Délaissant une fois de plus nos terrains de voyages asiatico-nord africano-sud américains habituels et surtout beaucoup plus économiques, nous poursuivons au gré d’occasions à saisir notre exploration des pays du nord, ceux où c’qu’il fait froid et où ça douille, mais qui sont quand même, il faut bien dire, sacrément beaux. Cette fois, c’est l’Islande… ou plutôt, un aperçu d’un bout d’Islande. En effet, à cette saison et sans avoir un gros 4x4 et/ou un gros budget, la majeure partie du pays est inaccessible, et nous nous contenterons donc de longer les côtes sud et ouest. Et ça va sans doute vous surprendre, mais nous sommes cette fois en… voiture. Et oui ! Entre la météo, le besoin d’emporter un stock de nourriture de supermarché, le coût de location d’une moto ou le temps nécessaire pour faire venir la nôtre pour un court séjour, nous nous rabattons sur une micro-boitaroues qui fait parfaitement l’affaire.

La voici d’ailleurs, en guise d’intro, avec deux autres ingrédients permettant de se balader ici à budget contenu : hôtels minimalistes (sans draps, chambre minuscules et salle de bain commune – la corde que vous voyez par terre sert à descendre par la fenêtre en cas d’urgence !) et pique-niques sur le pouce. C’est basique mais convivial et surtout, ça nous suffit parfaitement, on n’est pas là pour les 5 étoiles ni la gastronomie.

IS-sud-logistique.jpg

Nous visiterons Reyjavik à la fin, pour le moment, direction le sud. Dès la sortie de la ville, les usines géothermiques et sources chaudes annoncent la couleur : ce pays est un gros tas de volcans !

IS-sud-geothermie.jpg

Nous longeons la côte balayée de vent, tantôt pluvieuse, tantôt resplendissante (d’ailleurs, petit dicton islandais : « Vous n’aimez pas le temps qu’il fait ? Attendez 5 minutes, ça va changer »). Etape à Eyrarbakki avec ses maisons colorées et l’ancienne demeure préservée de marchands danois.

IS-sud-eyrarbakki.jpg

Selon l’humeur du soleil, le paysage passe de désolé, parfois carrément sinistre, à éclatant de couleurs. Les couleurs inversées font une succession de contrastes : montagnes blanches, ciel jaune, murs d’herbe verte, plages noires, cascades à gogo et toujours les glaciers au fond – dont le fameux Eyjafjallajökull.

IS-sud-fleursjaunes.jpg

IS-sud-sejalandsfoss.jpg

IS-sud-hutteherbe.jpg

IS-sud-glacier1.jpg

IS-sud-glacier2.jpg

Nous dormons dans la petite ville de Vik, mignon et propret, mais très très calme. La nuit ne tombe jamais tout à fait, à minuit on peut encore lire dehors. Toutes les maisons et les pièces sont minuscules, habitude architecturale conservée de longue date qui tranche avec l’aisance financière du pays. Il faut dire que faute de bois pour construire, les options sont limitées. A une époque, les nombreux bateaux qui s’échouaient sur les côtes traitresses étaient d’ailleurs des mannes promptement démantelées. La plage est noir intense, c’est superbe avec les vagues argentées.

IS-sud-vik.jpg

IS-sud-plagenoire.jpg

En repartant, on s’arrête à Skogar, avec encore une belle cascade, qu’un chemin permet de surplomber avant de se lancer dans une petite rando entre les glaciers que l’on devine entre les nuages.

IS-sud-skogar1.jpg

IS-sud-skogar2.jpg

IS-sud-skogar3.jpg

Au pied des chutes, un autre musée intéressant retrace la vie vraiment pas tentante des pêcheurs de jadis. Chaussures en peau de poisson (dont il fallait plusieurs paires pour faire un trajet !), ustensiles en vertèbres de baleine, techniques de pêche rustiques, et peu à peu arrivée d’une modernité toute relative avant la moitié du XXème siècle. A l’extérieur, un petit skanzen regroupe des habitats traditionnels : maisons semi-enterrées, école, granges...

IS-sud-skogarmuseebateaux.jpg

IS-sud-maisonsherbe.jpg

IS-sud-cheval.jpg

Il y aurait de nombreux autres sites à voir, mais ils sont hors de portée de notre citadine de poche, qui disparaît à côté des monstrueux 4x4 qui passent parfois. Tant pis ! Pour le moment, il faut déjà remonter vers le nord, à travers une plaine volcanique étrange, le paysage semble moisi et au risque de paraître cliché, on se croirait vraiment sur une autre planète.

IS-sud-routevolcanique.jpg

IS-sud-plainevolcanique.jpg

Le plein d’essence et de provisions fait pour le week-end, nous partons ensuite pour le nord-ouest… à bientôt pour la suite !