Le blog de la Fédération des Motards en Colère

Motomag.com

La Fédération Française des Motards en Colère est une association loi 1901 à but non lucratif, la FFMC représente et défend depuis 35 ans tous les utilisateurs de deux et trois-roues motorisés. Ses 10000 adhérents, répartis en 85 antennes départementales, revendiquent leur liberté, leur citoyenneté et agissent concrètement pour favoriser la sensibilisation et l'éducation au vivre ensemble en lieu et place de politiques répressives de sécurité routière. Ses valeurs sont celles de l'économie sociale et solidaire. L'individu est au centre de ses préoccupations.

mercredi 13 avril 2011

Charte sur les nuisances sonores – Lettre ouverte

Le contexte : en 2009 un projet de charte pour lutter contre les nuisances sonores a été lancé, incluant la FFMC (pour les usagers), la FFM (pour les aspects sportifs), la CSIAM (chambre syndicale des constructeurs), le CNPA 2RM (conseil national des professionnels) et la FNCRM (fédération des réparateurs de cycles), sous la houlette du ministère des transports, de l’écologie et du développement durable. Le texte devait être signé lors du Mondial du Deux-Roues 2009, mais celui-ci ayant été annulé, le projet a été mis de côté. Relancé récemment, il devait aboutir à une signature au prochain Salon de la Moto et du Scooter de Paris, fin 2011. Mais entre temps, si les réunions ont repris et sont cordiales avec les autres représentants du monde du deux-roues, le ministère des transports à perdu le contrôle de la Sécurité Routière, la répression augmente drastiquement, et le contexte se détériore un peu plus chaque jour. Les déclarations du ministre de l’intérieur, puis celle de la ministre de l’écologie sur les ZAPA, et la façon dont les motards ont été traités lorsqu’ils ont voulu en parler, n’ont pas arrangé les choses, jusqu’à pousser une fois de plus au clash. Lettre ouverte…

TropDeBruitCaFache.jpg

Montreuil, le 13/04/2011

Objet : Réunion de préparation de la charte sur les nuisances sonores

Mesdames, messieurs,

Nous sommes au regret de vous informer que nous ne participerons pas à la prochaine réunion de ce groupe qui travaille à la charte sur les nuisances sonores, et ce n’est pas pour une question de calendrier.

Exactement comme pour la Concertation sur le deux-roues motorisé, nous restons très attachés au dialogue et au principe de ces travaux, la lutte contre le bruit excessif rejoint celle qui est la nôtre pour une meilleure sécurité routière, dans un contexte citoyen. Et justement, c’est pour cela que nous ne pouvons rester associés à ces échanges qui sont désormais perçus par les motards comme un jeu de dupes. Pas à cause de notre travail en commun, bien sûr, mais parce que le double langage systématique de ce gouvernement rend toute avancée impossible. Un dialogue doit se faire dans les deux sens, or tandis que nous échangeons constructivement avec nos partenaires du monde de la moto et les techniciens du gouvernement, les ministres multiplient les déclarations inadmissibles.

Celle de Mme Kosciusko-Morizet sur les ZAPA relève d’une telle méconnaissance des deux-roues et d’un tel mépris pour l’ensemble des usagers de la route, en particulier les plus modestes, que nous ne nous associerons plus à ces travaux pour le moment. Alors que les deux-roues n’ont toujours bénéficié d’aucune forme d’incitation (prime à la casse, etc.) et que leurs avantages sur la fluidification du trafic et la pollution globale sont évidents - ce que nombre d’autres pays ont bien compris -, ces dernières propositions, ainsi que celles répétées du ministre de l’Intérieur Claude Guéant qui orchestre une répression ciblée envers les usagers fragiles que sont les deux roues motorisés, ont achevé de nous convaincre que nous n’avons rien à attendre de ce gouvernement en matière de réelle sécurité routière, de citoyenneté et de respect.

Nous vous souhaitons donc une bonne continuation, et espérons vivement vous retrouver pour poursuivre ces travaux utiles et intéressants dans un climat de meilleure écoute. D’ici là, merci de retirer du projet de charte la mention de la participation des structures du Mouvement FFMC. Les usagers, premiers concernés, refusent de s'engager dans ces conditions, tant que le deux-roues motorisé sera traité comme un problème, alors qu’il est une solution.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, l’assurance de notre considération.

France Wolf

Coordinatrice du Bureau National

Fédération Française des Motards en Colère

jeudi 2 décembre 2010

JTI 2010 - Le discours d'ouverture

Les Journées Techniques d’Information rassemblent en novembre 150 à 175 des militants les plus actifs de la FFMC, pour faire le point en cours d’année sur les dossiers chauds. Ces JTI sont également l’occasion de faire intervenir des personnes extérieures au mouvement FFMC, selon les cas chercheurs, représentants d’autres associations, acteurs de la vie politiques... Leur expertise permet d’approfondir nos réflexions pour une sécurité routière plus juste et plus efficace.

