Fab'blog

Motomag.com

Moto, politique, sécurité routière, médias et plein d''autres choses encore...

mardi 20 mars 2012

Il y a 5 ans

Elections

Il y a maintenant quasiment 5 ans, j'avais la chance de prendre la parole lors de la manifestation FFMC à Paris qui avait lieu entre les deux tours.

Je me souviens parfaitement du discours que j'avais écris et prononcé. Il n'était alors pas question de donner une consigne de vote. Néanmoins, j'avais indiqué dans une partie un peu plus personnelle du discours pour qui je ne voterai pas, sans citer Nicolas Sarkozy. Et, un peu hypocritement je dois l'avouer, j'avais décris le palmarès de Nicolas Sarkozy, principalement en tant que Ministre de L'Intérieur, contre les libertés, contre les motards, et contre, in fine, l'amélioration de la sécurité de tous sur la route.

Ce n'était pas un discours politique militant, loin de là. Trop respectueux des règles et valeurs de la FFMC, je ne me le serai jamais permis. J'avais des griefs précis et nombreux dont voici un bref aperçu :

  • le Contrôle Sanction Automatisé, qui coûte énormément d'argent, s'était déjà montré inefficace à l'étranger, qui est anti-constitutionnel et surtout qui est injuste car il épargne les nantis et peut frapper les plus faibles, fussent-ils innocents ;
  • l'augmentation systématique des sanctions comme seule et unique politique de sécurité routière ;
  • la vente en solde de nos autoroutes, qui sont pourtant les voies de circulations les moins accidentogènes et dont les tarifs ont depuis flambé ;
  • la loi sur la Sécurité Intérieure votée en 2003, permettant notamment le fichage ADN de militants associatifs, même jamais condamnés à la moindre peine ;
  • la tentative d'allumage des feux de jours, proposée par son gouvernement et défendu par Sarkozy et Robien - mesure à laquelle nous avons échappé grâce à une mobilisation des motards sans précédent.

5 ans plus tard, le bilan est là :

  • la Sécurité Routière a été transférée au Ministère de l'Intérieur pour définitivement ancrer la politique de sécurité routière dans le tout répressif ;
  • la procédure VE (véhicule endommagé) qui aurait permis de retirer un véhicule de la circulation sur la base de simples soupçons et à laquelle nous avons également échappé grâce à notre mobilisation ;
  • l'inutile contrôle technique pour les deux-roues motorisés qui nous pend toujours au nez ;
  • l'ouverture du tunnel de l'A86 interdit à toute une catégorie d'usager, sans qu'aucune raison technique un minimum sérieuse ne puisse nous être donnée ;
  • les panneaux annonçant les radars ont été supprimés, contrairement aux engagements pris par Sarkozy durant la campagne présidentielle ;
  • une politique spectacle aussi chère que désastreuse avec des mesures spectacles : grandes plaques, gilet jaune obligatoire puis brassard fluo obligatoire, éthylotest à avoir sur soi, retrait des panneaux de signalement des radars puis non-retrait puis mise en place de "radars pédagogiques" hors de prix… ;
  • la politique du chiffre conduisant à une répression aveugle et inadaptée ;
  • le fichage généralisé des gens honnêtes ;
  • un bilan chiffré très mitigé car la baisse enregistrée du nombre de morts suit la baisse régulière constatée au cours des 30 dernières années. Nous sommes donc loin des 3.000 morts par an annoncés en 2007 malgré la bidouille désormais quasi-systématique des chiffres ;

Mais le bilan de ce qu'il a fait de mal ou de dangereux pour nos libertés n'est pas le pire. Le pire est ce qu'il n'a pas fait et qu'il aurait pu faire. Alors que la FFMC a fait des propositions clés en mains, issues de 30 ans de travail, notamment de l'Association pour la Formation des Motards, de la FFMC Loisirs tournée vers les plus jeunes, de la Mutuelle des Motards grâce à connaissance de l'accidentalité des deux-roues, absolument rien de positif n'a été fait en 5 ans.

5 ans après, je pourrai tenir exactement le même discours. 5 ans après j'irai plus que jamais manifester. A Paris, ce sera ce dimanche 25 mars à 14h00 sur l'esplanade du château de Vincennes

5 ans après, j'assumerai le même vote. Je sais pour qui je ne voterai pas.

Vote

samedi 31 décembre 2011

Chantal Perrichon et la sécurité aérienne

Chantal Perrichon s'épanche depuis hier soir dans les médias à propos de l'avion AirEuropa sorti de piste à Roissy, dans lequel visiblement elle se trouvait.

Je la vois déjà troquer son poste de présidente de la Ligue Contre la Violence Routière pour celui de la Ligue Contre la Violence Aérienne. Je ne suis vraiment pas sûr qu'elle s'y connaisse en beaucoup en industrie aérienne. Néanmoins, ne rien connaître sur les deux-roues motorisés ne l'empêche pas de faire des propositions, généralement à côté de la plaque, les concernant.

