Le Frédéblog

Motomag.com

Pratique et défense du deux-roues par un passionné, mais aussi balades et voyages, anecdotes insolites, quelques réflexions en vrac, bref, un blog motard !

Pensées plus ou moins profondes

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 2 février 2010

Coup de gueule : le manque de respect dans le petit business en particulier et dans le monde en général

J’ai encore été confronté cette semaine à un symptôme récurrent de la vie professionnelle : le manque TOTAL de respect pour les autres, leur temps, leurs ressources. Qu’on signe ou pas un contrat, qu’on conclue ou pas une vente, c’est une chose, c’est le jeu. Mais qu’on se foute du monde, qu’on méprise les commerciaux, les candidats ou les concurrents, ça je n’accepte pas.

Quelques exemples : j’ai fait 300 kilomètres sur la glace il y a quelques jours pour aller finaliser une affaire, dont tout était censé être réglé. Et j’arrive pour voir le client moins de trois minutes et lui remettre un simple papier, car il veut étudier plus la question. Ce n’est pas le fait que l’affaire soit reportée, voire peut-être annulée, qui me gêne. C’est qu’il savait pertinemment quand on a pris rendez-vous qu’il n’avait aucune intention de donner suite dans l’immédiat, et savait qu’il me faisait venir de loin pour strictement rien. Pourquoi ne pas l’avoir dit ? Pourquoi n’avoir pas repoussé le rendez-vous par exemple ? Ca ne lui coûtait rien… Je ne compte pas non plus le nombre de fois où on se présente à un rendez-vous pour trouver porte close, la personne ayant oublié, ou n’ayant jamais eu l’intention d’être présente.

Autre exemple, il y a quelques années je bossais dans une agence photo. Un jeune photographe de province envoie son book en demandant un entretien. Un des responsables lui dit OK, qu’il peut venir. Et dès qu’il raccroche, son collègue lui demande « Mais pourquoi tu le fais venir ? On n’a pas du tout besoin de lui ! ». L’autre s’est marré, ça l’amusait carrément de faire se déplacer à grands frais un jeune en recherche d’emploi, sachant qu’il ne donnerait pas suite et ne serait pas là au rendez-vous. J’ai démissionné de cette agence, mais ce comportement est récurrent, je l’ai constaté dans pleins de secteurs d’activité et des contextes divers.

Oui le business c’est dur, tout n’est pas facile, on se casse les dents, on galère, et on trouve ça normal, c’est comme ça. Mais il n’y a AUCUNE raison pour que des abrutis finis s’amusent ainsi au dépend des autres, sans raison, sans gain, par pure connerie. Je pense que c’est la même absence d’empathie la plus élémentaire qu’on retrouve à l’origine de tous les racismes et préjugés. Si on n’est pas fichu de se mettre à la place d’un commercial, d’un débutant, d’un collègue, pourquoi en effet essaierait-on de comprendre le monde du point de vue d’un étranger, d’un motard, d’une autre religion, d’un pauvre…

Et tant que ça, ce ne sera pas réglé, tant que les masses comme les dirigeants ne seront pas capables d’un peu de projection dans le point de vue et les problèmes d’autrui, rien n’avancera sur cette fichue planète.

404RoadNotFound.jpg

mardi 22 décembre 2009

Quand on disait que ça allait venir…

Décidément, l’UMP ne lâche pas l’affaire. Pour racoler toujours plus dans l’électorat d’extrême-droite, ils nous préparent une loi qui concernera au plus quelques dizaines de personnes (et qui ne conduira qu'à leur exclusion encore plus grande, puisqu'elles ne pourront plus DU TOUT sortir de chez elles... beau progrès !), mais qui fait beaucoup jaser et détourne à point nommé l’attention de sujets bien plus importants. Cependant, ils ne veulent pas avoir l’air trop ouvertement discriminatoire, quand même. Du coup, le texte se veut très générique… et voici ce que ça donne, extrait d’un article de 20minutes.fr :

le texte de loi devrait porter sur le maintien de l'ordre public en stipulant qu'aucune personne, hors circonstances exceptionnelles (climat, carnaval...), ne peut évoluer dans l'espace public -une formule plus large que les «lieux publics»- le visage entièrement recouvert. Pour des raisons juridiques et pour ne pas apparaître discriminatoire, la proposition de loi ne porte donc pas exclusivement sur l'interdiction du port du voile intégral dans l'espace public mais elle l'inclut de fait.

Et là, je me repose une question personnelle : je ne sors pas voilé, mais j’ai souvent un casque intégral sur la tête, avec des lunettes de soleil en dessous, qui fait que mon visage n’est hélas pas franchement visible. Sans parler bien sûr de l’option visière fumée… Avec cette loi inutile (une de plus…) je serai donc hors la loi dès que je mettrai le pied à terre. Est-ce à dire que l’on demandera systématiquement d’ôter mon casque pour payer mon plein d’essence ? Que je ne pourrais plus l’enfiler dès l’entrée du parking ? Discuter en le portant pendant que le moteur chauffe ? Manifester avec mon casque sur la tête, comme à chaque fois vu que je suis à l'encadrement ? Oui, je pinaille, je pinaille, mais à force d’empiler des strates et des strates de réglementations et de contraintes, de plus en plus privées et généralistes, et qui finissent forcément par se recouper et se contredire, on arrive à des situations absurdes et intenables.

Le mot de la fin ? Cet autre article, qui s’interroge sur la façon dont cette loi serait applicable, suggère :

Sur la voie publique, les policiers pourraient arrêter les femmes portant le voile intégral pour leur dresser une contravention.

Ben allez donc ! Une occasion de PV de plus… C’est vrai que ça manquait. Pour nous, on aura le choix, PV pour non-port du casque, ou PV pour port du casque ?


Souvenez-vous du poème de Martin Niemöller :

Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai pas protesté, je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai pas protesté, je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher, et il ne restait personne pour protester

samedi 19 décembre 2009

La dignité de la personne humaine en question

Identité nationale, niqab, minarets… autant de questions sur le tapis en ce moment, où il fait bon garder l’attention de l’électorat le plus à droite. Dernière incongruité entendue ces jours-ci, messieurs Darcos et Besson, cherchant désespérément à trouver une base juridique pour interdire le port d’un vêtement aussi connoté soit-il, ont trouvé LE précédent imparable. Le lancer de nain. Et oui, il fallait y penser. Le lancer de nain est interdit depuis 1995, au motif que même volontairement, on ne peut attenter à sa dignité humaine. Alors là moi je dis bravo, dans le genre « faites ce que je dis mais pas ce que je fais » dont le gouvernement actuel se fait une spécialité, c’est particulièrement osé.

