Au niveau de la sécurité routière, l'Islande n'est pas vraiment un pays à problèmes. Déjà, sur un pays grand comme un sixième de la France, il n'y a que la population d'une ville moyenne (300.000 habitants en tout, dont 60% dans la capitale et sa banlieue), et à part quelques grands axes entre Reykjavik et son aéroport, ce ne sont que des routes à 2x1 voie ou carrément des pistes. Pas de quoi faire de la conduite un enjeu remarquable, au point d'ailleurs que le pays est dans les premiers rangs au classement des morts sur la route, avec en moyenne 3,8 pour 100,000 habitants en 2008 (4,9 en France, 11,4 aux US - 48,4 en Erythrée, dernier de la liste).

Cela n'empêche pas pour autant qu'il arrive quelques drames, et les autorités ont des campagnes de prévention. L'une d'elle, au bord de la route descendant vers la côte sud-ouest, est assez graphique : ils ont conservé les voitures accidentées dans un crash qui a fait 3 morts.

is-warning1.jpg

is-warning2.jpg

Que pensez-vous de cette idée ? Moi elle me rappelle une méthode utilisée dans les campings au Nevada : pour insister sur l'importance de ne PAS laisser de nourriture dans les voitures, au risque d'attirer les ours, ils exposent les 4x4 complètement éventrés pour un vieux sac de McDo ou un tube de dentifrice. Le fait est qu'un véhicule en vrac est parlant, surtout pour qui n'a pas l'habitude de voir de la tôle ou du cadre froissé, et sans pour autant faire directement dans le gore.


Le risque en Islande vient plus directement des conditions de circulation, même sur les routes dites "normales". Sur pistes (routes F) on sait à quoi s'attendre, et les routes goudronnées sont impeccables. Mais les bas-côtés sont très mous (ils s'affaissent rien qu'en marchant dessus), certaines sont en gravier, et plus d'un touriste se fait prendre. Exemple ci-dessous, mais heureusement pour eux c'était sans gravité et près d'un village, quelqu'un était déjà là pour les aider. Pour notre part, notre petite citadine, une Chevrolet Spark, était adaptée à son marché : malgré son absence de moteur et son entrée de gamme, elle avait des feux de brouillard, des sièges chauffants, et surtout - heureusement - on pouvait désactiver l'ABS et l'ESP, histoire de pouvoir rouler un peu efficacement sur route de gravier. Quitte à griller alllègrement ceux qui avaient investi dans un coûteux 4x4 mais ne savaient pas s'en servir ;-) Un argument de plus que je dis souvent : on devrait TOUJOURS pouvoir désactiver les aides à la conduite, auto comme moto et quel que soit le type de véhicule, quitte à ne jamais le faire. Mais en cas de besoin, on n'est pas bloqué...

is-warning3.jpg

Ah, et des fois, le panneau "chutes de pierres" n'est pas à prendre... à la légère, et on est contents d'avoir un véhicule de petit gabarit. Il faut juste oser passer sans trop ralentir, pour que le bord fragile n'ai pas le temps de s'affaisser

is-warning4.jpg