Motomag.com

Les blogs de Moto magazine

Présidentielles 2012 : le blog de la FFMC

Ce blog vise à informer les motards de l'analyse par la FFMC, des programmes politiques des principaux candidats à l'élection présidentielle ainsi que des réponses qu'ils apporteront à une série de questions sur la moto élaborées en partenariat avec la FFM et le Codever Par ffmc2012

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

François Hollande

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 5 avril 2012

Les réponses de François Hollande

__L’avis de la FFMC sur les réponses de Monsieur François Hollande, candidat du Parti Socialiste, au questionnaire commun FFMC-FFM-Codever envoyé le 22 février. __

Monsieur Hollande a répondu à notre questionnaire par un courrier d’une page et demi daté 23 mars, sans se plier à la forme « question-réponses, oui/non ».

Mobilité individuelle et sécurité routière Monsieur Hollande rappelle en préambule qu’il est lui-même « (ancien) conducteur de 2RM » et qu’il est à ce titre « particulièrement sensible » à nos questions. Il annonce tout de go que « la Sécurité routière ne doit pas se résumer à de la répression ». Il se déclare très favorable à nos propositions sur la formation et l’éducation routière et à l’ensemble de nos revendications. François Hollande s’appuie sur le Manifeste de la FFMC pour la Sécurité routière des 2RM. Sur la question des obligations d’équipements (le brassard !), il ne s’engage pas clairement à le supprimer, il prône « l’incitation » pour les usagers à s’équiper pour se protéger. De même qu’il ne valide pas l’obligation d’un contrôle technique des cyclomoteurs, préférant un « suivi d’entretien et de conformité » via le réseau des concessionnaires.

Sport moto Monsieur Hollande ne se déclare « pas défavorable à la création de sites dédiés aux sports mécaniques », mais il privilégie l’optimisation des sites existants tant pour la pratique que pour la formation à ces pratiques.

Loisirs verts (accès aux chemins ouverts à la circulation) Sur ce point, le député de la Corrèze souhaite s’engager dans la concertation avec les intéressés, avec le souci de « préserver l’environnement et dans le respect des contraintes sonores ». Il se défend de toute attitude « excessivement rigide qui exclue sans aucune réserve l’activité humaine ».

L’avis de la FFMC Sans surprise, l’approche de Monsieur Hollande est souple, plastique, très orientée sur la discussion. Il ne ferme aucune porte sans pour autant dire « oui » à tout. Il fait clairement référence au Manifeste de la FFMC pour souligner qu’il adhère à nos propositions. A ce stade des promesses électorales, il est le candidat interrogé qui peut apparaître comme le moins angoissant pour les usagers en 2RM, quelles que soient leurs pratiques. Mais nous savons aussi, non seulement à la lecture de son projet présidentiel que par l’action menée par les socialistes là où ils ont des responsabilités, que le 2RM n’est pas pour eux un mode de transport à développer, l’accent étant mis essentiellement sur les transports en commun et une réduction de l’usage des véhicules motorisés individuels. Toutefois, par expérience, nous pensons qu’en cas de difficultés, la discussion reste possible avec la famille politique de Monsieur Hollande.

Les réponses de François Hollande

mardi 13 mars 2012

Le programme de François Hollande, candidat du Parti Socialiste

Vu qu’il est un utilisateur régulier de scooter, nous pourrions penser que François Hollande est concerné par la mobilité urbaine et les questions de sécurité routière, particulièrement du point de vue des deux-roues motorisés… Hélas, cette question semble ignorée par le candidat à la présidence de la République.

Dans le programme du PS, il n’y a rien de précis sur la sécurité routière ni sur les déplacements en 2RM… c’est d’autant plus dommage que François Hollande roule en scooter régulièrement pour ses déplacements (du moins jusqu’à son entrée en « campagne »), tout comme ses principaux lieutenants… De nombreux élus et responsables socialistes ont aussi recours aux motos-taxis entre les aéroports parisiens et leurs lieux d’activités, mais ça s’arrête là.
Le programme de François Hollande note toutefois que « la mobilité est donc un droit que les pouvoirs publics doivent promouvoir dans un souci de justice sociale et d’égalité territoriale». Ceci dit, sa vision (politique) des transports, c’est surtout celle des transports publics. Quant aux transports motorisés individuels, il s’agit de les limiter au maximum en privilégiant la « mobilité durable »… ça veut dire quoi ? Ça veut dire « modes de transports doux » et « véhicules vertueux » (hybrides et électriques), « co-voiturage » et « diminution de 30% de la consommation du parc des véhicules grand public ». Il est question d’une « tarification multimodale intégrant l’ensemble des modes doux et suffisamment intéressante pour décourager l’usage de véhicules polluants. Un « pass mobilité intermodal », répondant aux usages essentiels que sont trajets domicile-travail, accès aux services publics, départs en vacances et vie familiale, permettra l’accès aux transports en commun à un tarif extrêmement faible et créditera chacun de ses utilisateurs d’un forfait kilométrique correspondant aux besoins identifiés comme vitaux, ainsi que l’achat de carburant à moindre coût lorsqu’il n’existe pas d’alternative à la voiture ». Dans son programme, le PS évoque « la hausse du prix des carburants et le sous-investissement de l’État dans les transports collectifs (qui) limitent ce droit à la mobilité. »
Et les deux-roues motorisés ? Rien, comme dans les programmes des autres candidats.

Reste à savoir si selon les socialistes, les 2RM sont considérés comme des alternatives crédibles à la voiture, mais comme ça n’est pas précisé dans le projet socialiste baptisé « le changement », on ne sait pas.

Plus généralement, on a pu mesurer le conformisme de leurs réflexions sur la question de la sécurité routière à l’occasion de leur communiqué de presse paru après le CISR du 11 mai 2011 rédigé en langue de bois éco-certifié et aussi avec les préjugés sur la moto d’Armand Jung (député PS du bas-Rhin) qui fut président de la mission d’information parlementaire sur la SR qui s’est réunie de juin à octobre 2011. Que dire du député PS Christophe Caresche, président du groupe « Deux-roues » à l’Assemblée nationale qui n’a même jamais répondu à nos sollicitations ?

Bertrand Delanoé, maire PS de Paris mène quant à lui une politique visant à repousser les déplacements motorisés individuels de l’autre coté du périph’. Dans son compte-rendu de mandat rendu public en janvier, sur 58 pages, la question des 2RM n’est pas une seule fois évoquée alors qu’ils représentent 17% des déplacements dans la capitale. Dommage... C'est pourtant à Paris qu'a été signée avec la FFMC une charte du deux roues motorisé reconnaissant, sous conditions, le stationnement sur les trottoirs et la circulation entre les files. Mais pour sa part, Daniel Vaillant, maire PS du 18è arrondissement, ancien ministre de l’Intérieur et mandataire de la campagne de François Hollande a déclaré le 5 décembre 2011 vouloir accentuer la répression à l'encontre des usagers du deux-roues motorisé.

Reste à décrypter les réponses que le Parti Socialiste voudra bien apporter au questionnaire commun (FFMC, FFM, Codever) que nous avons envoyé aux candidats.

Sur les questions de société, lutte contre le racisme, laïcité, Droits de l’Homme, le projet du PS est compatible avec les statuts de la FFMC.

http://www.parti-socialiste.fr/static/projet2012_integrale.pdf