Nous savons également tous que le transport aérien est extrêmement sûr. Néanmoins, les quelques accidents conduisent systématiquement à des drames familiaux dramatiques. Elle pourrait donc trouver un nouveau vivier de personne pour la suivre et défendre des propositions dont ils ne verraient pas la stupidité, trop aveuglés par leur douleur bien compréhensible.

Certes, l'industrie aérienne n'a vraiment pas besoin d'hériter d'un tel handicap complémentaire. Mais sous serions tellement heureux d'en être débarrassé à la sécurité routière.

mercredi 7 septembre 2011

Lettre ouverte à Fabien Gaco, Président de Coyote System

Après avoir appelé vos clients à vous soutenir face à la menace d'interdiction de vos produits, recommandée par le CISR du 11 mai 2011, vous avez signé, via l'Afftac (Association Française des Fournisseurs et utilisateurs de Technologies d'Aide à la Conduite) un protocole d'accord avec le ministère de l'Intérieur, le 29 juillet.

Selon votre communiqué de presse, vous vous êtes engagés à ne plus indiquer la localisation des radars fixes et mobiles. Après avoir profité de l'aide de millions d'usagers de votre système et de l'impact des manifestations de l'Union des Usagers de la Route organisées le 18 juin dernier, vous avez donc trahi tous ceux qui vous ont soutenus, ce qui est moralement détestable.

D'un point de vue légal, il apparaît que vous avez vendu à vos clients un prestation précise (le signalement des radars fixes et mobiles) qui ne sera plus fournie, sans que la non fourniture de ce service ne provienne d'un quelconque règlement ou loi (le protocole que vous avez signé n'ayant aucune valeur juridique). Je me laisse donc la possibilité de donner une suite judiciaire à mon mécontentement dès lors que le service vendu ne sera plus fourni. Par ailleurs, j'ai noté que sur votre site Internet, vous communiquez encore sur la signalisation des radars automatiques et mobiles pour essayer de vendre vos appareils à des consommateurs crédules, ce qui démontre une certaine malhonnêteté.

Au cours et postérieurement aux discussions que vous avez eu avec le Ministère de l'Intérieur, vous n'avez que peu communiqué avec vos clients, auxquels vous faisiez pourtant appel lorsque vous en aviez besoin. En revanche, la seule communication (sur le site www.nouveaucoyote.fr) que vous avez faite reprend les arguments du gouvernements. Ainsi, vous arguez que la signature du protocole est liée à l'augmentation de l'accidentalité routière, alors même que vous défendiez il y a peu que vos produits permettaient une amélioration de la sécurité routière. Vous oubliez en reprenant ces mauvais arguments que la sinistralité sur les routes françaises ne cesse de diminuer régulièrement depuis 20 ans. Par ailleurs, l'accidentalité a diminué ces derniers mois a baissée alors même qu'aucune mesure proposée par le CISR n'a été mise en oeuvre.

Pire, la modification des services annoncée par Coyote pourrait nuire à la sécurité de ses clients. En effet, en mélangeant le signalement des zones réellement dangereuses et des de zone signalées par vos clients comme dangereuses (parce qu'il y a un radar), vous allez créer une confusion et les automobilistes ou motards risquent de concentrer leur attention sur les radars dans une zone réellement dangereuse donc nécessitant toute leur attention.

Le second argument défendant la signature de ce protocole est la défense de l'emploi. Vous auriez sauvé la légalité de vos produits et la pérennité de votre entreprise. Je crois que tel que Don Quichotte qui avait peur des moulins à vents, vous avez eu peur d'une menace illusoire. En effet, il me semble qu'une loi interdisant les avertisseurs étaient impossible à rédiger, à moins d'interdire tous les GPS et smartphones en France. De plus, en privant vos produits de la seule fonction qui les rendait attrayant, vous condamnez à moyen terme votre entreprise et ses emplois. Pour ma part, je m'apprêtais à remplacer mon Coyote Rider par le Coyote Rider v2 et j'ai bien évidemment décidé de renoncer à cet achat. Bien entendu, je ne renouvellerai pas mon abonnement et j'incite tous vos clients à faire de même.

Pour paraphraser Benjamin Franklin, une société prête à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux.

Dans l'attente de lire les explications que vous devez à vos clients,

Sincères salutations,

Fab

jeudi 12 mai 2011

L'effet d'annonce

Le gouvernement continue sa politique motophobe, débutée dès 2007.

Alors que la FFMC a passé deux ans à travailler en présentant de manière pédagogique aux pouvoirs publics les mesures qui pouvaient améliorer la sécurité des motards, le Ministre le l'Intérieur vient de présenter les mesures annoncées unilatéralement, non pas pour améliorer la sécurité des 2 RM, mais uniquement pour montrer que l'on s'agite.

L'agrandissement des plaques d'immatriculation

Il semblerait (info Motomag) que Guéant voudrait mettre en place des plaques de 275 * 200 mm. Est-ce parce que les gens de l'Intérieur ne savent pas lire ? Il leur faut des grands caractères ? Peut-être des images ? Quoi qu'il en soit, regarder les motos autour de moi ce matin m'a permis de me rendre compte que les plaques sont déjà d'une part visible et d'autre part plus larges que les motos. Changer toutes les plaques, outre le coût pour les motards va-t-il permettre d'éviter un seul accident ? Je n'ai pour ma part jamais entendu parler d'une plaque d'immatriculation responsable d'un accident, même juste matériel.