Si on commence à interdire aux gens de se couvrir de ridicule, alors il ne suffira pas de refuser aux nains de se faire jeter et aux femmes invisibles de rester couvertes. Il faudra aussi virer l’ensemble de la classe politique, avec en priorité tous ceux en place, qui nous couvrent de honte à chaque déclaration et preuve quotidienne d’incompétence crasse. Et puis interdire la télévision aussi, ou du moins restreindre drastiquement ce qu’elle montre, dont une écrasante proportion est un monument à toutes les bêtises humaines et à l’abrutissement des masses. Ah, et tous les gens dans la rue dont la coiffure et/ou la tenue excentrique porte atteinte à leur dignité. Et un bon paquet d'artistes, qui ont bien de la chance que le ridicule ne tue pas (Amy Winehouse et Lady Gaga pour ne citer qu'elles). Et ceux qui racontent des blagues pas drôles qui font un bide. Et ceux qui… et ceux qui…

Je ne suis pas un fan du niqab, et je dis sans détour que je n’aime pas voir ici comme ailleurs des femmes à ce point niées. Mais de quel droit vais-je leur imposer mon point de vue ? Est-ce tellement pire que les anorexiques accros à la chirurgie esthétique qui se baladent en bikini ? Pour elles aussi on peut se poser la question de la dignité humaine, de la pression de leur civilisation, et je ne vois pas nos ministres d’extrême droite aller chercher des jurisprudences improbables pour les empêcher d’être.

Alors messieurs Darcos, Besson, Hortefeux et compères, quand vous commencerez à vous conformer aux obligations de la Convention de Genève (expulsions de migrants vers un pays en guerre qui lui-même n’en veut pas), à respecter les droits des enfants (enfermement et fichage de mineurs, ministre pédophile), la liberté de la presse, l’accès à la justice, et même bon sang les droits d’auteur dont vous vous posez en si ardents et technophobes défenseurs, vous pourrez parler de dignité de la personne humaine. Pas en vous ridiculisant dans un lip-dub foireux. Parce que là, franchement, la dignité humaine en prend un coup.


PS : j’attire aussi votre attention sur la dernière proposition hautement cohérente et technologiquement super réaliste d’un député UMP qui souhaite… nationaliser l’Internet. Ben oui, ils essaient bien en Chine, pourquoi pas ici, hein… il doit bien s’entendre avec Seguéla, qui dit « Le Net est la plus grande saloperie qu’aient inventé les hommes ». Bon courage les gars, vous n’avez pas fini d’en entendre parler, pourtant.

lundi 30 novembre 2009

L’accessoire ultime pour les caisseux

Je pensais aujourd’hui vous montrer un produit canular amusant et ironiquement révélateur des comportements actuels de beaucoup d’automobilistes. Malheureusement, en creusant un poil, j’ai la terrible impression que cette horreur est effectivement fabriquée et vendue, et si ce n’est pas celle-là exactement, il en existe assez de variantes pour que d’une façon ou d’une autre, ça se trouve sur le marché. En tous cas aux US, en France ça ne concerne (pour le moment ?) que les PDA ou les places arrière. Vous n’aimiez pas les gens qui règlent leur GPS en roulant, pestiez contre les gens qui téléphonent en conduisant, hurliez contre ceux qui envoient des SMS depuis la route ? De la gnognote ! Mesdames et messieurs, voici les supports pour utiliser un ordinateur portable sur le volant :

laptop-desk.png

Cliquez ici pour voir le produit sur Amazon US

Vous n’oublierez pas de regarder les différentes illustrations du produit, sous la photo principale, apparemment on n’est pas les seuls à imaginer le résultat que ça peut avoir.

Autre exemple :

Version imitation bois

Évidemment, les fabricants vont toujours dire que c’est à utiliser à l’arrêt, que ce n’est pas leur faute si les clients sont irresponsables… Pour moi, ça vaut les marchands d’armes : c’est pas leur faute si les munitions ont tué un gamin, ils les ont juste fabriquées.

dimanche 15 novembre 2009

Amis blogeurs, savez-vous que…

Voici un petit rappel datant déjà du mois dernier mais que j’ai oublié de poster sur le coup, à l’attention de mes « confrères » bloggeurs de Motomag et d’ailleurs. Cela concerne le statut et l’inévitable réglementation concernant les droits et obligations des rédacteurs de blogs, du genre que l’on « signe » en cochant la case sans lire en détail ce qu’il y a au dessus. C’est instructif et bon à se rappeler de temps en temps - même si personnellement ce n’est certainement pas ça qui va influencer mes billets, sachant que de toute façon je m’automodère, avant tout par respect pour mon hébergeur. Motomag est l’un des rares exemples de presse plutôt libre et qui se permet d’écrire tout gras ce que les autres passent sous silence concernant par exemple, en l’occurrence, les chiffres manipulés et les extorsions de la prétendue Prévention Routière, j’espère que cela restera le cas pour les blogs.

http://moreas.blog.lemonde.fr/2009/10/22/le-stress-du-blogueur/#xtor=RSS-3208

A tous les niveaux, il faut rester vigilant et impitoyable pour le droit d’expression et la liberté de la presse, de plus en plus théorique. N’oubliez pas que de nos jours, on peut être condamné pour CITER le président de la république dans sa répartie la plus distinguée, ou pour informer qu’on a des yeux qui le voient…

lundi 2 novembre 2009

Sans permis, vraiment ?

On lit régulièrement dans la presse après un accident le fait que le chauffard conduisait « Sans permis ». Bien souvent, en creusant un peu, on s‘aperçoit que la personne était en fait simplement sous le coup d’une « Suspension de permis ». Pardon de pinailler, mais pour moi ce sont deux choses très différentes !

Dans un cas, et cela arrive, c’est un petit jeune (ou pas) avec une voiture volée et qui n’a jamais passé de permis, en effet. Dans l’autre, il peut s’agir de n’importe qui, AVEC un permis de conduire mais qui pour une raison ou une autre n’est plus valide, et vous savez comme moi à quel point il est facile de nos jours de perdre un permis, surtout pour les gros rouleurs. A raison d’un point par petit dépassement de vitesse - et je persiste à dire que rouler à 140 km/h plutôt que 130 sur autoroute dégagée n’est PAS un crime - cela peut arriver à tout le monde. Cela ne remet pas en cause le fait qu’il y a eu THEORIQUEMENT une formation, un examen validant, un minimum d’expérience. Et je fais cent fois plus confiance à un conducteur aguerri et attentif ayant perdu son permis avec des broutilles de ce genre, qu’à un débutant incivique dont la maîtrise du véhicule s’arrête à l’utilisation judicieuse de son régulateur de vitesse, et qui donc passe au travers des mailles de l’absurde filet de la politique actuelle.

