Alors que 77% des Français estiment que le système de retrait de points est trop sévère, ensemble agissons !
Pour une action concertée contre le système actuel de verbalisation/répression des excès de vitesse.
La répression systématique et la débauche de radars ne permettent plus d'améliorer la sécurité. Il faut améliorer l'éducation des conducteurs et leur formation, mais c'est moins simpliste, plus coûteux et les effets ne sont pas immédiats.
Avec 393 morts, le nombre de décès sur les routes a bondi de 17,7% au mois de septembre 2009 par rapport à septembre 2008 pour le troisième mois consécutif.
Bien sûr de nouvelles mesures, sont demandées par les "ayatollahs" de la sécurité routière et le gouvernement qui prévoit d'installer 2000 radars supplémentaires…(ce qu’il appel des réponses concrètes) en fait de nouvelles sanctions.

les limites du tout répressif
Après sept années de baisse de la mortalité routière, le problème est que cette politique du tout répressif trouve aujourd'hui ses limites. Les effets d’annonce succèdent aux trains de mesures sans parvenir à réduire les mauvais chiffres. Les radars flashent, mais, le tribut payé à la vitesse réglementaire provoque d’autres drames.
Logique: après avoir appris à passer le permis, il faut désormais que les usagers de la route apprennent à conduire. Car, derrière un volant, on trouve une grande diversité d'usagers, confronté à un nombre de situations infinies contre lesquelles la technologie embarquée, la signalétique et les cinémomètres ne peuvent rien. Dans ces moments, seuls jouent la jugeote et les réflexes conditionnés (ce que 40 ans de moto m’ont appris).
Si le permis moto a évolué dans le bon sens…(il y a 40 ans ce n’était qu’une formalité), on ne peut en dire autant du permis Auto !
Il est étonnant que les pouvoirs publics n'imposent pas aux assureurs de mettre en place une sorte de formation permanente du conducteur. Pourquoi ne pas demander aux compagnies de financer des stages de conduite sur route mouillée? Ou encore des formations apprenant, par exemple, à réaliser un évitement d'urgence?
Si les motards de la police ne tombent que rarement, c'est parce qu'ils ont appris à se servir de leur machine. Il est grand temps que ce principe s'applique à toutes les catégories de conducteurs.
Ces stages de formation (gratuit) permettraient de récupérer des points ou, pourquoi pas, d'obtenir un bonus supplémentaire. Pour une fois, la carotte se substituerait au bâton.

Eduquer, former
Punir a atteint ses limites, il faut éduquer. Ce devrait être la prochaine bataille de la route.
On y apprendrait que doubler n’est pas un crime, que la bonne conduite consiste à regarder loin devant soi et pas seulement l'aiguille de son compteur de vitesse. Bref, que la sécurité routière n'est pas synonyme d'infantilisation mais d'éducation et qu'elle n'interdit pas le plaisir de conduire.

Alors que faire :
Un gouvernement digne de ce nom, s’il voulait retrouver la confiance des citoyens, ne persécuterait pas l’ensemble des usagers en les traitant comme des délinquants en devenir, alors qu’ils n’ont, la plupart du temps, provoqué aucun danger pour la vie d’autrui...(80% des infractions à la vitesse ne le sont que pour quelques Kmh)

Une politique de "sécurité routière", pour être crédible, admise et soutenue par la population, ne saurait uniquement focaliser sur la vitesse et doit être exempte de tout quotas de verbalisation "suggérés" aux forces de l’ordre.
-Elle devrait bénéficier d’une baisse de la TVA sur les équipements de sécurité.

-La gratuité des autoroutes (puisque plus sûre).

-Reposer sur une amélioration du réseaux routier, des transports collectifs et du ferroutage.

-Pour finir, et c'est une évidence, elle doit d’abord reposer sur une formation digne de ce nom (on apprend à passer le permis…pas à conduire).

Les contrôles de vitesse devraient tenir compte (la technologie le permet) :

-De l’accidentologie et du risque réel pour chaque tronçon de route.

-Donc de l’état et du type de voie visée.

-Des disparités entre les véhicules (Auto, 2RM, camion)

-Du flux et des conditions générales de circulation (densité, nuit, pluie)

Au moment ou le pouvoir durcit encore le dispositif, il convient de relever les contradictions du système pour le combattre et le faire évoluer dans le sens…"du bon sens", de la responsabilité individuelle et collective…(l'expérience Lyonnaise)

Question subsidiaire :
Bientôt des camions de 60 tonnes sur nos routes (vive l'Europe)...est ce bon pour la sécurité routière ?

A l’appuis de ces éléments, je suis pour que nous soyons à l’initiative d’actions concertées (autos motos) contre cette politique exclusivement répressive…

frico

sources : Didier Laurens SLATE.fr

-Voir Motomag N°260 septembre 2009

1)*Voire mes autres articles sur le sujet ici ou sur mon blog (lien ci contre)
"Les radars ont toujours raison"
"Radars ou pompes à fric ?"

2) Voire également : "La France sans permis" d’Airy Routier, Albin Michel, 2007, 244 P. Biographie de l'auteur : Dans La France sans permis, Airy Routier, rédacteur en chef au Nouvel Observateur, dévoile une vaste entreprise de désinformation. L'auteur brise le conformisme ambiant sur un sujet tabou, avec ce document choc qui, tout en évoquant son expérience personnelle, est un réquisitoire et une sorte de "manuel pratique" pour sauver son permis.
3) le livre de Philippe Vénère : l’ex-commissaire qui dénonce l’impôt policier (article ci contre)