Noël toute l'année

Il a été aussi annoncé à l'issu du CISR qui s'est tenu le 10 mai 2011 que les conducteurs de deux-roues motorisés devront porter un gilet jaune ou des bandes réfléchissantes au moins aussi grande que le gilet. Pourquoi pas des guirlandes clignotantes pour tous, où un gyrophare et une sirène ? Si la question de la visibilité est importante (dans bon nombre d'accidents, les automobilistes qui ont coupé la route à un motard disent qu'ils ne l'ont pas vus), la réponse "sapin de Noël" est à côté de la plaque. En effet, les automobilistes ne voient pas les motards parce qu'ils n'ont pas été formés pour apprendre à les détecter. La surenchère à l'exposition colorée ne pourra que galvauder le port du gilet et réduira l'attention portée aux cyclistes hors agglomération, à ceux qui travaillent sur la route ou qui ont eu un accident.

De plus, il est affligeant de voir qu'il serait obligatoire de porter un gilet jaune, plus qu'un blouson protecteur. Si quelqu'un a vu un motard dont les blessures ont été réduites par le port d'un gilet jaune, qu'il me fasse signe.

Pour ma part, je vais continuer a porter mon blouson sobre, avec lequel je peux aller en rendez-vous toute l'année, je pense qu'il me sera plus utile le jour où je vais tomber. Pour ce qui est de réfléchir, j'ai déjà tout ce qu'il faut sur mon casque, et sur la veste de pluie que je porte lorsque la visibilité le nécessite.

La suppression des panneaux de signalisation du contrôle sanction automatisé

Cette suppression nous permet juste de constater que les promesses qui avaient été faites par Sarkozy alors Ministre de l'Intérieur ne sont une fois de plus pas tenues. Mais cela ne m'étonne pas beaucoup. Il s'agissait alors juste de rendre acceptable le contrôle généralisé des citoyens, contraire à notre Constitution à plusieurs titres, acceptable par la population.

On nous avait alors expliqué qu'il s'agissait de signaler les radars placés sur les zones accidentogènes pour faire ralentir. L'objectif a aujourd'hui changé. Dont acte.

Néanmoins, si nous voulons améliorer le rendement de ces machines à nous surveiller, je propose que nous enlevions aussi les panneaux de limitation de vitesse qui faisaient aussi ralentir les automobilistes.

L'interdiction des avertisseurs de radars

Je me demande bien comment cette mesure est transposable dans notre droit. S'agit-il d'interdire le couplage d'un GSM avec d'un GPS ? Si c'est le cas, il va falloir interdire tous les smartphones en France. S'il s'agit d'interdire la signalisation des radars, il suffit que Coyote ne signale plus les radars mais les points que les usagers de la route ont jugé digne d'intérêt.

Quel dommage également d'essayer de mettre à mort des jeunes sociétés innovantes françaises comme Coyote dont les technologies sont intéressantes et pourraient avoir à terme d'autres usages intéressants.

Nous allons attendre, mais je suis prêt à parier que cette mesure est tout à fait inapplicable dans un pays civilisé.

Les mesures plus censées

Non, il ne faut pas rêver, aucune mesure un tant soit peu censée ou ayant potentiellement de l'efficacité n'a été proposée. Notre gouvernement va laisser les jeunes se tuer en voiture le samedi soir alors qu'ils avaient trop bu et qu'ils n'avaient que la voiture pour rentrer chez eux. Il va laisser les jeunes 14-25 se tuer en deux-roues parce qu'ils ont été mal formés et mal accompagnés. Il va laisser les jeunes motards ayant moins d'un an d'expérience être tués parce que mal formés. Il va laisser les motards plus expérimentés être tués par des infrastructures totalement inadaptées aux deux-roues.

jeudi 28 avril 2011

Responsable

C'est un accident, pas forcément banal.

Un Piaggo rouge est encastré entre deux voitures. La roue avant est engloutie sous le pare-choc de la voiture de devant. L'arrière du scooter a disparu dans l'avant de la voiture de derrière qui n'a visiblement  pas réussi à s'arrêter. 

Le scootard n'est pas visible. Il y a en revanche une voiture de pompiers et pas mal de policiers. 

Nous sommes sur les voies sur berge à Paris, où les 2RM circulent habituellement entre les files de voitures, un mercredi soir classique aux heures de pointe. 

Je ne sais pas si le scootard était expérimenté ou pas. Je ne sais pas s'il n'avait pas appris à circuler entres les files de voitures (cette technique n'étant que très peu apprise dans les moto-écoles car encore pas vraiment reconnue officiellement) ou s'il a eu peur de rouler entre les files de voitures en raison de la campagne répressive illégale et dégueulasse menée actuellement par la Préfecture de Police de Paris et ayant donné lieu à des actions de la FFMC et de ses avocats. 

