Faisant feu de tout bois, la candidate du Front National récupère à son compte l’exaspération des usagers de la route… Nous saisissons donc l’opportunité de son intervention médiatique autour du premier radar installé sur nos routes pour faire le point sur le programme de madame Le Pen.

Parmi les programmes des candidats que nous avons pu consulter courant février (1), seul le programme du Front National consacre quelques lignes au permis à points (en proposant de l’abroger) : « Le permis de conduire à points sera supprimé et les contraventions et délits seront sanctionnés par les peines qui seront intégrées au code pénal. L’annulation ou la suspension du permis de conduire devra être prononcée par le tribunal compétent »… Marine Le Pen veut aussi revoir le traitement des infractions routières : dans son programme, il est question de laisser les juges de décider des retraits de permis et des confiscations des véhicules… on est vraiment tout près de ce qui ce fait déjà actuellement.

A la FFMC, nous ne sommes pas d’accord avec le système du permis à point tel qu’il est exploité actuellement, mais ça ne veut pas dire que nous sommes d’accord avec madame Le Pen. Ce n’est pas le principe du permis à point qui est en cause, c’est l’application qui en est faite qui consiste à punir toute la classe pour des infractions mineures alors qu’il s’agissait au départ de sanctionner les mises en danger avérées de la vie d’autrui. Le 28 février, la candidate du FN vient de déclarer qu’il faudrait rétablir l’éclairage supprimé sur les voies rapides d’Île-de-France et que les assureurs devraient mieux prendre en compte les efforts que font les motards pour porter des équipements de protection… Elle n’a pas trouvée ça toute seule, c’est précisément ce que la FFMC vient de redire dans son Manifeste pour la Sécurité routière publié depuis le 27 février.

Au chapitre sécurité, le FN s’engage à renforcer les pouvoirs des forces de police et vise à criminaliser davantage l’opposition aux forces de l’ordre (renforcement du délit d’outrage) : c’est la porte ouverte à des dérives et bavures policières à partir d’une simple contrôle routier... et les politiques répressives allant toujours en s’amplifiant, qu’en serait-il du droit à manifester ?

Rien ne permet de dire pour l’instant que les responsables du FN s’attaqueront directement aux usagers 2RM, mais leur politique anti-solidarité représente une menace plus grande pour tous. Disons-le clairement : même si l’extrême droite conduite aujourd’hui par madame Le Pen récupère nos revendications d’usagers de la route, le Mouvement FFMC tout entier se situe à l’opposé des thèses du Front National. Voilà, c’est dit !

Par ses positions sur les questions sociétales de manière générale, le programme du FN est totalement incompatible avec les statuts de la FFMC (2).

(1) A la date du 29 février, le programme de Marine Le Pen n’est toujours pas mis en ligne en téléchargement sur son site de campagne. Nous avons donc effectué notre analyse à partir du site Internet http://www.marinelepen2012.fr/le-projet/ et des autres ressources disponibles sur la Toile.

(2) Extrait des statuts de la FFMC, art. 2 : La FFMC rassemble les motards sans discrimination. Elle se prononce contre le racisme et tout ce qui tendrait à instaurer des discriminations, que ce soit l’origine ethnique, le niveau social, les choix politiques ou religieux, l’âge, le sexe ou les préférences sexuelles. http://www.ffmc.asso.fr/IMG/pdf/Statuts2011-2.pdf