Alors une fois de plus messieurs les journalistes, soyez précis dans vos assertions, et arrêtez deux minutes avec le sensationnel… De toute façon ça ne marche plus, on ne peut plus vous prendre au sérieux à force. Entre effectivement un chauffard sans permis ayant causé des morts par imprudence, ou un père de famille au permis administrativement suspendu (et qui ne le sait pas forcément !) victime d’un malheureux concours de circonstances comme cela peut arriver à chacun d’entre nous, il y a un sacré fossé. Non mais…

mardi 27 octobre 2009

Homme ou machine, nul n’imagine…

Il y a quelques jours, Motomag parlait des limites des radars fixes par rapport à ceux opérés par un humain (enfin, un flic en chair et en os ;-) ). Non seulement en terme d’efficacité, ils sont plus imprévisibles, mais aussi théoriquement en capacité de discrimination et d’estimation sensée de l’éventuelle infraction. Ce dernier point reste d’ailleurs à prouver, tant le système actuel tend à transformer ces fonctionnaires en robots générateurs de cash, mais passons.

Cette tendance à l’automatisation de tout, même de la « justice », est symptomatique d’une époque. Les usines occidentales remplacent progressivement leur main d’œuvre par des machines depuis plus d’un siècle, les distributeurs de billets multifonctions évincent les banquiers, les robots nettoyeurs les femmes de ménage, même les caissières deviennent des bornes automatiques. Plus rentables ? Sûrement. Plus intéressant pour les consommateurs ? Ce n’est pas dit du tout. Plus logique au niveau de la société ? Certainement pas. (D’ailleurs, les pays proposant encore plein de petits boulots, pas forcément gratifiants ni bien payés mais permettant au moins de gagner sa vie dignement, ont un taux de chômage plusieurs fois inférieur au nôtre, je pense par exemple à l’Inde, au Japon, même aux USA). Mais c’est le progrès, ma bonne dame…

Cela touche même des domaines inattendus, et de façon ridicule. Par exemple, l’autre jour, on a emmené quelques amis visiter le Palais des Papes d’Avignon. Ma Môman, férue d’histoire et d’histoire de l’art, avait préparé quelques notes et racontait à notre tout petit groupe (5-6 personnes) des anecdotes sur la vie mouvementée de cette impressionnante bâtisse. Et ben vl’a-ti pas que les gardiens ont voulu nous mettre dehors manu militari ! La raison ? Elle n’avait pas le badge officiel et tamponné de « guide-conférencier ». Mais monsieur, on est juste en famille, et il n’y a PAS de guide disponible de toute façon ! Ce qui fait vraiment du tort aux guides humains, ce sont les audio-guides distribués gratuitement à l’entrée de la plupart des musées modernes. Voilà la belle « culture » automatisée, formatée. Tout le monde se balade avec un genre de téléphone à l’oreille - on se croirait sur le périph’ - à écouter religieusement une voix enregistrée débiter le discours officiel. Inutile de dire qu’on les a envoyé paître avec leurs walkmans, mais c’est quand même extraordinaire d’interdire fermement à un humain de parler à d’autres, gratuitement et à titre privé, sous prétexte qu’on a des petits appareils ingénieux prêts à le faire pour nous…

Je ne suis pas technophobe a priori, je serais bien mal placé pour cela, et j’admire la technologie permettant les extraordinaires bras robotisés des usines ou à des programmes d’interagir avec un humain si finement qu’il devient difficile de les distinguer. Mais c’est comme tout, il faudrait savoir ne pas en abuser. Et si la tendance actuelle à abrutir les humains jusqu’à en faire des machines, incapables d’empathie, uniquement concentrées sur l’objectif chiffré et le respect absolu de la règle arbitraire, n’était que la préparation à les remplacer toujours plus par leurs homologues mécaniques, avec une transition tellement en douceur qu’on ne le voit même pas venir ?

Lisez Asimov, Orwell, Simak, Mosley, Barjavel, Masamune Shirow… les maîtres de la science-fiction nous mettent en garde contre cela depuis cinquante ans, il serait temps de le prendre un peu en compte, nous avons déjà dépassé leurs prévisions les plus pessimistes dans bien des domaines.

lundi 12 octobre 2009

Nobel de la mégalomanie

C'est rare, mais je me permets un petit billet "politique" plutôt que purement moto, j'espère que vous me pardonnerez.

La liste des candidats au prix Nobel de la Paix 2009 était longue, on parle de plus de 200 noms. En théorie c’est encourageant, cela signifierait que de nombreuses personnalités œuvrent activement pour la paix dans le monde. Barack Obama l’a obtenu, tant mieux pour lui, c’est quelqu’un que j’admire beaucoup et en qui je fais plutôt confiance (pour un homme politique), mais comme beaucoup de gens – à commencer par lui-même ! – je trouve cette récompense un peu prématurée. Ses intentions sont louables, mais il aurait été raisonnable d’attendre les résultats avant de le consacrer. Cependant mon propos n’est pas là.

Parmi la liste des prétendants à ce prix théoriquement prestigieux, se trouve un certain Nicolas Sarkozy. Et là, franchement, je ne comprends pas. Attention, j’essaye de ne pas prendre position sur son orientation politique et ses choix, mais de voir objectivement quelles raisons ont pu amener à le positionner en tant que candidat de la Paix, sans remettre en question (ici du moins) ses éventuelles contributions positives par ailleurs.

Car on parle d’un homme n’ayant par exemple aucun scrupule à soutenir et recevoir dictateurs et criminels de guerre reconnus, insistant pour renvoyer des « sans-papiers » vers l’Afghanistan (pays en guerre, faut-il le rappeler ?), et ayant réussi à faire perdre à la France en quelques années, entre son passage au ministère de l’Intérieur et son début de présidence, près de quarante places dans les classements internationaux concernant les droits de l’homme et la liberté de la presse. On parle de ses actions au Proche-Orient, de ses négociations pour faire libérer certaines personnes… alors qu’il s’agit de simples coups médiatiques, des occasions évidentes de vendre des armes et du matériel militaire ! Et je ne rentre même pas dans le détail de son comportement et de ses actions à tous les niveaux de la société et de la justice françaises. Qu’un tel homme soit ne serait-ce qu’envisagé pour le Nobel de la Paix jette un sérieux discrédit sur l’ensemble de cette institution. Et s’il avait été retenu, cela l’aurait complètement déshonorée.