Quoi qu'il en soit, Monsieur le Préfet de Police, je vous considère comme responsable personnellement de cet accident. Le jour où un motard ou un scootard mourra dans de telles conditions, vous serez un assassin, Monsieur Gaudin.  

Contrairement à ce que vous essayer de faire croire dans la presse, Monsieur le Préfet, les motards et scootards ne sont pas victimes de leur comportement mais de votre politique illégale et dangereuse. 

En effet, seule la circulation entre les files de voitures, pratiquée avec un différentiel de vitesse de 20 km/h et après un apprentissage en moto-école, permet aux 2RM d'avoir une bonne visibilité, d'anticiper ce qui se passe devant, et évite d'être pris en sandwich entre deux voitures ou pire deux camions. 

Il est vrai que c'est la première fois que je vois ce type d'accidents alors que nous avions souvent prédit dans le passé les risques qu'encourraient les 2RM ne circulant pas entre les files. Ces accidents ne pourront que se reproduire si la préfecture continue à faire du zèle en essayant de faire appliquer une interdiction qui n'existe pas légalement. 

Motards, scootards, résistez, continuez à rouler entre le files de voitures pour votre sécurité. En cas de verbalisation, contestez, ne signez surtout pas le PV. En effet, la circulation entre les files de voitures apporte sécurité n'a jamais été interdite dans le Code de la Route. 

vendredi 26 novembre 2010

Ministère de l'Intérieur et de la Répression Routière

Je dénonçais sur ce blog ce projet il y a plus d'un an.

Cette année de délai aurai pu être mise à profit pour organiser une concertation et se rendre compte de l'absurdité et de l'inefficacité tellement prévisible d'une telle organisation.

Que nenni, c'est maintenant officiellement annoncé.

Encore un triste retour en arrière.

samedi 20 novembre 2010

Rouler en Smart : la solution ?

Selon une étude publiée récemment, Paris est la ville la plus embouteillée d'Europe, les conducteurs parisiens passant en moyenne 70 heures dans le trafic (contre 52 pour les londoniens).

Denis Baupin a réagi en défendant la politique qu'il a menée à Paris lorsqu'il était adjoint aux Transports. Il explique que les vrais problèmes ne viennent pas des trajets intra-muros mais des trajets banlieue-banlieue. Si ce ne sont pas que les trajets banlieue-banlieue mais aussi les trajets banlieue-Paris qui causent les embouteillages, je le rejoins tout à fait sur le reste de son constat, à savoir le déficit qualitatif et quantitatif de l'offre de transports en commun. Culpabiliser ou entraver ceux qui sont obligés de subir ces heures quotidiennes d'embouteillages ne sert à rien si on ne leur offre pas d'autres alternatives.

Outre l'amélioration des transports en communs en région parisienne qui ont souffert d'un gros déficit d'investissement ces 20 dernières années (nos transports étaient à la pointe il y a 20 ans), des alternatives, pas forcément duplicables à tous existent. Denis Baupin a expliqué que l'un des problèmes était l'encombrement des véhicules et que si tout le monte roulait en Smart, il n'y aurait plus d'embouteillages. Il oublie que côté encombrement, le deux-roues motorisé est tout de même vainqueur par KO, même face à la Smart. A se demander pourquoi il a toujours considéré, lorsqu'il était adjoint aux Transports à Paris, le deux-roues motorisés et son fort développement comme un problème à gérer (quand ce n'est pas à éradiquer) plutôt que comme une solution à encourager.

samedi 6 novembre 2010

Les contrats chinois

Je ne me souviens pas d'un accueil aussi fastueux (ne serait-ce que l'accueil par le Président de la République accompagné de madame sur le tarmac), ni aussi perturbant pour la population (périphériques et stations de métro fermés) d'un dirigeant étranger.

Il s'agit il est vrai avec la visite du Président chinois de faire amende honorable après avoir déplu, notamment en raison de la rencontre du Dalaï Lama et de Carla Bruni.

Je ne suis pas très fier qu'un tel accueil soit réservé au dirigeant d'un pays qui respecte aussi peu les Droits de l'Homme. Ceci dit, le gouvernement français n'est pas un modèle de vertu en la matière : nous sommes montré du doigt par Reporter Sans Frontière, condamnés par la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour notre garde à vue sans avocat (et surtout on refuse de se conformer à la décision immédiatement). Certes, les opposants au gouvernement ne sont pas enfermés, mais on peu néanmoins passer 48 heures en garde à vue pour un mot qui déplait.

Et entre nous, avec la crise économique actuelle, quel pays ne serait pas content d'engranger des milliards de contrats pour aller vendre nos produits technologiques aux chinois ? Mais ce que ne rappelle pas les Rocards, Raffarin et autres politiques aussi prompts à s'asseoir sur les Droits de l'Homme lorsqu'il s'agit d'essayer de vendre une centrale nucléaire, c'est que ces ventes sont illusoires.

