roulerame13-piste.jpg

L’association Provence Moto Rando proposait une nouvelle formule le week-end dernier, combinant rando moto et kayak sur le Verdon. S’il n’y avait pas des masses d’inscrits (tant pis pour ceux qui ne sont pas venus !), le soleil était lui bien au rendez-vous, en même temps qu’une petite brise rendant la météo absolument parfaite pour l’exercice. La joyeuse bande s’est donc retrouvée au camping près du lac de Sainte Croix pour une première soirée bien sympathique où l’on parle voyages et bécane, bien sûr, mais aussi bonne chère !

roulerame13-camping.jpg

Le matin venu, tandis que d’autres copains nous rejoignent, on compose les groupes. L’un d’eux suivra un itinéraire routier, les deux autres des petits chemins roulants (un pour les débutants, l’autre pour les plus expérimentés). Côté véhicules, c’est évidemment la fête à la GS, dans toutes ses générations et déclinaisons, heureusement que quelques-uns en japonaises ou moi en anglaise sommes là pour briser un peu l’hégémonie teutonne. Nous roulons finalement assez peu, prenant notre temps pour apprécier le décor ou relever parfois ceux qui sont surpris par d’occasionnelles flaques de boue en sous-bois ou leur ABS réactivé par inadvertance (ça va l’épaule ?). Une petite collision dans un des groupes fait malheureusement quelques dégâts mécaniques, mais dans l’ensemble tout se passe bien et c’est un vrai régal.

roulerame13-flaque.jpg

C’est l’occasion de mettre en application les conseils de conduite en TT avec les gros trails, d’autant que le trajet est assez soft et prévu pour qu’il n’y ai pas de franchissement délicat. En fait fondamentalement je n’aime pas rouler en tout-terrain, j’ai horreur de cette sensation de glissement quand la roue avant semble flotter, et de ne jamais savoir si on pourra freiner en cas de besoin. Cela ne m’empêche pas d’en bouffer des centaines de kilomètres quand il le faut en voyage, en plus avec passagère et bagages, mais je ne suis jamais très à l’aise, pour ça aussi que je suis venu pratiquer ici, en solo pour une fois. Et pourtant là, en bonne compagnie, à rythme tranquille et sur des pistes relativement fiables, petit à petit l’appréhension se tasse, l’allure augmente (et facilite donc tout), et je commence même à bien apprécier. Le « secret » est de faire confiance à la moto (avoir vu ma propre bécane emmenée à bon train par Jean-Pierre Goy sur une piste bien plus difficile et avec moi en passager, ça aide !), et de ne pas lésiner sur la poignée droite. Plus y’a du gaz, mieux ça passe ! Le tout est d’oser mettre du rythme, je suis parfois jusqu’en troisième, et la moto est en toute logique plus stable et moins sensible aux gros cailloux. Merci l’effet gyroscopique…

roulerame13-gorges.jpg

Après un pique-nique au bord de l’eau, on abandonne les motos quelques heures et c’est parti pour une petite dizaine de kilomètres à pagayer sur l’eau cristalline, entre les parois abruptes du canyon, en continuant de se rentrer dedans mais cette fois intentionnellement et sans conséquence ! Je dessale de mon kayak à l’extrême fin, en descendant du bateau, c’est malin : la jambe ankylosée qui ne répond pas et plouf ! Mais l’eau est bonne (loin de chaude, mais y’a pire) et ça fait du bien, je me tâtais de toute façon pour y faire un tour, alors…

roulerame13-kayak.jpg

roulerame13-riviere.jpg

La journée se termine évidemment par l’apéro et un bon repas convivial. La pluie de la deuxième nuit n’encourage pas à reprendre les pistes comme on l’avait envisagé, mais elle a déjà cessé le temps d’entamer la route du retour, un peu courbatus, mais super contents du week-end. Rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition. Un grand merci à tout le monde, et notamment à Alain et Didier pour l’encadrement, au plaisir de remettre ça !

Pour en savoir plus sur l’asso Provence Moto Rando et participer à ses prochaines sorties : http://www.provence-moto-rando.org/provence-moto-rando/index.php

Note : ces photos ont été prises par les différents participants, tous droits réservés