8h50 - Le réveil de Ydikoi n'a pas sonné. Nous n'avons donc pas suffisamment de temps pour se préparer et surtout émerger décemment. Après deux cafés, un Nurofen, la préparation de mes affaires en catastrophe, j'arrive à 9h45 en catastrophe et avec 15 lminutes de ratrd à l'assemblée de clôture.

Nous décidons à l'unanimité de participer aux Etats Généraux du deux-roues motorisé organisés par la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière (DSCR). Mais la FFMC ne participera pas à une mascarade non plus, entre autres parce que la FFMC est LA référénce concernant la pratique non sportive de la moto en France. S'il le faut, la FFMC fera descendre les motards dans la rue.

11h30 - C'est le temps de l'élection du bureau national. Il y a deux candidats (dont un renouvellement pour 4 postes. La candidate au renouvellement a pris le temps d'écrire une lettre de 4 pages. L'autre candidat s'est présenté très brièvement pour indiquer qu'il avait du temps libre et qu'il était plein de bonne volonté. A croire qu'être de bonne volonté est suffisant pour devenir dirigeant d'une fédération nationale, ayant la responsabilité de salariés et de la représentation nationale des deux-roues motorisés en France. Ce candidat sans profession de foi est pourtant élu à une grande majorité. Son discours post-élection se résume à "C'est sympa". C'est affligeant.

12h00 - Nous allons chercher nos paniers repas. Avec la fatigue, les 871 kms s'annoncent très long. Le départ ne fera finalement que vers 14h30. Peut-être juste pas trop envie de quitter les amis :)

Assez pénible la côte avec des péages tous les 3 kms. J'en veux d'ailleurs un peu à Escota qui nous oblige désormais à passer dans des caisses automatiques en deux roues. Le système est censé détecter de quel véhicule il s'agit et donc d'attribuer les 40% de réductions prévus aux 2RM. Ce n'est visiblement pas au point et j'ai dû à une barrière de péage payer plein pot. Je ne sais pas si c'est parce que la camionnette devant a mis trop longtemps à partir ou parce que la voiture derrière me collait trop. Je regrette de ne pas avoir pris le ticket pour demander le remboursement, par principe, histoire de les faire chier un peu et de voir ce qu'ils peuvent répondre.

22h48 - Arrivé à bon port. Ce fût long, mais moins dur que ce à quoi je m'attendais.