En effet, les chinois ne nous achètent pas nos produits et le fruit de notre industrie, mais uniquement du transfert technologique. En acceptant des ventes aux chinois incluant systématiquement un transfert technologique aussi important, on privilégie uniquement un profit immédiat et à court terme, et on sacrifie aussi en même temps l'avenir de notre industrie. Nous allons bientôt trouver sur le marché des avions et des centrales nucléaires chinois à moindre coût, comme l'on trouve déjà des TGV (qui remportent des appels d'offres aux USA).

Toute le monde savait que, avec une telle visite de la Chine, on sacrifiait les Droits de l'Homme pour des profits immédiats, mais on ne dit pas assez que l'on sacrifie aussi notre économie à long terme.

lundi 11 octobre 2010

La chasse aux sorcières est lancée

De retour d'une soirée (un peu arrosée je dois l'avouer, c'est pour cela que je rentrais à pied), pas très loin de République, vers 3:00 du matin, j'ai pu assister au spectacle étonnant des forces de police de la Préfecture parisienne en train de travailler.

Il s'agissait d'un contrôle d'alcoolémie. S'il ne faut jamais compter sur moi pour se féliciter de quelque mesure de répression, je dois néanmoins reconnaître que je préfère voir des contrôle d'alcoolémie les vendredi et samedi soir que des contrôles de vitesse sur des routes peu accidentogènes. Il faut dire que la probabilité d'être contrôlé à l'alcoolémie est beaucoup plus faible que celle de subir un contrôle de vitesse, alors que le risque d'accident n'est pas du tout le même. Un contrôle d'alcoolémie coûtant tout simplement beaucoup plus cher à organiser.

En observant pendant 5 minutes les policiers faire leurs contrôles, je me suis rendu compte que le contrôle était systématique, mais uniquement pour les deux-roues motorisés, scooters et motos. Alors qu'une petite dizaine de scootards et motards étaient contrôlés, pas un seul automobiliste ne l'a été. Pire, un automobiliste (alcoolisé ?) ayant eu un comportement très étrange à l'approche du contrôle et s'étant arrêté bien après le feu rouge n'a pas été contrôlé.

J'ai l'impression en voyant de tels comportements, totalement indignes de nos forces de l'ordre et aussi stigmatisants vis à vis d'une partie de la population qu'une vraie chasse aux sorcières anti-deux roues est en tain de s'organiser en France et en particulier à Paris (et je ne serai pas surpris que l'on nous sorte un de ces jours que xx% des conducteurs contrôlés positifs sont des motards et scootards). Des représailles ?

Alors oui, je suis furieux et je vais aller manifester le samedi 23 octobre à 14:00 au Château de Vincennes. Et j'espère que ce ne sera pas un gentillet petit défilé dans Paris. La coupe est pleine, et j'ai envie d'exprimer, de manière maintenant virulente, ma colère.

dimanche 12 septembre 2010

Deux poids deux mesures

Ca se passe en Iran.

D'un côté, il y a une femme, Sakineh Mohammadi-Ashtian, condamnée à la lapidation, pour adultère (elle était a priori poursuivie aussi pour le meurtre de son mari, mais la condamnation ne porterait que sur l'adultère). Elle a avoué sous la contrainte (la torture ?) alors qu'elle était en prison. Il y a une mobilisation internationale (notamment du Vatican, du chef de l'Etat français et de son épouse, de nombreux "intellectuels" français comme BHL, ...) très importante ayant abouti à la suspension de la décision de justice, même si rien n'est malheureusement encore gagné pour elle.

D'un autre côté, il y a un garçon de 18 ans, Ebrahim Hamidi. Lui a été condamné à la pendaison pour homosexualité. Il n'a lui non plus pas eu droit à un procès équitable (il a été condamnée sans preuve formelle - le magistrat s'en étant remis à son "propre jugement", et sans représentation légale). En outre, son accusateur s'est détracté. La seule différence c'est que pour Ebrahim Hamidi, la mobilisation est beaucoup plus confidentielle (rien à part une tribune dans Le Monde, et des informations dans la presse gay et lesbienne.

samedi 31 juillet 2010

L'honneur de la Police

Brice Hortefeux a indiqué qu'il porterait systématiquement plainte contre les sites Internet qui portent honneur à la Police. Et que fait-il contre les policiers qui le font ?

On dit ici qu'un flic du Raid a eu dans la jumelle de son fusil un voyou perché sur un toit avec un lance-roquettes. Et qu'il n'aurait pas reçu l'ordre de tirer. Si j'avais été à sa place, j'aurais appuyé sur la détente. Et cela ne m'aurait pas empêché d'aller manger une pizza après.

C'est l'interview d'un flic de la BAC. L'interview complet est disponible ici.

mercredi 7 juillet 2010

Test moto : Nolan N103 N-COM

J'ai acheté il y a quelques mois deux casques Nolan N103 N-COM (modulable )avec le système Bluetooth, pas loin de mille euros en tout. Un vrai budget pour deux casques.

L'objectif était de remplacer mon vieux Nolan N101 ainsi que le Tuyaucom.

