rbonnet Comme un train peut en cacher un autre, le rouge semble aujourd'hui un parfait paravent, un cache misère, un cache poussière… Tous ceux qui sont contre, tous ceux qui contestent, tous ceux qui en voudraient plus, tous ceux qui en voudraient moins se parent de rouge pour manifester, siffler, hurler, casser, brûler…Et les médias d’en rajouter, de souligner, d’en faire des caisses.

Pourquoi essayer d’amalgamer, de rassembler sous un même bonnet tous ces mouvements sans aucun lien entre eux et sous tendus par des motivations et des objectifs tellement variés et si différents ?

Les temps sont durs, partout, pour tous (enfin presque tous…). Les délocalisations à outrance, la sous activité, la mondialisation, la cupidité des actionnaires, la financiarisation des économies, les paradis fiscaux….plusieurs décennies d’un tel régime et la crise est là, bien installée, dure et impitoyable… Et comme chacun devrait le savoir, il faut toujours payer un jour, mais ce ne sont pas forcément ceux qui en ont profité qui règlent la note… et ce n’est pas forcément celui qui tient la barre qui est responsable de la position du navire….

Pour en revenir à ce qui nous occupe, nous, la Fédération Française des Motards en Colère, même si nos revendications concernent et s’expriment sur le même terrain, la route et la rue, même si cette politique de sanction à outrance nous horripile, même si l’attaque incessante de notre porte monnaie sous couvert de Sécurité Routière nous afflige, même si la déshumanisation et l’automatisation des contrôles nous révulse, nous n’allons pas hurler avec les loups. Nous n’allons pas brûler les radars, ni dégommer les portiques dressés à grand frais avec nos sous, parce que ça n’amène rien en matière de Sécurité Routière. Tout au plus pourrions nous y aller d’un « on vous l’avait bien dit ! », parce que effectivement, on vous l’avait bien dit. Que la privatisation des autoroutes, c’était une honte et du vol manifeste. Que le Contrôle Sanction automatique, c’était la mise en œuvre d’une politique de mise sous surveillance des citoyens sous couvert de Sécurité Routière.

Mais sans doute est-ce un tort d’avoir raison trop tôt ? Pour autant, il n’est pas forcément trop tard et nous avons toujours bon espoir d’être entendus et compris. Et pas uniquement par les Pouvoirs Publics…

Formation, tolérance, partage de la route, respect mutuel… notre combat continu. Et il s’exprime aussi bien dans les salons feutrés des Ministères que dans la rue parce qu'il est légitime.

La moto est une solution pas un problème. 33 ans que nous le disons. Ça serait bien que ça ne dure pas à nouveau aussi longtemps pour le reconnaître, mais s’il le faut, nous serons là, à résister.

Pat