Chantal Perrichon s'épanche depuis hier soir dans les médias à propos de l'avion AirEuropa sorti de piste à Roissy, dans lequel visiblement elle se trouvait.

Je la vois déjà troquer son poste de présidente de la Ligue Contre la Violence Routière pour celui de la Ligue Contre la Violence Aérienne. Je ne suis vraiment pas sûr qu'elle s'y connaisse en beaucoup en industrie aérienne. Néanmoins, ne rien connaître sur les deux-roues motorisés ne l'empêche pas de faire des propositions, généralement à côté de la plaque, les concernant.

Nous savons également tous que le transport aérien est extrêmement sûr. Néanmoins, les quelques accidents conduisent systématiquement à des drames familiaux dramatiques. Elle pourrait donc trouver un nouveau vivier de personne pour la suivre et défendre des propositions dont ils ne verraient pas la stupidité, trop aveuglés par leur douleur bien compréhensible.

Certes, l'industrie aérienne n'a vraiment pas besoin d'hériter d'un tel handicap complémentaire. Mais sous serions tellement heureux d'en être débarrassé à la sécurité routière.