Mon objectif était de pouvoir vous dire assez rapidement ce que j'en pensais. J'ai repoussé ce billet à plusieurs reprises car je ne voulais pas que les premières expériences négatives, qui pouvaient venir d'une mauvaise utilisation, stigmatisent ce produit.

Le casque en lui-même :

J'ai racheté un Nolan parce que j'avais à l'époque le N101 plutôt confortable. Je n'ai de ce côté là pas été déçu. Il y a en outre quelques améliorations comme la visière pare-soleil à l'intérieur, ce qui évite de l'abîmer trop rapidement et qui permet de l'utiliser en position jet (grand avantage, pour moi qui roule la plupart du temps en position jet dans Paris).

Son poids est un peu élevé, ce qui est normal pour un modulable, mais pas déraisonnable du tout.

Le gros problème de ce casque est le bruit. Je roule en permanence avec une bulle très haute, et je suis donc protégé de tout vent et de toute turbulence. Mais j'ai testé le casque en passager ou en baissant la bulle électrique et le port de ce casque devient juste insupportable, en particulier sur autoroute. On entend en bruit sourd et complètement assourdissant en permanence, qui doit décourager toute personne ne roulant pas sur une routière le protégeant bien de l'acheter.

Le système de communication :

Je ne n'ai pas branché mon téléphone en Bluetooth dessus (la tentation de l'utiliser - et donc fatalement de se mettre au tas- serait trop grande). J'ai en revanche testé le branchement de mon Ipod dessus. Je n'ai pas été du tout conquis. Il ne s'agit pas d'un problème de qualité, mais parce que je me suis rendu compte que la musique dans le casque (surtout ma Poum Poum à fond) était beaucoup plus intrusive que les hauts-parleurs de ma BM et avaient donc tendance à me déconcentrer beaucoup plus. Je ne me suis donc pas senti en sécurité avec.

J'utilise pour tous mes trajets de plus d'une demi-heure le système audio pour brancher dessus le Coyote. Le branchement est rapide et çà fonctionne bien. Je n'ai pas le souvenir d'avoir eu de problème de batterie, même après une journée complète de route.

J'ai donc testé à plusieurs reprises avec mon Sac de Sable le système de communication. Le premier paramétrage est relativement rapide et aisé, à condition de suivre la notice. les premiers essais sur route ont été un fiasco : oubli de rechargement de la batterie d'un casque, autre problème technique non identifié, ... Je n'ai pas encore fait de trajet à deux assez long pour vraiment tester l'autonomie des batteries lors d'une utilisation des com en intercoms.

La qualité du son est assez médiocre.On arrive à s'entendre mais le bruit de fond et les interférences sont importants et donc fatigants, dès les premières minutes de trajet. En outre, le système manque énormément de fiabilité. Sur 200 kms, la connexion a été perdue 4 fois. Il faut à chaque fois éteindre et rallumer un des deux casques pour retrouver une connexion (celle-ci ne revient pas, même après quelques minutes). De quoi regretter la fiabilité du Tuyaucom qui, bien que long à installer à chaque trajet, était d'une fiabilité à presque toute épreuves (sauf les très grosses rafales de vent) et d'un prix imbattable grâce à son côté rudimentaire.

En conclusion, tant le casque que le système intercom Bluetooth ne sont pas du tout à la hauteur du prix, élevé. Les défauts sont rédhibitoires et sont tels que je ne recommanderai pas ce produit.

dimanche 20 juin 2010

Reconnaissance des femmes et parité

Dans un interview dans France Info, Chantal Brunel, députée UMP de Seine-et-Marne dénonçait l'absence de reconnaissance en politique.

Elle expliquait, et elle n'a pas tord, que lorsque une femme est élue, se pose systématiquement la question de sa compétence, question qui n'est pas posée de la sorte pour un homme.

En raison de l'application des quotas, qui obligent les partis politiques à proposer 50% de femmes dans les scrutins, on voit régulièrement les partis politiques remplir les places manquantes avec des femmes-plantes vertes, qui ont eut une sélection beaucoup moins importante que celle qu'aurait eu un homme (qualités techniques et humaines, implications, ...).

Ainsi, je considère qu'aujourd'hui les quotas ou la parité définie dans la loi, est plus la cause (pas seule bien entendu) qu'au problème - réel - de reconnaissance des femmes en politique.

Mais cette éminente parlementaire, qui se targue de défendre la place des femmes et qui fait le constat de l'échec de l'exigence de parité aux élections, s'entente et propose d'aller plus loin en mettant en place non plus des quotas exprimés en nombre de candidats mais en nombre d'élus.

Cet entêtement à aller plus loin dans des politiques qui ont pourtant montré leurs limite a pour moi comme un air de déjà vu.

samedi 12 juin 2010

Clotilde Reiss & Lies Hebbadj

Clotilde Reiss, lectrice à l'université d'Ispahan en Iran, a été arrêtée le 1er juillet 2009 pendant les manifestation anti-gouvernementales. Dans une émission sur France Culture, elle fait part de son expérience, et notamment des 7 semaines passées dans une prison à Téhéran et 10 mois pendant lesquels elle est assignée à résidence en attendant le verdict de son procès. En particulier, elle raconte comment les autorités iraniennes; au fils d'interrogatoires biaisés (proches de la torture mentale ?) et en tournant tous les événements d'une certaine manière, arrivent à l'accabler.