Le Nobel deviendrait-il aussi dévoyé que la Légion d’Honneur, attribuée de nos jours à n’importe quel ami des puissants, sans aucun rapport avec le mérite des néo-chevaliers ? Je n’ai jamais beaucoup apprécié les médailles et les décorations, mais tant qu’à faire, autant leur garder un minimum de sens…

PS (c'est le cas de le dire) : Un peu dans le même genre, Eric Besson aurait déclaré récemment : "Hamon est passé de porte-parole du Parti socialiste à porte-parole de Marine Le Pen". Venant de sa part, c’est quand même particulièrement gonflé, parce que dans le genre théorique homme de gauche travaillant pour la droite, ce laquais de Sarkozy se pose là !

Edit du 13/10/09 : M. Sarkozy a encore confirmé l’expulsion d’Afghans vers leur pays en guerre, au grand mépris non seulement de la décence et des droits de l’homme, mais aussi de la Convention de Genève, dont l’article 33 stipule « Défense d'expulsion et de refoulement : Aucun des Etats Contractants n’expulsera ou ne refoulera, de quelque manière que ce soit, un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques ».

dimanche 27 septembre 2009

Pourquoi pas Motolib ?

Paris avance sur son projet de parc de véhicules en libre-service qui, mode oblige, seront électriques. Quelques villes de la région sont partenaires pour étendre la couverture des stations à la banlieue, et le principe est indéniablement intéressant, même s’il reste un paquet d’obstacles techniques à surmonter. Un grand regret cependant : qu’on ne parle nulle part dans ce projet d’ajouter au parc des scooters électriques !

Mais bon, pour cela, il faudrait que la mairie admette qu’un deux-roues est pratique, ne créé pas de bouchons, est moins encombrant pour se garer, consomme moins (même en électricité)… et transporte autant de personnes que les Autolib’ à deux places. Qu’il y ait des petites voitures disponibles, c’est très bien évidemment, tout le monde ne va pas conduire un deux roues dans Paris. Mais pour un service réellement complet et efficace (qui par exemple m’intéresserait beaucoup quand je monte à la capitale), il ne faudrait pas oublier ce mode de transport complémentaire.

Mais que dis-je ? Prendre en compte les deux-roues motorisés dans la vie urbaine en France ? Vous n’y pensez pas mon bon monsieur !

mercredi 16 septembre 2009

Hadopi 2 adoptée : vous reprendrez bien une part de connerie ?

Article du Monde.fr :

Le projet de loi Hadopi 2 contre le téléchargement illégal a été adopté mercredi en commission mixte paritaire (composée de sept députés et sept sénateurs). La version votée mardi par l'Assemblée nationale, dans le cadre d'une procédure d'urgence, a été adoptée par la majorité UMP et centriste de la commission, sans modifications. PS et PCF ont voté contre. Hadopi 2 confie au seul juge le pouvoir de prononcer la suppression de l'accès Internet à l'encontre des internautes responsables de téléchargement illégal. Dans le cadre de la procédure d'urgence, les deux chambres doivent encore se prononcer par un vote définitif, lundi 21 pour le Sénat et mardi 22 pour l'Assemblée nationale. Le Conseil constitutionnel devra ensuite se prononcer sur le texte, les socialistes ayant annoncé un nouveau recours.


Toujours aussi bidon, encore plus inapplicable, certes un peu plus légale, mais pas moins ridicule, on nous ressort cette loi absurde, et attention, en « procédure d’urgence » ! C’est sûr qu’en ce contexte de crise, de problèmes graves de société et d’environnement, etc., une ingérence de l’état dans le marché numérique et « culturel » est de toute évidence une priorité. Le ministre chargé de la défendre est tellement largué sur le sujet qu’il ne souvenait même plus de ce que signifie son acronyme, c’est dire !

Le principe de la coupure de tout un foyer est en soit inacceptable. On parle de plus en plus de téléformation et de télétravail (ne serait-ce qu’en cas d’épidémie ou pour des raisons d’économie d’énergie), alors quand un gosse ne pourra plus faire ses devoirs parce que son grand frère aura téléchargé une série ou qu’une mère ne pourra plus bosser parce que son fils se sera fait chopper, on en reparlera. C’est en partie pour cela qu’il y a maintenant une obligation de jugement individuel, mais complètement bridé par des peines planchers et de toutes façons engorgé d’avance pour des années et improuvable, les "preuves" étant généralement irrecevables tant la technologie évolue plus vite que la justice.

Le téléchargement sera d'ici quelques années la principale, si ce n'est la seule, façon de consommer ce qu'ils appellent "la culture" (hors cinémas). Le marché est en train de faire sa mutation, il s'adapte, laissez-lui le temps et surtout foutez-lui la paix ! Et ce qu'on nomme improprement le "piratage" a au moins le mérite de donner un coup de pied à l’arrière-train des majors pour les forcer – enfin ! – à proposer une offre légale intéressante et abordable. C’est de la juste concurrence, de la même façon que les générations de produits et de véhicules se succèdent. L’état n’a pas son mot à dire là-dessus dans notre société, point.

A mon avis, le seul et unique objectif réel de la loi HADOPI est de préparer l’opinion et le terrain informatique à l’installation systématique de mouchards dans tous les ordinateurs, comme devrait le proposer la loi LOPPSI. Avec comme toujours l’argument ultime : « si vous n’avez rien à vous reprocher, vous n’avez rien à craindre… ». C’est comme si on mettait des caméras de vidéosurveillance non seulement dans toutes les rues, mais aussi dans chaque pièce de votre appartement. NO. WAY.

Vu l’attitude générale de notre gouvernement rétrograde et aux franches velléités totalitaires, il ne faut pas s’étonner de leur haine de la liberté d’Internet, comme ils ne supportent pas celle de la moto. Voir par exemple ce cas édifiant : Jean-François Copé remet en cause la grande liberté du Net

mardi 15 septembre 2009

Internet à bord, vraiment indispensable ?

Je soumets à votre réflexion l'article suivant, par Cédric DEPOND du site www.techno-science.net

Peugeot lance l'accès Internet dans la voiture, avec "Peugeot WiFi on Board" C'est lors du 63ème salon automobile de Francfort que Peugeot a dévoilé sa nouveauté: l'intégration d'une connexion Wifi à bord du véhicule (nommé Peugeot WiFi on Board). Cela se présente sous la forme d'un boitier WiFi présent dans l'habitacle, couplé avec une clé USB 3G/3G+. Pour fonctionner, le conducteur ou le passager devra y insérer sa carte SIM. L'avantage principal est qu'aucun abonnement spécifique n'est dédié à cette technologie. Ainsi, le propriétaire de la carte SIM peut être client chez n'importe quel opérateur et a la liberté de choisir l'abonnement qui lui convient. L'accès à Internet pourra se faire aussi bien à l'arrêt qu'en circulation. Les passagers pourront dorénavant passer un agréable voyage en utilisant leur messagerie instantanée, ou des jeux en ligne. Le conducteur pourra par exemple quant à lui, pendant une pause, se connecter afin de consulter ses emails ou d'autres informations pratiques sur le lieu où il se trouve. Et cela fera certainement le bonheur des enfants, qui pourront jouer en réseau à l'arrière du véhicule ! Cette nouveauté équipera en avant première les nouvelles Peugeot 5008, et sera par la suite déployé dans d'autres véhicules de la marque. Le boitier, en tant qu'accessoire, sera quant à lui commercialisé à partir de 2010 dans le réseau Peugeot. Aucun tarif n'a encore été communiqué.

