L’Hadopi a un an, bon anniversaire ! Elle annonce avoir déjà envoyé 70.000 E-mails d’avertissement, et s’apprêter à passer la seconde, avec toujours plus de mails et les lettres recommandées…

Le délire incompétent sur fonds publics continue. Déjà, combien de personnes ont reçu les E-mails, sachant qu’ils sont envoyés à l’adresse du fournisseur d’accès qui est loin d’être toujours utilisée ? Du coup, dès la première phase, ils envoient aussi une lettre recommandée. Des dizaines de milliers de courriers chers, aberrants, sans but, sans preuve. Les modes de téléchargement ont déjà évolué, le streaming se développe, une technologie chasse l’autre bien plus rapidement que les législateurs (qui en sont encore à l’époque de la VHS) peuvent suivre. Résultat, gaspillage insensé d’argent, esbroufe, vent. Et pendant qu’on parle de ça et qu’on met du fric dedans, on n’investi ni intérêt ni budget dans des choses pourtant beaucoup plus importantes.

En attendant, confortés dans leur mainmise du marché, les abus continuent. Les tarifs du cinéma continuent consciencieusement d’augmenter : 10,50 Euros la séance dans les grandes salles, encore plus si on cède au chantage de la 3D (la place a plus que doublée en 20 ans), autrement dit un seul ticket de cinéma vaut un DVD neuf. Y aller en famille et acheter du popcorn sur place paye même le lecteur qui va avec…

Les DVD, parlons-en : sorties très tardives par rapport à d’autres pays, prix souvent exagérés, qualité moyenne, pas de sous-titres en VO, parfois même pas de VO tout court, et de plus en plus intégration de bandes-annonces voire de pubs au début, qu’on ne peut pas passer et qu’on doit donc se fader avant d’accéder au menu – à chaque fois qu’on insère le disque ! – pas de bonus, le même film qui sort en plusieurs fois avant d’arriver enfin à un coffret complet en version longue avec des suppléments, particulièrement frustrant pour celui qui a acheté au même prix deux mois avant la version basique… Ajoutons à cela des dispositifs anticopie même privée qui empêchent par exemple de visionner ses propres films sur les ordinateurs sans lecteur DVD (comme les Netbooks si pratiques pour les voyages…).

Quand aux offres légales en ligne ou dématérialisées, elles restent soumises à trop de contraintes et blocages techniques pour être intéressantes, à part les initiatives louables des cinémas Utopia mais qui concernent pour le moment un catalogue très limité (Vidéo en poche).

Moralité, avec tout ça et l’aide complaisante des lobbies et de l’Hadopi, les majors, les producteurs, les éditeurs, ne font aucun effort pour améliorer leurs produits et les rendre attractifs et concurrentiels face aux offres « alternatives » disponibles sur Internet. Tellement plus simple de se plaindre et de sanctionner les utilisateurs non avertis… Les « vrais » pirates, eux, ne sont absolument pas concernés par cette loi. Les consommateurs lambdas, eux, ont tout à perdre de cette non-concurrence faussée.

C’est curieux comme cela rappelle bien d’autres sujets actuels, je pense notamment au contrôle technique des deux-roues : ceux qui roulent sur des poubelles volées s’en fichent complètement ; les utilisateurs consciencieux qui entretiennent leur machine paieront encore un peu plus. Pendant ce temps, les constructeurs ne font pas d’effort sur la longévité ou le prix des pièces, les parents et les conducteurs ne sont toujours pas responsabilisés à la vérification de bon sens du véhicule, bien au contraire… Grrr !