C’est le décompte des points de mon permis de conduire. Qui vient aujourd’hui même de retomber à 11. Bon, c’est pire pour d’autres qui sont condamnés à faire des stages de récupération de points, voire qui perdent leur permis. Mais ce qui m’agace au plus haut point (de permis), ce sont les conditions dans lesquelles se passent systématiquement ces verbalisations depuis que je conduis.

En l’occurrence j’étais convaincu que la vitesse était limitée à 90. C’était logique vu la route (ça ou 110, mais bon, dans le doute autant prendre le choix inférieur), c’est aussi ce que mon GPS indiquait, et si un panneau disait autre chose, il m’a échappé. Je roulais tranquillement et suis donc passé sereinement devant le radar, qui m’a contrôlé à 88 km/h. C’est ma boîte aux lettres qui m’apprend ce matin que ce tronçon de route a en fait été rétrogradé à 70 km/h (ne me demandez pas pourquoi) et que je suis donc sanctionné une nouvelle fois. Belle efficacité pédagogique, bel intérêt pour la sécurité routière. Allez hop, 45€ de plus dans la poche de l’Etat, en plus des impôts et tout ce qui tombe en ce moment, autant que je ne dépenserai pas pour réduire les dettes ou simplement consommer et faire marcher l’économie. Contester ? Le système est trop bien conçu… pour éviter de reperdre un point dont je n’ai que faire, il me faudrait payer bien plus. Et aller jusque devant un juge, rien que le temps passé et la consignation sont dissuasifs, outre que je n’ai aucune chance d’avoir gain de cause. Sur le principe il faudrait oui, sinon on laisse gagner ce système totalement inique. En pratique, franchement pas le temps et les ressources pour ça. Je lutte et lutterai différemment.

Le pire, c’est que c’est le plus grand différentiel de vitesse pour lequel je suis sanctionné, d’habitude je perds mes points pour 1 km/h retenu d’écart. La sanction est la même d’ailleurs, c’est bien la peine. Et quand on pense qu’ils veulent encore plus abaisser la limitation, alors qu’il est démontré de toutes les façons que la vitesse en soit n’est qu’un facteur secondaire. L’alcool est de loin la première cause, tous véhicules confondus. Or faites le test autour de vous : combien de fois dans votre vie avez-vous été contrôlé ? En moyenne, on constate un seul et unique contrôle, même pour des gens qui sont sur la route depuis des décennies. Combien de fois par heure de conduite sommes-nous contrôlés pour la vitesse, de façon absurdement mécanique, avec une objectivité qui n’a pas sa place dans ce contexte ? Dites, sérieusement, c’est quand le changement ?