L'accès fonctionnera en circulation, à destination naturellement des passagers. Cependant, rien n'empêchera donc les conducteurs inconscients d'ajouter à leur autoradio, leur GPS, leur téléphone, leur clope et leur journal du matin la consultation de leur messagerie ou sites favoris. La campagne anglaise contre les SMS au volant est édifiante, et on n'a aucune raison de penser que ce soit différent pour écrire un mail ou un chat...

J'aime Internet, je suis en ligne 18 heures par jour et je ne me déplace jamais sans un ordinateur. Mais de là à l'avoir en voiture ? Je vous le demande un peu, est-ce bien raisonnable ? Les conducteurs sont-ils assez responsables pour leur laisser ENCORE une opportunité de plus pour ignorer les autres et la route ? Franchement je ne crois pas. Il y a plus urgent à développer que ça... par exemple un brouilleur qui détecte si c'est le conducteur qui téléphone et qui coupe le signal si le véhicule se déplace.

vendredi 28 août 2009

Inutile de taxer, il faut économiser à point

Et d’une taxe nouvelle, une ! Taxe carbone… On en parle depuis longtemps, ça revient au goût du jour, mais cela semble bien parti pour n’être – comme presque tout ce que propose le gouvernement actuel d’ailleurs – qu’un prétexte de plus pour nous taper de la thune sous couvert de belles intentions. C’est d’autant plus dommage que le principe est intéressant et qu’il est largement temps d’agir. Mais comme toujours, il faudrait voir à réfléchir un peu avant…

Par exemple, simple suggestion, et si on se penchait sérieusement sur le gaspillage monumental qui est fait partout, en permanence ? Comment expliquer qu’on puisse encore construire le moindre immeuble sans le rendre HQE (Haute Qualité Environnementale) ? Comment justifier que tant de lumières brûlent pour rien dans les bâtiments officiels ? Que tant de carburant soit gaspillé en déplacements aériens ministériels ou militaires parfaitement optionnels ? Etc, etc, etc.

Par exemple, mon appartement précédent donnait sur les sièges de grandes banques, et là où je suis en ce moment, c’est une annexe de ministère. Dans les deux cas, la nuit est constellée de myriades de vieux écrans cathodiques allumés en permanence sur des fonds clairs, sans même un screensaver symbolique. Pour info, chacun consomme ainsi environ 60W en continu, avec le dégagement de chaleur itou (que la clim doit dissiper, d'autant qu'elle reste aussi allumée même dans les locaux déserts). Certes, en heures creuses, où une partie du courant est produite de toute façon. Mais pas tout le courant ! Est-ce si difficile de faire un clic-droit pour faire mettre l’écran en veille quand il est inutilisé ? Cela nuit-il beaucoup à la productivité fonctionnariale d’attende LA seconde qu’il lui faudra pour se réveiller ? Et sachant que ça suppose évidemment que l’ordinateur est lui-même allumé en grand, et qu’il bouffe aussi quelques centaines de Watts, 24H/24, alors qu’il ne fait RIEN. Entre ça, l’isolation des maisons (vive le crédit à 0% dont ne peut bénéficier que sous des conditions absurdes), les façades des usines et les vitrines des magasins éclairées de dizaines de spots halogènes à 4H du mat’… combien d’énergie gaspillée, de chaleur dilapidée, de centrales construites en trop ?

Le même raisonnement s’applique à l’eau : ça m'exaspère de voir régulièrement ma voisine arroser longuement le trottoir devant chez elle (qui est pourtant en bitume récent, dépourvu de toute végétation et régulièrement nettoyé par la ville), ou encore les municipalités et agriculteurs arroser en fines gouttelettes sous le cagnard du mois d’août, avec une déperdition qui doit frôler les 95%, au lieu de le faire en goutte-à-goutte autrement plus efficace. Mes efforts pour remplir les arrosoirs avec l’eau de chauffe avant la douche ou d’optimiser jusqu’aux chasses d’eau des WC semblent bien futiles… mais bon, je continuerai. Ce qu’il faudrait, c’est que tout le monde s’y mette, à commencer par les administrations censées donner l’exemple, et les grandes sociétés si soucieuses de leur image.

« Un chemin de mille lieues commence toujours par un premier pas. » dit Lao Tseu, et si on le commençait TOUS ensemble ? Et avec un peu de chance, en échange de toutes ces petites économies cumulées, on pourra encore longtemps se permettre de gaspiller un peu d’essence pour se balader à moto.

vendredi 10 juillet 2009

Partager n'est pas voler

La loi "Hadopi 2" vient d'être votée au Sénat. Si elle est plus "constitutionnellement correcte" que sa première version, au sens où la sanction sera confiée à un juge (même s'il opèrera de façon allégée : un seul juge, pas d'audience publique), elle ne revient pas sur les problèmes absolument fondamentaux du principe-même de cette loi stupide :

- On continue d’envoyer des avertissements et de pouvoir sanctionner des soupçons de téléchargements sur la seule base d’adresses IP collectées par les fournisseurs d’accès, à la demande d’une « haute autorité administrative ». Or, pas plus aujourd’hui qu’il y a quelques mois pour Hadopi 1, ceci n’est un indicateur fiable. Il est très facile de masquer son IP, de s’en attribuer une bidon, d’utiliser celle d’un autre abonné…

- L’obligation faite aux internautes de protéger à tout prix leur connexion, sous peine d’amende et d’un mois de coupure, est une mort de fait des réseaux communautaires et du partage de connexion, qui permet d’ouvrir simplement son routeur Wi-Fi aux autres, histoire d’avoir un accès au Net de partout et de faire profiter un maximum de gens en un maximum d’endroits de la magie d’Internet, sans profit, sans contrôle, parce que c’est là qu’est la vraie puissance du Web.

- Enfin et surtout, l’état continue de s’immiscer dans des domaines où il n’a rien à faire, à la demande des lobbies et des idéologies rétrogrades et désinformées. On n’interdit pas la vente de véhicules étrangers pour mieux vendre ceux made in France, alors de quel droit bloquer arbitrairement LE mode de communication et d’échange du futur pour protéger un modèle obsolète ? Pour que vivent les artistes et les distributeurs, ils doivent s’adapter, proposer des plateformes efficaces, complètes et pas trop chères, etc. Je ne reviens pas sur tous ces arguments maintes fois discutés, mais qui restent tous d’actualité. STOP LES EMPILEMENTS DE LOIS LIBERTICIDES, REDONDANTES ET INUTILES !!!