La femme de Lies Hebbadj, en France, a été verbalisée par les forces de l'ordre pour avoir conduit en portant le niqab. Au lieu de payer la contravention, elle a organisée une conférence de presse pour la dénoncer, s'attirant ainsi les foudres de notre ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux. Par la suite, il semblerait que des équipes entières de policiers aient enquêté (tout le monde sait bien que les policiers sont aujourd'hui en sureffectif et n'ont rien de mieux à faire) sur cette femme , son mari et son entourage (dont ses nombreuses maîtresses). Forcément, en cherchant de manière arbitraire dans la vie, privée et publique d'une personne, on fini souvent par trouver éléments peu reluisants. C'est ce qui s'est passé et Lies Hebbadj, après avoir été placé en garde à vue, a été mis en examen, pour des fraudes aux allocations familiales et une suspicion de polygamie (ce qui semble assez capilotracté d'un point de vue juridique). Aujourd'hui, Brice Hortefeux propose le vote au Parlement de lois spécifiques qui permettrait de déchoir cet homme de la nationalité française.

Quel rapport y a-t-il entre ces deux affaires ? Très peu : les pays sont différents (l'un est une démocratie pas l'autre), les personnages sont différents (l'une est une jeune fille plutôt sympathique, l'autre est un homme que je n'aimerai à vrai dire pas avoir comme beau-frère).

Dans ces deux affaires médiatiques, on a vu les forces de l'ordre et la justice travaillant de manière arbitraire et au service d'un gouvernement ou d'un représentant de l'Etat qui en font des affaires personnelles et qui veulent "faire des exemples". Une telle utilisation de la police et de la justice, au profit seul de Brice Hortefeux, qui s'est emballé au début de cet affaire et ne veut pas se déjuger est indigne et me donne envie de vomir.

Christine Boutin en pré-retraite

J'ai adoré le lapsus de Christine BOUTIN qui, pour parler de son job sur la mondialisation à 9.500 euros nets par mois gracieuse, a parlé de "retraite" au lieu de "mission".

samedi 5 juin 2010

Coup de gueule contre Bouygues Telecom

Pourquoi vendre des choses que l'on n'arrive pas à fournir ?

C'est ce que fait Bouygues Telecom avec ses abonnements téléphone + data.

Pendant assez longtemps, j'ai couplé cet abonnement avec l'utilisation d'un téléphone HTC. Mon téléphone HTC sous Windows Mobile étant en pratique complètement inutilisable pour utiliser une application nécessitant Internet (même un navigateur), je ne me suis rendu compte que de la mauvaise qualité de la voix, absence de réseau fréquente (y compris dans des lieux ou ça capte habituellement), coupures régulières des communications, etc.. Mais à vrai dire je m'y étais fais et je ne regrettais plus beaucoup ma ligne SFR.

Depuis bientôt un an que j'utilise cet abonnement avec un Iphone, je ne supporte plus la mauvaise qualité de Bouygues Telecom et j'ai l'impression que la qualité se dégrade. C'est vraiment insupportable que, dans des lieux où le téléphone capte pourtant bien, il passe sans arrêt de 3G, à absence de réseau, puis à téléphone uniquement, pour revenir à du Edge et peut-être après à du 3G. Sans parler du débit généralement médiocre. Ces problèmes de qualité sont tel que l'utilisation de certaines applications devient parfois tellement laborieux que l'on y renonce.

Alors certes, les abonnements sont à des prix défiant toute concurrence. Mais c'est à chacun de fixer ses prix pour pouvoir assurer un service décent.

lundi 24 mai 2010

Live bloging depuis les assises de la FFMC - 5 - Le vote des motions

Le lundi matin, c'est, après un réveil difficile pour beaucoup, la synthèse des commissions de travail qui se sont réunies le dimanche matin.

Les commissions présentent à tout le monde la synthèse de leurs travaux, et les éventuelles motions ou orientations qu'ils proposent au vote des représentants des antennes FFMC et des structures du mouvement.

Ce week-end, les commissions de travail étaient les suivantes :

