Petite info pour ceux qui ne l’auraient pas vu, je vous recommande le dernier hors-série du journal Le Monde. Chaque année il publie un atlas thématique, et celui de 2012 n’est pas sans lien avec notre Mouvement : L’atlas des utopies.

atlas_utopies.jpg

Si l’on peut regretter qu’il ne mentionne pas la Mutuelle des Motards, d’autres passages décrivent historiquement, religieusement, philosophiquement ou concrètement les étapes et évolutions des utopies de la nuit des temps à l’ère moderne. Leurs égarement parfois, les horreurs commises en leur nom, mais aussi ce qu’elles ont de plus beau et de plus motivant.

Juste un extrait d’une des définitions, celle d’Edgar Morin, dans laquelle en tant que militant et citoyen je me retrouve pas mal, jusque dans le spectre restreint mais symbolique de la sécurité routière :

« La bonne utopie serait donc la gestion civilisée des conflits et non l’espoir d’éliminer les conflits : c’est une autre façon d’identifier le réel en s’acharnant à trouver une réalité au-delà des apparences. C’est aussi néanmoins continuer à lutter alors même que l’espoir n’est pas à l’horizon… et même malgré une certaine forme de désespoir. (…) L’espérance ne peut donc jamais être béate, bébête ; l’espérance doit être alimentée par notre vouloir-vivre, par nos finalités, qui ne peuvent être que fraternitaires et libertaires. Chacun, là où il se trouve, est dans la lutte entière. Car chacun doit agir comme si la lutte entière ne dépendait que de lui. Il doit avoir en lui-même l’idée qu’il participe à quelque chose qui le dépasse de beaucoup et qui concerne toute l’humanité. »

Disponible en kiosque, 12 € (ouch, oui, quand même, mais il faut bien faire vivre la presse et encourager les relatives prises de risque, le sujet est ardu dans un contexte de neutralité culturelle généralisée)