 

Une petite vidéo très claire (!) à propos de ce symbole :
http://www.dailymotion.com/video/x980h4_hadopi-partager-nest-pas-voler_news

 

 

lundi 22 juin 2009

Réfléchir AVANT d’agir ?

Dans un billet récent de son blog, Marco analysait une pub Renault qu’on peut franchement interpréter en sens inverse du but recherché. C’est à mon tour, avec cette fois une opération de com’ de la SNCF parue dans la presse, en l’occurrence dans le Courrier International. On y voit une salle de trading débordée, avec le slogan « Adapter 1200 gares pour les personnes handicapées, ce n’est pas rentable. Mais c’est de l’argent bien investi. » Sur le principe la campagne fait sourire, c’est vrai, et on ne peut en effet qu’admirer la prise de conscience et les investissements que ça représente. Mais sans faire l’esprit chagrin, deux détails me choquent un peu, qui sont d’ailleurs liés.

La photo de la salle de marché est antique, ça se voit notamment aux ordinateurs, aux claviers, aux télécopieurs, aux téléphones. Des écrans noirs à chiffres verts, ça fait franchement 80’s, un peu raté pour la référence à la crise moderne. Mais surtout j’ai envie de dire « Il est temps ! ».

C’est typique de notre pays ça, pendant des décennies on a consciencieusement construit des gares et des trains inadaptés. Et maintenant on se réveille pour tout refaire un peu plus intelligemment, à grands frais. Alors tant mieux que ce soit refait, ça vaut mieux que laisser en l’état, mais quand est-ce que les choses seront ENFIN pensées jusqu’au bout avant d’investir des millions sur les deniers publics ?

Parce que des chantiers gaspillés comme ça, on en croise sans arrêt sur les routes : encore aujourd’hui on installe des kilomètres de séparateurs dangereux, de glissières-guillotines, de peintures glissantes, de carrefours stupides… Et quand ce sera fini, après quelques morts, on se dira, tiens, et si on prenait tout le monde en compte ? Et hop, qu’on refasse tout selon les normes, qu’on démolisse des trucs encore tout chauds de la pose. A Paris par exemple, il y a eu ces derniers temps les pseudo bandes « guide d’aveugle » sur les passages piétons, qui ne leur servait à rien et pouvait être risquées pour les deux-roues. Suites à des actions de la Fédé et à un « motard d’un jour » consacré en partie à ce sujet, il a été admis par tous qu’il fallait des retirer. Oui mais voilà, ils en avaient déjà commandé un paquet, et tout était planifié pour la mise en place. On s’est donc retrouvé avec – simultanément ! – des quartiers où ils les enlevaient et d’autres où ils continuaient de les poser. Et à part ça c’est la crise…

PS : Je profite de ce billet pour adresser un coucou aux potes du HMS (Handicap Motard Solidarité). Cette assoc’, adhérente à la FFMC, milite notamment pour faire reconnaître les droits des motards handicapés. L’un ou l’autre, c’est déjà pas toujours évident, alors ensemble… Plus d’infos sur leur site : http://club.bdway.com/hms

PPS : Je pars pour une virée de quelques jours, Toulouse, Bordeaux, Cognac, et concentration V-Strom en Périgord. Les billets reprendront à mon retour !

mercredi 10 juin 2009

Hadopi : une lueur d’espoir

On s’y attendait sans oser y croire, mais c’est confirmé aujourd’hui, le conseil constitutionnel a censuré le projet de loi Hadopi de façon assez radicale. Il faut dire, entre l’abandon complet de la présomption d’innocence (comme dans de plus en plus de domaines), la condamnation sans jugement etc., il y avait de quoi faire. Ce qui n’a pas directement été remis en cause cependant, c’est l’intérêt de cette loi toute entière. Que vient faire le gouvernement à légiférer sur ce sujet ?

La réponse est évidente : copinages, népotisme, lobbies. Mais c’est tout, il n’y aucune raison citoyenne ou d’intérêt public à s’immiscer dans ce qui devrait se jouer purement entre distributeurs et consommateurs. Il me semble même qu’on a des lois assez strictes contre les monopoles, les ententes anticoncurrentielles, les trusts, etc. Intel et Microsoft par exemple paient régulièrement des amendes record pour aller à l’encontre de ça (plus d’un milliard d’euros rien que sur l’UE cette année). Alors pourquoi nom d’un chien notre gouvernement minable s’acharne-t-il à défendre des trusts et des monopoles, qui n'ont pas encore compris que les supports physiques ont vécu, et ont déjà rejoint le vinyl et la cassette audio au cimetière de l'évolution des médias ? Ils nous sortent le même discours de Kaliméro depuis trente ans : http://www.youtube.com/watch?v=dq-CZ98xVcA

Ce sera quoi après, on va interdire les motos japonaises en France parce qu’elles entrent en concurrence avec les marques européennes ? Fermer les supermarchés discount au prétexte que les grandes marques n’y font pas assez de profit ? Interdire les ampoules basse consommation parce qu'on veut continuer à vendre celles à incandescence, plus rentables ?

Je suis absolument persuadé que LA solution pour limiter le « piratage » est le développement d’une offre en ligne crédible, abordable et aussi complète que les torrents, et d’un peu moins de rapacité sur les prix des CD, DVD et places de ciné. Ah, et plus de choix de VO aussi : là pour voir correctement les films grand public, il faut que je fasse plusieurs centaines de kilomètres. Après on s’étonne que les gens téléchargent…

Pas besoin de lois, de contrôle, en tous cas pas dans ces domaines auxquels les législateurs ne comprennent rien. Mais cela prouve bien que leurs buts sont autres, plus vicelards encore. Si au moins ils arrêtaient de tout emballer dans un beau paquet de sécurité, en prenant le public pour des… enfin, vous voyez. Le conseil constitutionnel seul peut encore s’opposer à la volonté toute-puissante de Sarkoléon le Petit, mais pour combien de temps encore ?

Article du Monde

Des détails sur la Quadrature du net

(Ce graph concerne le gouvernement US, mais il s'applique tout aussi bien si ce n'est encore plus ici...)

mardi 12 mai 2009

Appel à la Grève de la culture !

