Je ne suis pas super écolo, et je dois reconnaître que j'ai du mal à faire des efforts et à modifier mon comportement, en particulier sur tout ce qui touche à mon confort de vie. Par exemple, j'ai du mal à remplacer l'avion par le train. Mea culpa. En revanche, je pense de plus en plus à éventuellement compenser certaines de mes émissions de CO2 et, à avoir un comportement le plus écolo possible sur tous les efforts minuscules et faciles de tout les jours (ne pas laisser les appareils en veille - à part mon ordi -, toujours couper le contact des véhicules, prendre l'eau du robinet, ...).

La Mairie de Paris proposant une prime de 400 euros pour l'achat d'un scooter électrique (cela faisait partie des promesses électorales), je me suis posé la question d'un tel achat pour mes déplacements intra-muros. Après réflexion, il est certain que je ne le ferai pas, du moins pas dans ce cadre subventionné. En effet, les véhicules sont limités à 4kW et 45 km/h, soit l'équivalent d'un 125cc 50cc. Ainsi, le véhicule ne permettrait pas une circulation confortable et en toute sécurité dans Paris, et notamment sur les voies les plus rapides ou le périphérique, éventuellement avec un passager et des bagages.

En faisant mes recherches, je suis passé sur le site de l'Espace Mobilité Electrique (EME). C'est une association loi 1901 créée par la Mairie de Paris et EDF. Son objectif est de convaincre les parisiens de passer à des déplacements électriques. Pourquoi pas.

Sur une des premières pages de leur site il est indiqué qu'un scooter 125 cc3 à moteur thermique peut polluer jusqu'à 144 fois plus qu'une automobile.

Si le but de l'EME, est louable, bien qu'intéressé, est-ce que cela lui donne le droit d'écrire n'importe quoi ? En effet, il faut rappeler que, selon l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie), les scooters 125cc à moteur thermique émettent aujourd'hui en moyenne 87 g/CO2/km alors que les dernières citadines Euro4 en émettent plus de 130, et que les résultats, bien que trop médiocres sur d'autres polluants n'ayant pas d'effet de serre, sont très loin du rapport de 144 présenté par l'EME.

Bien sûr, rouler en véhicules électrique émet encore moins de CO2, bien sûr il reste encore énormément d'efforts à faire pour que nos moteurs thermiques émettent moins de CO2 et surtout moins d'autres polluants. Mais ça m'énerve prodigieusement de voir des institutionnels écrire de tels mensonges en toute impunité.