Le Frédéblog

Motomag.com

Pratique et défense du deux-roues par un passionné, mais aussi balades et voyages, anecdotes insolites, quelques réflexions en vrac, bref, un blog motard !

Ma vie, mon oeuvre...

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 1 janvier 2014

Happy new année !

Voeux2014Moto.jpg

mercredi 16 février 2011

Bonne Saint Valentin motarde !

Non, je n’ai pas raté la date ! C’est juste que je ne verrai ma chérie que ce soir, étant peu à la maison ces temps-ci (d'ailleurs c'est aussi pour ça que je poste beaucoup moins sur mon blog en ce moment, mais je ne vous oublie pas). Donc pour nous, la Saint Valentin, c’est aujourd’hui, et toc. Voire même tous les jours...

Bonne fête des bisous à tous les motards et les motardes… StValentin.jpg Photo classique du Net, trouvée en l'occurence sur "uneblague.com"

vendredi 24 juillet 2009

Happy birthday mister blog !

Ce blog a un an aujourd’hui ! Oh, ce n’est pas un anniversaire bien glorieux, ni a marquer spécialement, juste l’occasion de faire un petit point. Je ne peux pas savoir combien de lecteurs sont venus, mais pendant ce temps j’ai posté 76 billets (soit un peu plus de six par mois), qui ont reçu 262 commentaires (près de 3,5 chacun en moyenne, mais ça ne veut pas dire grand chose, certains ne provoquant pas de réaction, d’autres de petits débats). Je m’y suis lancé un peu par hasard, pour voir que c’était qu’un blog, sans trop savoir si je pourrais l’alimenter régulièrement. Il semble que si jusqu’à présent, on verra si ça dure !

Dans mon premier billet, je m’étonnais du manque de protection de certains motards, et ça continue de me sidérer. Qu’on roule en short et T-shirt en ville ou en balade, déjà je ne le fais pas, mais bon, à la limite ; mais sur l’autoroute ? Sans même parler de chute, quand je vois à quel point on sent le soleil, la chaleur du moteur, les impacts d’insectes à travers le jean ou même le pantalon de cuir… je ne vois pas comment ils supportent, surtout que ce ne sont généralement pas les plus lents qui roulent à poil (y’en a même qui me doublent, c’est dire :-P).

J’ai aussi proposé une petite rétrospective de voyages à moto (que le budget très limité cette année n’a pas permis de poursuivre, à part une petite escapade en Dordogne) ; des lois terrifiantes d’absurdités qui nous sont concoctées, notamment Hadopi et Loppsi ; et bien sûr pas mal parlé des dossiers de la FFMC et de moto, de ce qu’on essaie de faire pour la défendre et pourquoi on l’aime.

A titre personnel, ça a été une année de transition entre Paris et Avignon, qui s’est faite avec soulagement et sans le moindre regret, si ce n’est celui de s’éloigner des potes qui y sont encore, mais en gagner d’autres aide à surmonter ;-P Cela n’a absolument rien à voir en termes de qualité et tranquillité de vie et de conduite : imaginez, PAS UN SEUL PV à moto dans tout ce temps ! Bon, j’admets rouler moins, ma moyenne a sévèrement chuté, puisque je ne fais presque plus de trajets « utilitaires », tout est à portée de marche, ou alors c’est avec les courses ou des bébés et il faut la boitaroues. Du coup, la bécane devient presque pur plaisir, je ne vais pas m’en plaindre… Autre gros avantage de cet exil provincial, le plaisir incomparable de voir régulièrement mes nièces (3 mois, 20 mois et 3 ans et demi).

Pour conclure ce billet, histoire qu’il ne soit pas totalement vain, je soumets ces petits chiffres à votre réflexion :

  • En 2009, au total, 106 millions d'euros seront dépensés pour lutter contre le cancer en France, et 57 millions pour les radars sur les routes.
  • Le cancer cause près de 150 000 décès par an, et la route environ 4500, dont seulement une partie à cause de la vitesse.