Nous vous proposons de découvrir ci-dessous le discours d’ouverture des JTI 2010, par France Wolf, coordinatrice du Bureau National.

JTI2010-01.jpg

Bonjour à toutes et tous,

Et bienvenus à nos Journées Techniques et d’Information. La FFMC a eu 30 ans en 2010, l’âge idéal pour prendre un peu de recul et regarder à la fois ce que nous sommes devenus et ce vers quoi nous aspirons à aller. L’âge de la maturité n’étant pas forcément celui de l’immobilisme, nous poursuivons donc notre réflexion structurelle, entamée il y a 5 ans avec notre Projet Associatif 1 et continuée cette année avec notre Projet Associatif 2.

Notre évolution a plusieurs facettes : elle est technique et décortique les meilleurs moyens d’améliorer notre fonctionnement ; et elle est politique car tout en refusant de perdre de vue nos statuts, socle de notre Fédération et repère du Mouvement Motard, la FFMC est devenue une référence en soi : plus que la somme des individus qui la compose, elle existe en dehors de nous.

En effet, la FFMC a sa propre voix et cette voix est unique en son genre : elle exprime une vision atypique de la sécurité routière, une vision humaniste, qui prône en priorité l’éducation, le respect du libre arbitre de chaque individu, la nécessité du partage en bonne intelligence de l’espace routier. Et cette voix, qui est la nôtre, a une portée dont nous n’avons pas forcément toujours conscience, mais qui induit un effet immédiat : dire, c’est s’impliquer, c’est prendre position ; se taire, c’est consentir. Et cela n’est pas et n’a jamais été notre religion. Notre vision de la FFMC n’est pas celle d’une association corporatiste, ethno-centrée sur les problématiques communes aux individus qui la compose. Au contraire. Et ce constat avait déjà émergé d’une commission de travail aux JTI, ici, à Cussac, il a y quelques années : la moto n’est que le plus petit dénominateur commun qui nous rassemble. Elle contribue à faire que nous nous rencontrions. Mais ce qui nous fait travailler ensemble, militer ensemble, c’est autre chose. Ce sont nos valeurs communes, celles-là même écrites dans nos statuts.

Cette année pour nos JTI, nous vous proposons un programme en phase avec l’actualité de la FFMC. Vous l’avez noté, l’informatique est à l’ordre du jour, le lobbying également avec l’intervention de nos amis de la FEMA. Le point d’étape promis sur notre Projet Associatif 2 aura lieu dimanche en plénière et la première réunion « physique » du groupe de travail sur les nouveaux utilisateurs est prévue samedi soir. Toujours en ce qui concerne le PA2, nous recevrons cet après midi 2 permanents d’associations qui nous expliqueront comment fonctionne leur structure, et cela dans le but de poursuivre notre réflexion sur l’évolution de notre structure dirigeante. Nous vous les présenterons tout à l’heure, et d’ores et déjà, nous remercions ces intervenants « extérieurs » de leur présence parmi nous et leur souhaitons un excellent weekend de travail au pays des Motards en colère. Dimanche matin, l’actualité sera également à l’honneur. Depuis début janvier, 3 fois la FFMC a appelé à la mobilisation nationale et 3 fois les motards ont répondu « présents » et de quelle manière ! Au-delà de ces coups d’éclat, les antennes locales sont en actions depuis des mois, ce qui fait que chaque semaine, quelque part en France, il y a une revendication motarde mise en exergue. Motomag en rend compte et l’on y voit bien comment cette manière de revendiquer rend vivantes nos demandes. On est bien loin de la traditionnelle manif de printemps !

La Concertation, qui nous occupe tant, qui nous désespère parfois, aura au moins servi à assoir plus fermement notre réputation : non, les Motards en colère ne sont pas des braillards qui sortent leur moto tous les printemps pour faire du bruit dans la rue. Ils sont force de proposition, ils savent parler et écouter. Pour autant, indépendants, et dans leur fonctionnement et dans leur tempérament, les motards savent aussi taper du poing sur la table et descendre dans la rue.

Nous sommes ici réunis à 170 personnes, preuve de votre motivation à vous former et à vous informer et sachez le, la formation de nos militants est l’une de nos priorités pour l’année à venir.

Et pour finir, notre slogan : plus nombreux, plus forts, prend cette année tout son sens puisque à ce jour, nous totalisons 7113 adhérents ! Grâce à vous, à nos partenaires, à l’enthousiasme de nos sympathisants, la FFMC va mieux. Elle ira vraiment bien lorsqu’elle aura trouvé la bonne formule pour optimiser son fonctionnement et en attendant, tous, nous allons faire en sorte que le travail fait ici et partout dans vos antennes, continue à s’entendre haut et fort, à la fois dans les salons feutrés des tours de la Défense ou des Ministères et dans la rue.

Les JTI 2010 sont ouvertes.

Le Bureau National

JTI2010-02.jpg