Les aides à la conduite particulièrement évoluées et intrusives continuent de se développer, dans des modèles toujours plus nombreux et abordables. Mais je les trouve souvent complètement contradictoires et sincèrement dangereuses sur le fond. Exemple avec la pub ci-dessous :

itsvolvo.jpg



D’un côté, nous avons une magnifique « détection des piétons et cyclistes », avec freinage d’urgence automatique. Pourquoi pas, en effet ? Mais coupler ça avec un « centre multimédia tactile connecté à Internet » au milieu du tableau de bord ? C’est un comme administrer à la fois le virus et son vaccin, sauf que je ne suis pas sûr que l’opération soit neutre. Le système de détection est sans doute très efficace, et incitera d’autant plus à se reposer dessus. Quid du jour où il échouera à repérer un gamin ? Ou au contraire du jour où il faudra pouvoir passer dans des congères de neige, la voiture refusera-t-elle d’avancer ?

Dans le même genre, vu récemment dans un essai d’une nouvelle Peugeot (je crois) que même les essayeurs professionnels avaient du mal à s’y retrouver pour naviguer dans l’interface de la bagnole : un seul écran tactile au tableau de bord pour tout contrôler, du GPS à la clim en passant par la lecture des mails. Et le tout apparemment sans menu clair ni accès simplifié pour les fonctions les plus courantes. Autrement dit, juste pour se mettre un peu de dégivrage qu’on peut normalement faire à tâtons en restant bien concentré sur la route, là il faudra prendre le temps de parcourir différentes rubriques, faire des choix pas forcément simples, cliquer sur diverses icones… Plusieurs fois le temps de se mettre dans le fossé ou, pire, de fiche en l’air un usager vulnérable.

N’est-il pas franchement temps de remettre l’humain au cœur de la route, que ce soit au volant ou derrière les radars ? Je ne dis pas qu’il ne faut pas progresser, par exemple les « feux intelligents anti-éblouissement » dans la même pub semblent plutôt pas mal. Mais tout ce qui déconcentre et déresponsabilise le conducteur devrait être pris plus au sérieux. Quand on voit déjà à quel point la plupart des gens sont complètement incapables de faire deux choses élémentaires en même temps au quotidien... Cela repose la grande question philosophique : est-ce parce qu'on PEUT faire qu'on DOIT faire ?

Et ça ne va pas s’arranger avec la nouvelle génération d’appareils connectés, on a d’ailleurs eu en Californie le premier PV pour usage des Google Glasses au volant. Pire encore que le téléphone actuellement car mobilisant tous les sens en plus de tout le cerveau, ça va être bien difficile à détecter, et seule une vraie sensibilisation et formation pourra limiter les dégâts.