Un rapide calcul donne un investissement de 705 Euros par mort du cancer, au moins 12.700 par mort sur la route. Bien sûr, ce n’est pas comparable tel quel, mais quand même il y a matière à réflexion. Combien coûte le cancer à la société ? Combien rapportent les radars et la répression ? Et après on nous parle de bien public, de sé-cu-ri-té… qui peut encore les croire ? Comment eux-mêmes osent-ils continuer leur discours ? (Sans compter qu’une cure contre le cancer servirait à toute l’humanité). Source 1 - Source 2 - Source 3

Sur ce, bonne journée… j’espère que mon blog vous intéresse, n’hésitez jamais à faire des suggestions, et à réagir aux billets, même (ou surtout !) quand vous n’êtes pas d’accord ! On remet ça pour un an ?

vendredi 5 juin 2009

Impôts pourris

Le rituel des impôts est rarement quelque chose d’agréable, mais dont on reconnaît volontiers le caractère indispensable, bien qu’un peu abusif. Cela dit, la façon dont les choses se passent est, elle, beaucoup plus contestable. Certes, cette année, nous avons cumulé quelques trucs absolument uniques, qui n’arrivent jamais, et dont on comprend donc que ce soit très difficile à gérer pour l’administration : un décès, un déménagement, un changement de situation familiale.

C’est assez pour jeter une pagaille incroyable dans un dossier autrement relativement simple. Pour résumer en quelques mots une situation complètement tordue, les feuilles d’impôts ont été envoyées au mauvais nom et à la mauvaise adresse, on n’a donc rien reçu. Le Trésor Public ne s’est pas inquiété outre mesure d’avoir des retours NPAI. On a réclamé la déclaration de base, mais pas tout ce qu’il y avait autour, vu qu’honnêtement on n’en savait rien, c’était mon père qui s’occupait de tout ça avant. Au lieu d’envoyer des rappels, de chercher la nouvelle adresse (qu’on leur avait dûment transmise), cette charmante administration est passée directement à l’étape suivante : saisie sur compte épargne (vidant entièrement la réserve prévue pour les impôts de cette année), injonctions à payer envoyées à mon frère et ma grand-mère avec blocage de leurs comptes…

Des heures et des jours de tractations, d’allers-retours à la banque, de coups de fils tournant en rond, on obtient l’annulation des frais de retard vu que ce n’est en rien notre faute, mais les centaines d’Euros de frais bancaires restent pour notre pomme, en plus d’une pression fiscale bien difficile à financer, surtout dans le contexte actuel. Et pour arranger le tout, on a appris aujourd’hui que les sommes qu’ils ont prélevées de force ne leur sont en fait pas parvenues, du coup… ils lancent une nouvelle saisie, sur les comptes de nos proches puisque les nôtres sont vides à cause d’eux !

Pas moyen d’avoir un interlocuteur compétent, tous les services se renvoient la responsabilité, ils admettent volontiers le manque de corrélation, et se retrouvent à court d’arguments quand on leur fait remarquer qu’ils ne sont pas foutus de retrouver une simple adresse pour envoyer un courrier, mais que quand il s’agit de trouver des comptes bancaires à ponctionner, là il n’y a pas de soucis.

Aucun recours possible, aucune compensation pour les frais supplémentaires et le temps perdu… Ca ne vous rappelle pas un peu le CSA (contrôle-sanction automatisé, les radars automatiques) ? L’un des seuls trucs qu’on ne peut pas reprocher à cette société civilement et humainement décadente, c’est son manque de cohérence. Il faut payer et fermer sa gueule, et qu’on soit en tort ou qu’on n’ait rien à se reprocher n’entre absolument pas en compte.

jeudi 2 avril 2009

Mauvaise impression

Pour faire écho au Fab’Blog, à mon tour de râler (un petit peu) après la SNCF. Je suis assez régulièrement amené à prendre le TGV pour Paris depuis quelques mois, et j’utilise le billet imprimé : on compose ses propres billets et on les imprime soi-même quand on est sûr que plus rien ne change, juste avant de partir. L’idée n’est pas mauvaise, ça marche bien et c’est pratique.