Sans grande surprise, l’Assemblée nationale vient d’adopter la loi Hadopi. Il faut encore qu’elle repasse au sénat, à la commission paritaire et devant le conseil constitutionnel qui va être saisi à son sujet, mais on voit bien ce que vaut un vote démocratique aujourd’hui : s’il ne plaît pas à sa majesté, on revote jusqu’à ce que ça passe ! Et peu importe que ce soit totalement contre-productif, inapplicable, rejeté très fermement au niveau européen, contraire à notre propre constitution, etc.

J’ai eu l’occasion d’en débattre un peu hier avec la député-maire d’Avignon, M.J. Roig, UMP. Elle m’a confirmé avoir l’intention de la voter, mais a reconnu que :

  • Ni elle ni la grande majorité de ses collègues députés ne sont qualifiés pour ne serait-ce que comprendre les enjeux et limites technologiques.
  • Ni elle ni la grande majorité de ses collègues députés ne sont intéressés par les aspects techniques, pourtant fondamentaux dans cette loi.
  • Ils sont parfaitement conscients de ses graves lacunes tant techniques que juridiques et constitutionnelles, et qu’au minimum ce texte devra être profondément remanié dans un avenir très proche.
  • Mais ils votent quand même, au seul nom de l’unité au sein du parti. En soit c’est relativement louable, et on aimerait bien que d’autres groupes politiques soient capables de la même cohésion, suivez mon regard. C’est juste dommage que ça serve de justification pour voter des choses aussi insensées...

Il reste un espoir que cette loi – qui figure quand même au palmarès des plus débiles et décalées proposées depuis ce début de millénaire – soit rejetée... continuons le lobbying. En attendant, je relaie une proposition vue sur de nombreux forums, où les internautes outrés réagissent à cette loi : faisons la GREVE DE LA CULTURE. Tant que cette loi n’est pas retirée, on n’achète plus aucun CD, DVD, ou place de cinéma pour un film Français (pour ce qu’ils valent depuis quelques temps, on ne perd pas grand-chose). Surtout ceux des artistes inconscients et manipulés qui se sont positionnés pour l’Hadopi, pour moi ils sont définitivement grillés.

Passez le mot, grève de la culture, à reconduction illimitée tant que ce texte reste en place. Ils prennent visiblement le public pour une bande de débiles, à nous de leur montrer comment ça marche.

UPDATE : le sénat a voté le texte à son tour, les députés de gauche s'étant carrément abstenus !!

Interview intéressant exposant clairement quelques risques de l'Hadopi : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/05/13/hadopi-va-t-elle-modifier-nos-usages-d-internet_1192698_651865_2.html

Plan de résistance : http://linuxmanua.blogspot.com/2009/05/plan-de-resistance-anti-hadopi.html

mardi 5 mai 2009

Hadopi : le pire-2-pire

Vous n’êtes peut-être pas sans ignorer que la loi Hadopi est revenue sur le tapis, en attendant d’y aller définitivement, peut-être ? A 1H30 du mat', ils continuent d’en discuter, je suis en train de suivre la séance en direct... par Internet. C’est peut-être une bonne chose que les discussions durent, mais ce qui m’inquiète beaucoup est que la plupart des gens qui doivent voter sont totalement ignares en la matière. Quelques interviews ici par exemple.

La MOINDRE intervention d’Albanel révèle sa bêtise, je ne l’ai pas entendu parler UNE SEULE FOIS sur ce sujet, même pour une simple phrase, de façon cohérente et bien informée. Tout à l'heure encore (00:23) elle vient de confondre le Wi-Fi (réseau sans fil) et la Wii (console de jeu), et de prétendre que le Wi-Fi est trop lent pour permettre le téléchargement, alors que le sans fil est bien plus limité par la vitesse de connexion (entre le Net et le modem) que par sa norme (entre le modem et l'ordinateur) ! Mais VIREZ-LA, par pitié !

Le pire, c’est de se dire que c’est pareil pour tous les sujets qui sont discutés, votés, qui nous gouvernent. Je l’ai déjà dit, on ne peut pas attendre des députés qu’ils soient qualifiés dans tous les domaines, mais avant de prendre des décisions, comment admettre qu’ils ne se renseignent pas un minimum sur les termes, les enjeux... Là je vois les amendements votés en moins de 5 secondes, hop, enterré, au suivant. S’ils sont fatigués à cette heure-ci, qu’ils aillent dormir, pas décider de notre avenir numérique... Là tous les ammendements sont rejetés directement par la ministre et la commission, sans qu'ils répondent à une seule question ni débatent du moindre nouvel élément, pourtant évidents. Ah, comme j'aimerai avoir l'occasion d'aller devant eux, là, maintenant, avec un ordinateur, pour leur montrer, leur expliquer concrètement, et leur donner mon point de vue d'internaute et de citoyen concerné, ce qu'apparemment la majorité n'a jamais eu.

Tout cela, les gesticulations des partisans de l’Hadopi, les exclamations outrées des artistes de tous bords, me désolent. Ce qu’ils cherchent à défendre, ce ne sont pas leurs droits, ni évidemment les libertés publiques. Ils veulent sauver les ventes de supports physiques, les CD, les DVD, qui sont finis, terminés, périmés, tout autant que les cassettes VHS ou audio ou les disques vinyles, au profit des contenus dématérialisés. Comment ne voient-ils pas cela ? Par la même occasion, ils tentent d’imposer un contrôle et un flicage qui serait un précédent dramatique, qu’aucun pays occidental n’envisage. Le filtrage des contenus, l'atteinte grossière à la neutralité des réseaux, c’est la porte ouverte à toutes les dérives. Outre les obstacles techniques, je ne comprends même pas comment une société démocratique peut ne serait-ce qu’envisager de parler de ça. Si cette loi passe, ce sera une preuve de plus que notre société est vraiment très mal barrée.

Le vote approche, croisons les doigts...

lundi 20 avril 2009

"Stand by me" - Version mondiale

Je n'ai vraiment pas pour habitude de relayer des chain-mails ou des pourriels, bien au contraire, mais en l'occurence j'ai reçu d'une amie ce message que je tiens à partager avec vous. Entre toutes ces nouvelles de crise, de repression etc, ça fait du bien de voir quelque chose qui donne le sourire. Mettez le son et regardez ça :

C'est comme ça... Il y a des périodes où l'on ne découvre sans sa boîte que des choses sans intérêt ou qu'on a déjà reçu trente-neuf fois (l'un n'empêche pas l'autre d'ailleurs) et puis parfois c'est la manne céleste.

Soyez gentils de lire ce qui suit avant de courir directement au lien. Je veux vous préparer au choc (je viens de revisionner ce clip et je vous jure que j'en ai vraiment des frissons de bonheur).

