Je me suis fait un truc pas très sympa hier : suis allé essayer ma prochaine moto. Ce n’est pas gentil quand on n’a pas le financement ni même, en toute objectivité, le besoin de changer. Mais c’est bien aussi d’avoir une sorte « d’objectif » ou de rêve mécanique, de garder le futur ouvert. Sachant que d’ici à ce que je change vraiment, si ça se trouve, un autre modèle aura emporté mon cœur de motard. Mais d’ici là, mon choix est fait sans l’ombre d’un doute : la Triumph Tiger Explorer 1200.

2012_Tiger_Explorer_12.jpg Photo Triumph

Je savais déjà que j’aimais bien la Tiger. J’ai eu l’occasion d’essayer toutes les versions et générations sorties depuis 1993 (900, 1050, 800…) et toutes étaient sympa, mais il leur manquait un petit quelque chose, outre un cardan qui est une condition sine qua non pour ma future brêle. Avec la 1200 c’est résolu, tout ce que j’attends d’une moto est réuni : 3 cylindres, 1200cc, plus de chaîne, pas trop basse, un peu d’électronique sans excès et débrayable, une gueule plutôt sympa. Je l’avais vue au salon, étais monté dessus mais difficile de juger d’une moto fixée sur support d’exposition. Cette fois, j’ai fait quelques dizaines de kilomètres avec… la banane ! Vraiment bluffé par la souplesse du moteur. Sur voie rapide congestionnée, on monte d’une traite en 6e et on laisse ronronner à 2000 tr/min. Une ouverture ? Suffit d’envoyer du gaz et ça part de façon tout à fait décente. L’humeur est joueuse ? Pas de problème, on reste dans les premiers rapports et hop, c’est une moto différente, qui bondit avec une belle poussée réjouissante. Si le guidon est vraiment très large et ne va pas m’aider à baisser les coudes que j’ai déjà tendance à garder un peu haut, elle est étonnamment fine et très bien équilibrée, et penche avec un naturel déconcertant, même à basse vitesse, on se croirait sur sa petite soeur en 800 – la patate en plus. Bref, elle s’annonce tout aussi polyvalente et agréable que la V-Strom, en nettement plus moderne et encore plus pêchue. Et le 3 est vraiment un compromis idéal entre… le 2 et le 4 cyclindres.

MAIS… car évidemment il y a un mais, quelques petits détails un peu dommage. Pourquoi avoir fait l’économie des warnings ? Je m’en sers souvent, notamment en interfiles ou pour prévenir ceux qui me suivent d’un ralentissement ou d’un radar. Si la belle a un sabot moteur (plastique, métal en option) l’amortisseur arrière est curieusement exposé, une petite feuille de plastique pour dévier les projections n’aurait pas été de trop. OK, elle est essentiellement routière, mais si parfaite pour le voyage que dommage de ne pas le prévoir. Idem pour les équipements optionnels, c’est une moto d’exploration comme son nom l’indique, pourquoi ne proposer qu’un top-case miniature digne d’une 125 ? Et enfin le prix, pas forcément injustifié au regard des équipements et de la motorisation, mais dès qu’on lui met quelques options indispensables (bulle haute, pare-mains, protections moteur et support de bagagerie), mais qui fait quand même assez mal (pas loin de 17.000 Euros).

tiger1200-20-a7311.jpg Photo Motomag

Le coup de grâce, c’est la reprise proposée pour ma bécane… je n’en attendais pas une fortune, elle est en bon état d’ensemble mais pas toute jeune, elle a servi quoi. Mais de là à m’en donner le prix d’un lot d’accessoires, ça fait quand même un peu ch… Enfin, c’est notre sort commun ! Toujours est-il que ce dernier détail achève de me convaincre : puisque ma V-Strom ne vaut plus rien et roule impeccablement, qu’elle peut encore donner autant que ce qu’elle a déjà vécu, elle et moi feront encore un bout de chemin ensemble. Et quand j’aurai assez de sous pour m’offrir l’Explorer de mes rêves, la Strom lui tiendra peut-être encore compagnie dans le garage, à disposition pour les copains. On verra !