  • Relais Motard-Calmos : la commission insiste sur le fait que les relais doivent être des lieux de prévention et autour desquels aucune répression ne doit être faite par les forces de l'ordre.
  • Concertation deux-roues motorisés : les participants à la concertation deux-roues motorisés avec les pouvoirs publics ont eu l’occasion de présenter un résultat d'étape. Nous prenons acte qu'il est hors de question de baisser la garde, y compris en utilisant l'action et la manifestation si nécessaire.
  • ERJ2RM (Education Routière de la Jeunesse au 2-Roues Motorisé) : il s'agit d'une commission permanente de la FFMC. Si celle-ci attend son agrément Education Nationale. Ne pas avoir encore son agrément ne l'empêche pas d'être déjà reconnue sur le terrain pour les interventions de prévention qu’elle mène, à l’aide de militants formés dans les antennes.
  • Projet associatif 2 (PA2) : En 2008, la FFMC a mis en chantier un projet associatif la concernant, l’idée étant de « dépoussiérer » son fonctionnement et de tenir compte au mieux des changements sociétaux et de l’évolution dans cette société de ses militants. Des nouveaux territoires de parole, des nouvelles prérogatives aux conseils de région, un nouveau système d’adhésion informatisé, etc… 2 ans après la mise en place de la plupart des résolutions de ce PA1, un PA2 voit le jour qui réfléchit et propose des modifications du fonctionnement de l’instance dirigeante de la FFMC, par une évolution de son BN (composé de militants très voire trop sollicités) vers autre chose, ce sera aux militants d’y réfléchir ; la formation du militant est également au cœur de ce nouveau projet associatif, ainsi que l’accueil des « nouveaux » usagers de 2 et 3 RM qui pour le moment, ne se retrouve pas dans le travail de la FFMC alors qu’ils sont évidemment concernés comme les motards.

Les 3 résolutions proposées au vote par le BN ont été adoptées avec une grosse majorité de voix, preuve s’il en fallait que les militants sont tout à fait conscients des besoins d’évolution de leur Fédération.

dimanche 23 mai 2010

Live bloging depuis les assises de la FFMC - 4 - L'assemblée générale de la l'Assurance Mutuelle des Motards - L'élection des administrateurs

La Mutuelle est administrée par 10 administrateurs élus et 2 administrateurs salariés.

Un des postes n'ayant pas été pourvu l'année dernière, il y avait cette année un mandat de 5 ans à pourvoir.

5 candidats se sont présentés à l'élection. Des candidatures variées : des sérieuses et mûries, des guignolesques, des sans espoirs, ...

Tous les candidats ont eu 10 minutes pour se présenter et répondre aux candidats qui leur étaient posées par les représentants des sociétaires (élus par tous les sociétaires lors d'assemblées générales).

Lorsque la seule candidate s'est présentée, deux personnes ont expliqué que c'était bien parce que c'était une fille. Ces remarques ont d'ailleurs fait l'objet d'applaudissements et ont je pense joué en sa faveur et participé à son élection.

Je sais qu'il y a une dérive actuelle de notre société pour mettre des quotas partout : femmes, handicapés, banlieues défavorisées, ... Je sais aussi que nous sommes souvent loin d'un équilibre, y compris au sein de notre mouvement. Mais ça me met hors de moi lorsque que j'entends que c'est bien parce que c'est une femme. Exactement comme si un misogyne de base expliquait qu'il est contre son élection parce que c'est une femme.

Pourquoi ne prenons pas tout simplement nos décisions en fonction de la qualité et des valeurs de gens et non pas en fonction de leur sexe, leur âge, ou d'autres critères aussi peu pertinents ?

Live bloging depuis les assises de la FFMC - 3 - L'assemblée générale de la l'Assurance Mutuelle des Motards - Les résultats

Tous les ans aux assises de la FFMC, l'assemblée générale de la Mutuelle se déroule le dimanche après-midi.

Malgré un contexte économique particulièrement difficile (recul des immatriculations de deux-roues de 15% en raison de la crise économique), le nombre de contrat (et en conséquence le chiffre d'affaires) de la mutuelle sont en hausse. Cette hausse du chiffre d'affaires, dans un contexte de stabilité de la sinistralité, permet d'absorber partiellement une hausse des frais généraux. Enfin, le résultat financier en fort hausse par rapport à 2008 permet à la Mutuelle d'avoir un excédent net avant impôt et participation des salariés aux résultats de l'entreprise de 3,2 millions d'euros.

Il est rassurant pour tous les sociétaires de voir que la Mutuelle, après avoir "fait le dos rond" avec la crise en 2008, affiche une bonne santé en 2009.

Il convient de rappeller qu'une mutuelle a par nature un résultat financier important. En effet, elle est en mesure de garantir à ses sociétaires la prise en charge des sinistres par la détention d'actifs financiers.

samedi 22 mai 2010

Live bloging depuis les assises de la FFMC - 2 - Bilan financier

La présentation du bilan financier a lieu après la discussion du bilan moral.

Après les grosses difficultés financières de la fédé constatées en 2006, la fédé est à l'équilibre pour la troisième année de suite.

Il y a tout de même deux points marquants :

  • d'une part, le secrétariat national (la structure salariée de la FFMC) est aujourd'hui à nouveau complet, avec l'arrivée de Marc Bertrand (chargé de mission sécurité routière) depuis 2009, augmentant les charges. Ainsi, on peut d'autant plus se réjouir d'être à l'équilibre.
  • d'autre part, la fédé a enregistré un produit exceptionnel de 40 K€. En effet, la FFMC avait provisionné en 2006 la somme de 40 K€ en raison du procès que lui avait intenté la société d'autoroute SAPRR pour une ouverture de barrière de péage réalisée par des motards. Après avoir perdu en première instance, la SAPRR a également perdu en appel et doit même indemniser la FFMC pour ses frais juridiques.

- page 1 de 6