Snif.

Je suis rentré.

Il va falloir quelques jours pour reprendre le rythme, atterrir vraiment, et ce n’est pas une question de décalage horaire. C’est toujours un peu le cas en rentrant de voyage, mais après la Nouvelle-Zélande qui frôle l’idyllique, le choc est particulièrement rude. Ne serait-ce que parce que la météo de début d’hiver là-bas était meilleure que celle de ce mois de mai en France !

La maison est remise en route, j’ai commencé à trier le demi-millier d’Emails qui a passé le rapide écrémage des cybercafés, et je vais aller débâcher la moto. Faire un tour avec me remontera un peu le moral, ça et revoir mes nièces dès demain.

De ce séjour aux antipodes et de son escale à Singapour j’ai raporté – outre évidement un carnet de voyage qui sera bientôt disponible sur mon site – un peu de matière pour mon blog. Le temps de fignoler un peu et je vous distillerai ça dans les jours qui viennent. On y parlera notamment de la pratique de la moto à Singapour, de la politique de sécurité routière cohérente en Nouvelle-Zélande, de Burt Munroe… Stay tuned !

En attendant, une première bafouille en coup de gueule, ça fait longtemps :

Le système de divertissement à bord de certains Boeings 777 et des nouveaux Airbus A380 est très bien foutu, chaque siège dispose d’un véritable ordinateur avec très vaste choix de films, séries, documentaires, des jeux, des programmes éducatifs… on peut même y brancher sa clé USB pour profiter de ses propres documents et médias sur l’écran. Cela dit, en 48 heures de vol aller/retour sans compter les escales, on a un peu de temps entre les plateaux-repas. Pour essayer en vain de m’endormir, je suis allé jusqu’à regarder un bout de Twilight 2. Je passe sur le film, dont je n’attendais heureusement rien d’autre qu’être soporifique. La moto y apparaît dans plusieurs scènes, mais à chaque fois en symbole d’une activité stupide et dangereuse. Quand la nana est quasi-suicidaire et cherche à faire une connerie, ça se concrétise par un tour de bécane. Ensuite, elle « apprend » à en faire elle-même (naturellement sans AUCUNE protection, faudrait pas cacher son joli minois), va trop vite et se plante au bout de 100 mètres, avec tout le film qui crie « on te l’avait bien dit ! » Egorger des humains, c’est cool. Se bagarrer comme des animaux dans la forêt, c’est romantique. Foncer en pleine ville avec une Porsche, c’est fun. Se torturer la tête avec des histoires de mecs trop beaux pour être vrais, ça fait rêver (euh…). Mais la moto, sûrement pas, ça ne peut qu’être un archétype de tout ce qui est mauvais et négatif. On le voit tellement partout qu’on pourrait espérer que dans un « film » pour les jeunes, l’approche soit un peu plus ouverte… M’enfin, on ne va pas se prendre la tête pour une daube pareille ! Je ne me suis pas endormi avec Twilight, du coup j’ai exploré un peu plus la banque de films et suis tombé sur des trucs très sympas, comme quoi…

A bientôt pour des billets un peu plus constructifs !