Mais là où je suis moins content, c’est que chaque billet imprimé contient une demi-page de publicité, et moi qui suis très pubophobe et forcé de faire des économies partout où c’est possible, je ne suis pas d’accord pour bouffer plein d’encre pour imprimer mes propres agressions visuelles ! A chaque fois je vois des gens ayant consciencieusement tiré tout ça en couleur sur beau papier comme si c’était des photos à garder…

A défaut d’obtenir la moindre réponse de la SNCF, et sans pour autant se passer des avantages de ce type de billet, voici des petits conseils qui ne mangent pas de pain et économisent de la coûteuse et nocive encre :

- Le plus simple, pensez à forcer l’impression noir et blanc et le mode éco, sur du papier brouillon, ce sera déjà ça.

- Un poil plus complexe, mais avec l’habitude ça prend quelques clics et 15 secondes, supprimez la zone de pub ! Il y a plusieurs méthodes, par exemple ouvrez le PDF en plein écran et appuyez sur la touche « Imprim Ecran » ou « Print screen », puis collez le résultat dans n’importe quel logiciel capable de traiter les images. Il suffit alors de couper la partie inutile, CGV et pub, et tant qu’à faire de mettre les billets aller et retour sur la même page puisque du coup il y a la place.

Rassurez-vous, les billets marchent tout aussi bien, puisque la seule chose qui compte est la lisibilité du code barre (idTGV) ou du tag carré ressemblant à un labyrinthe et des textes (TGV normal). Et c’est autant d’économisé pour vous et pour la planète…

Cela dit, j’apprécie quand même la vitesse et la facilité du TGV. Moins de trois heures pour traverser les trois quarts de la France, parfois pour moins que le prix d’un plein de la moto en cherchant les bonnes dates et heures, c’est quand même cool. De plus, je peux bosser en route, et le train ne se fait pas flasher au radar, lui. Reste juste à pouvoir embarquer la bécane simplement et pour pas plus cher (train+moto ça existe, mais pas génial hélas) afin de l’avoir pour se déplacer à l’arrivée, et ce sera parfait. Ah, et aussi j’aimerais bien pouvoir me tenir debout dans les toilettes et les couloirs du train, mais il ne faut pas trop en demander ;-)

mercredi 25 mars 2009

Future motarde ?

Juste un billet pour dire que je suis content, j’ai une nouvelle nièce ! La troisième d’affilée, toutes de superbes bébés, elles sont ma plus forte motivation pour ne pas renoncer à me mobiliser et à lutter à chaque fois que je peux pour la défense de nos libertés et de nos droits de plus en plus malmenés, et à ma petite échelle pour le respect de l’environnement, tout ça. Le futur, quoi !

Ci-dessous, deux photos de l’aînée, aujourd’hui âgée de trois ans, et de sa réaction enthousiaste quand on l’a posée à 6 mois sur ma moto. Que sera le deux-roues quand elle sera en âge d’en conduire ? Totalement électrique, avec des biomatériaux autorégénérants et un gyroscope interne rendant toute chute impossible ? La FFMC comptera-t-elle 50.000, 500.000 adhérents, dans un monde de respect et de partage de la route, avec des conducteurs responsabilisés et des infrastructures adaptées ? Ou bien toute forme de deux-roues sera-t-elle bannie à l’instar de l’alcool, du tabac, des drogues, du sel et de la musique trop forte comme un symbole d’une époque révolue où l’on avait encore le droit de prendre des risques pour son plaisir ? C’est aux motards d’aujourd’hui d’en décider.

Kim Moto Selle

Kim Moto TopCase

vendredi 19 décembre 2008

Voleurs et escrocs : UGC comme les autres…

Pour une fois, je ne vais pas parler de moto dans ce blog, mais mon énervement a besoin de s’exprimer… Vous connaissez le principe des cartes d’abonnement illimité au cinéma ? Pour un forfait mensuel (19,80 euros maintenant) on va autant de fois qu’on veut au ciné. Pour des cinéphiles comme nous c’était idéal, surtout qu’on n’a plus de télé depuis des années, et qu’on était à 5 minutes de l’UGC Bercy, proposant les films en VO et relativement variés. On commençait à se lasser un peu cependant, les pubs se faisant toujours plus envahissantes, la programmation cédant à la facilité (les blockbusters débiles restent des mois durant à l’affiche, les autres une semaine au plus), sans parler des flics verbalisant pendant les séances les deux-roues débordant du parc saturé.

