du plaisir en roulant. Non, cela ne peut se faire au détriment de la planête. Non, cela ne peut se faire au détriment des autres usagers de la voie (Du piéton à l'automobiliste) Non, cela ne peut se faire au détriment de la survie même de la pratique de la moto, car une minorité sert de prétexte à nos gouvernants (Et l'actuel en est un exemple flagrant) pour réagir sur des anecdotes et contraindre une majorité sur la base des actes d'une minorité.

Enfin, je terminerai en expliquant un virage que la fédération a commencé, mais qui traine trop. Celui de la professionnalisation et de la sauvegarde des connaissances. La professionnalisation, c'est laissé les salariés faire des choses, porter des choses, tout en leur donnant au préalable les cadrages nécessaires (Ce qui induit qu'on les ait pensé avant). L'autre, c'est la perte sèche de connaissances bénévoles des gens qui se sont investis localement et nationalement, quand ils partent. Je connais la réponse : "il faut rester et aider dans ton antenne". Certes. Mais non, désolé, pour ma part en tout cas, l'appétence militante n'est plus au niveau local, niveau sur lequel j'ai donné pendant 10 ans à peu près (4 en tant que président et 6 en tant que webmaster du site). La modification statutaire rejeté en 2008 de mettre en place un conseil d'administration était une piste. Elle a été rejetée sur cette crainte infantile et irraisonnée de la prise de pouvoir par une personne. Alors qu'en fait, les modifs proposées allaient dans le sens d'un meilleur partage et d'une meilleure modération, car c'est en ce moment, et depuis des années, que la fédération est à la merci d'un dictateur. Plus nous mettrons des lieux de concertation et d'intelligence collective, plus l'émergence d'invidualités sera faible et moins le risque sera présent.

Alors, voilà, à cette heure le rapport financier doit être terminé, les votes doivent être en train de se dérouler. On va discuter de sujets d'actualité probablement, en "pleinière", préparant les commissions de travail à venir. Au fait, qui rentrera au BN ? Y a t il enfin des militants, capables de penser, travailler et avoir une vision à terme de ce que doit être la FFMC ou va t on encore avoir le bon bénévole d'antenne qui veut "donner-un-coup-de-main-au-BN-parce-qu'ils-ne-sont-pas-nombreux -et-parce-que-la-moto-est-en-danger" ? Et si possible sur un dossier spécifique, parce que les autres, je m'en fous, j'ai rien à dire dessus. Heureusement, certains, toujours les mêmes, montront aux créneau pour poser les questions désagréables, lançant aux autres le signal que celui là n'a pas reçu l'onction pour prendre les rênes de la fédération.

N'y voyez aucunement de l'aigreur, de la jalousie ou de la méchanceté, tous ses propos, je les ai tenu en réunion de BN ou en comité plus restreint. Rien d'étonnant dans mes propos pour ceux avec qui j'ai déjà eu l'occasion de discuter. C'est aussi aux autres que je m'adresse par ce texte.

A une prochaine fois dans la salle pleinière ?