Je veux simplement vous dire que cette réalisation dépasse tous les messages humanitaires universels à l'eau de rose que vous avez déjà reçus ou que vous recevrez, ou que trois ou quatre stars de la chanson tenteront vainement de faire passer par un disque insipide (qui leur rapportera beaucoup d'argent) ou un spectacle de télé raccoleur où ils chanteront les yeux au ciel d'un air inspiré en tenant par la main quelques enfants dont ils n'ont rien à foutre tout en calculant mentalement la promotion que va leur apporter cette mascarade et les retombées qui en résulteront.

Dans ce "Stand by me", rien de comparable !... il n'y a que d'illustres inconnus débordant de talent et de bonne volonté à qui ce clip ne rapportera certainement que des clopinettes. Quand à l'équipe de jeunes preneurs de son et d'image qui ont réalisé ce tour de force, je souhaite pour eux qu'ils aient trouvé un mécène car tout ça a certainement coûté fort cher, ne serait-ce qu'en billets d'avion.

Du point de vue technique c'est le rêve absolu. L'image est en plein écran (surtout n'oubliez pas d'agrandir la fenêtre au maximum) et le son d'une qualité et d'une profondeur qui prend au tripes, surtout si vous écoutez au casque (dans le cas contraire, donnez un peu de volume à vos hauts-parleurs pour mieux profiter de cette qualité). Un tout petit point technique : chez moi, le clip ne démarre pas tout seul. Si c'est pareil pour vous, après avoir mis la fenêtre en plein écran, cliquez sur le triangle de mise en route en bas à gauche.

Surtout, regardez bien au bas de l'image à quel endroit de la planète se trouve chacun des musiciens ou chanteurs de cet orchestre impossible à chaque fois qu'il en apparaît un nouveau. C'est là que se trouve le côté le plus émouvant de cet instant privilégié.

http://vimeo.com/moogaloop.swf?clip_id=2539741




jeudi 9 avril 2009

Error 404 : Députés not found


Mais ils sont OÙ ?

Par un heureux retournement, le terrible texte « Hadopi » a été rejeté au parlement. Je m’en réjouis énormément, même si c’est comme le contrôle technique moto, ce n’est que partie remise, ils vont retenter de le passer en force dans quelques semaines.

Mais ce qui m’indigne presque plus que le texte lui-même, c’est le nombre de votants. Comment accepter que le sénat ait validé ce texte avec une vingtaine de votants, et que le parlement ait tranché avec un total de 36 voix ? Bon sang, ils réalisent leur responsabilité ? Avec une assiduité aussi ridicule, il suffit qu’un ou deux députés d’un bord ou de l’autre soient absents, pour quelque raison que ce soit, pour faire pencher la balance. En l’occurrence, tant mieux, ça donne un sursis dans une affaire que toute personne sensée ne peut que refuser, mais où est la démocratie...

Si leur abstention est le reflet de leur malaise par rapport au texte, ce n'est pas tellement mieux, c'est juste une preuve de plus qu'il n'y a pas d'indépendance de pensée et de vote. Ils ne sont pas d'accord ? Qu'ils votent contre ! La politique de la chaise vide est dans ce contexte beaucoup plus lâche que diplomatique.

Sous prétexte qu’on approche des vacances de Pâques, on vote des textes relativement fondamentaux devant des hémicycles déserts, c’est inadmissible. Il faudrait que les sénateurs et les députés soient radiés au bout de quelques absences injustifiées, sans même parler de leurs retraites mirobolantes en proportion du temps passé - ou pas, justement – dans ces institutions. Mais quand on voit que notre kaiser lui-même n’a pris la parole que deux ou trois fois en plusieurs années dans l’hémicycle, il ne faut pas s’attendre à des miracles.

J’irai même plus loin : il faut des sanctions pour incompétence grave. A ce rythme, tout notre gouvernement actuel pourrait faire ses cartons en lot, mais je pense notamment à Albanel. Je vous aurais bien redonné le lien vers son intervention au parlement à propos du fonctionnement des Firewalls et des logiciels libres, mais comme par magie les vidéos ont disparu du net, il faut chercher de nouveaux liens. Comment peut-on se ridiculiser à ce point et rester en poste ? Elle a le droit de ne pas être une professionnelle de l’informatique, mais qu’elle ne prétende pas l’être et donner des leçons dans ce cas, encore moins faire des lois à ce propos !

En attendant, on peut se réjouir du rejet de l’Hadopi, mais restons vigilants, il est à peu près certain que ça va nous retomber dessus d’un jour à l’autre.

vendredi 3 avril 2009

Matière à réflexion – Films et Hadopi

J’ai vu ces jours-ci deux films que je recommande chaudement à tous ceux qui comme moi s’inquiètent de l’orientation que prend de plus en plus notre société, et surtout à ceux qui pensent que libertés et éducation sont sacrifiables sur l’autel des profits et du tout-sécuritaire :

- La journée de la Jupe, de Jean-Paul Lilienfeld, avec Isabelle Adjani et Denis Podalydès : une prof de français dans une banlieue chaude craque et se retrouve à prendre ses élèves en otage.

- La vague (Die Welle) de Dennis Gansel, avec Jürgen Vogel : un prof de politique dans un lycée moyen d’Allemagne démontre à ses élèves à quel point la dictature n’est jamais loin de ressurgir.

Deux sujets à la fois proches et traités très différemment, tous deux appelant à grands cris à ne pas oublier les jeunes et se méfier de toutes les manipulations. En ces périodes de sommets divers (G20, Otan, crise), la vigilance est plus que jamais de mise.

L’une des choses les plus inquiétantes en ce moment est à mon sens ce que prépare le gouvernement sur la loi Hadopi... c’est carrément terrifiant d’absurdité, d’incompétence TOTALE de la part des décideurs (comme d’hab’ mais en pire, peut-être parce que je connais bien le sujet et que je peux mieux me rendre compte). Un peu comme les feux de jour, les pays ayant tenté une loi similaire à la pseudo « riposte graduée » l’ont tous abandonnée : Angleterre, Nouvelle-Zélande, USA (même si là c’était entre groupes privés, ça se casse quand même la gueule)... Ah non, en effet, la Chine par exemple en est toujours là. Mais est-ce vraiment le meilleur exemple duquel s’inspirer en matière de libertés individuelles et de respects des droits fondamentaux ?

Comment peut-on laisser ces débiles s’exprimer et surtout voter à notre place sur des sujets qu’ils maîtrisent aussi mal ? Les rares amendements logiques sont rejetés en bloc, les seuls points débattus sont les types de répression et de contrôle, jamais la question de leur pertinence ou de leur validité technique. Je l’ai déjà dit et je le répète, renseignez-vous sur ce sujet, même si ça vous semble ardu et « high-tech ». C’est fondamental, ce qui se prépare est totalement inacceptable. Il va falloir se bouger, again.

- page 3 de 4 -