Et puis, nous avons déménagé dans une région où le plus proche UGC ou ciné compatible avec la carte est à des centaines de kilomètres. En toute logique, nous avons donc voulu résilier notre abonnement… Quelle galère ! Quand on pense qu’on peut couper un abonnement à Internet ou un fournisseur d’énergie d’un mois sur l’autre, alors qu’eux ont des frais techniques réels, du matériel en jeu etc., c’est tout de même hallucinant qu’un simple abonnement de loisir demande rien moins qu’un courrier recommandé, deux mois de préavis, et une mise en contentieux immédiate en cas de manquement mineur (notre erreur ayant simplement été une résiliation par courrier simple au lieu de recommandé). Il n’y a absolument AUCUNE raison qui justifie une procédure aussi lourde, coûteuse et contraignante, surtout qu’on paie déjà des « frais de dossier » à l’inscription.

Presque dix ans de clientèle fidèle, sans jamais le moindre problème. Et quand on veut simplement y mettre fin, surtout pour une raison de force majeure, on se fait ponctionner de plus de 50 Euros. Ca fait plaisir, y’a pas à dire. Les gars d’UGC n’ont plus qu’à se mettre un képi et aller sur le bord des routes, ils ont bien compris le principe du racket injustifié, eux aussi.

A côté de ça, on a trouvé ici un ciné Utopia super sympa, engagé (social, droits de l’homme…), programmation intéressante, pas cher… si en plus il avait des sièges où je puisse caser mes jambes, ce serait parfait ;-) En tous cas, je ne suis pas près de remettre les pieds dans une salle UGC. Marre de se faire escroquer en permanence, à tous niveaux.

jeudi 13 novembre 2008

Les zonards de Vinci

Après avoir cherché en vain à partager un box ou en louer un dans un parking privé des alentours, je me suis résolu à prendre un abonnement moto dans un parc. A part Vinci, aucun n’avait de place moto ou alors elles étaient toutes réservées, du coup c’est finalement chez eux je vais me garer. Franchement c’est à contrecœur, Vinci donnant vraiment l’impression d’une société ouvertement motophobe, il n’y a qu’à voir leur comportement aux parcs de la Défense, où ils ont usé et abusé de la verbalisation en surface pour faire raquer au maximum les deux-roues devenus des clients contraints et captifs. Ailleurs dans Paris, on a vu des motards payer chez eux plus de 100 Euros pour trois jours de stationnement près d’une gare ! Exorbitant, mais si l’alternative est de retrouver sa bécane à la fourrière, on comprend que ceux qui ont les moyens cèdent à ce chantage.

Prendre un abonnement chez Vinci était donc un dernier recours, mais j’ai eu la bonne surprise de tomber sur du personnel charmant, motard, compréhensif et arrangeant. Le stationnement proposé, bien qu’encore un poil cher à mon goût, est bien adapté à mon usage et suffisamment souple. En plus, ils prêtent des vélos au besoin, laissent les motards utiliser eux-mêmes ponctuellement leur station de lavage... Bref, sans pour autant faire de la pub pour eux, c’est une preuve de plus qu’un groupe peut avoir des orientations abusives, mais que ses filiales peuvent rester décentes… A moins que là encore, ce soit une histoire de région ? Par ici, il n’y a à ma connaissance pas de verbalisation abusive des 2-roues en surface, les parcs souterrains doivent donc proposer une offre cohérente et attractive.

Pendant que j’y suis, une petite réaction à cet article :

http://news.caradisiac.com/100-000-permis-retires-en-2008-record-battu-941

Il me semble que la loi a changé assez récemment (dites-moi si je me trompe) pour qu'on ne perde plus de point pour les petits excès de vitesse, qui constituent le plus gros des flashs. C'est une question de rentabilité, si plus personne ne roule, plus de PV ! Donc on laisse les points et on continue le racket. On pourrait aussi rappeler qu'avec le prix du pétrole, les gens on assez nettement moins roulé cette année. La baisse est proportionnelle dans les accidents et les infractions, c'est on ne peut plus normal. Ce qui l'est moins, c'est de continuer d'imposer des quotas aux flics, qui se rabattent pour les atteindre sur des choses absolument insignifiantes.