J’ai fait en début de mois un vaste tour autoroutier en voiture. Double-aïe, mais bon, j’ai des excuses : je n’allais pas prendre la moto avec ma nièce de presque trois ans, et à défaut d’être fun, les autoroutes sont tout de même bien pratique quand on a plusieurs milliers de kilomètres à faire dans la semaine. N’ayant toujours pas de GPS (même si je pense finalement que ça viendra bientôt), je me contente d’une bonne vieille carte en papier, et ait donc logiquement tendance à suivre les panneaux indicateurs sur la route. Erreur !

Quelqu’un aurait-il ou elle l’amabilité de m’expliquer pourquoi, au nom de Saint Piston, les responsables de la signalisation s’acharnent-ils à enduire les usagers d’erreur, en faisant quitter l’autoroute soixante kilomètres trop tôt, pour finir par des petites nationales à deux fois une voie derrière les camions et les tracteurs ? Est-ce un deal avec les maires des petits villages moribonds qui retrouvent du coup un sursaut de trafic ? Est-ce une manigance des nostalgiques du vieux temps qui veulent nous montrer comment c’était avant ? Une tentative absurde pour répartir le trafic sur le réseau secondaire et limiter les bouchons sur les grands axes en en créant sur les petits ?

toutesdirections1.jpg

On perd des heures à se traîner, à se taper les feux et les ralentisseurs innombrables dans les villages, à se risquer sur un réseau plus accidentogène, à se paumer au gré des panneaux erratiques et incomplets, pour finalement rejoindre à deux kilomètres de sa destination l’autoroute qui arrivait bien jusque là. Ils pourraient au moins indiquer « par la nationale », ou « itinéraire bis », ou ce qu’ils veulent, mais préciser que la l’efficacité demande de rester sur la quatre voies, fût-elle payante !

Tout le monde n’a pas encore un GPS, et quand bien même, je suis convaincu qu’avoir une signalisation vraiment complète, claire et lisible, serait un véritable gain de sécurité routière. Le temps qu’on passe à chercher une direction ou un nom de rue est autant d’attention en moins sur la route, et les demi-tours hasardeux ou marches arrière risquées seraient largement dispensables. Ça, c’est un vrai gisement de sécurité routière, au lieu de multiplier ces saletés de radars flashant à 90 sur une route que seul le nom différencie d’une infrastructure où on roule en sécurité à 130…

toutesdirections2.jpg