Le Bol d'Or 2008

Motomag.com

dimanche 14 septembre 2008

12e victoire de Suzuki au Bol d'Or

podium72-bo.jpgDimanche 14 septembre 2008, le drapeau à damiers s'est abaissé au passage des deux Suzuki du SERT. Qui une fois n'est pas coutume, respectent l'ordre chronologique : la N°1 en tête et la N°2 à 6 tours.

A 9 tours de la machine de tête, la Yamaha Austria (N°7) sauve l'honneur de la marque aux trois diapasons, en montant sur la dernière marche du podium.

La victoire de la Suzuki N°1 est synonyme de 12e titre de champion du monde, puisque le team N°1 de Dominique Méliand, possède à son actif 109 points, avec 38 d'avance sur la Yamaha N°7, qui est deuxième. La Suzuki N°1 ne pourra pas être rejoint, lors de la finale qui se déroulera, à Doha les 8 et 9 novembre.

Suzuki rafle quasiment tout, puisque la marque japonaise, impose deux de ses machines sur le podium des Coupes superstock avec la Suzuki N°72 et l'autre machine du QERT/IJT la N°95, drivée elle aussi par Damien Saulnier. La 3e marche du podium est occupée par la Yamaha N°111 de CDS Racing.

Changements de dernière minute !

Alors 4e, la Kawasaki N°11 chute peu avant 14h et son pilote, Julian Mazuecos repart sans s'arrêter à son stand. Cet évènement permet à la Yamaha N°3 de Phase One de se rapprocher à moins d’une minute de la verte. On risque d’assister à une belle passe d’armes dans les dernières minutes de course.

D’autres soucis viennent perturber la BMW N°71 en catégorie « Open ». En tête de sa catégorie et 26e du classement général lorsque son moteur s’arrête soudainement. Sébastien Legrelle ramène alors la moto dans son stand, à la poussette pour diagnostic. La victoire n’est pas perdue pour autant puisque sa principale rivale, la Ducati N°78 pointe en 35e position, à près de 50 tours de la BMW.

William Moulin

Suspense pour la 4e place

kawa11-02-sg.jpgLa quatrième place est loin d'être attribuée. La lutte fait rage entre la Kawasaki n°11 et la Yamaha n°7 de Phase one. Si les deux machines se situent dans le même tour, le jeu de chat et de la souris est accentué par le ballet des ravitaillements. Actuellement, la verte mène ce duo, mais pour combien de temps ?

YL

Chaises musicales en superstock

suze95-02-tl.jpgle classement en superstock a subi un petit changement, puisque la Suzuki N°72 devance désormais la Suzuki N°95 de deux tours. En effet lors du passage de témoin entre Lucas de Carolis et Mashel Al Naimi, vers 10H10, le Qatari est rentré au tour suivant se plaignant de ratés dans le fonctionnement du moteur. Le temps de changer la rampe d'injection, la Suzuki N°95 est repartie 9e au classement provisoire et 2e stock.

Vers un doublé Suzuki en Superstock

suze95-tl.jpgLa Suzuki N°95 du Qatar Endurance Racing Team (QERT/IJT) est en tête de la catégorie Superstock après 18h de course et se situe en 8e position du classement général. Son avance sur sa principale rivale, la Suzuki N°72 du LMS, n'est que d'un tour mais Damien Saulnier est ravi : Il est team manager des 2 équipages ! Si aucun fait de course ne vient les perturber, alors il réalisera le doublé dans sa catégorie.

Leur poursuivants sont désormais trop loin pour remonter à la régulière : La Yamaha N°111 pointe à plus de 8 tours de la Suzuki N°95 et la Honda N°60 est à 10 tours.

William Moulin

Le clan Honda a du plomb dans l'aile

honda55-vp.jpgC'est visiblement le chant du cygne pour la Honda N°55 de National Motos. A 8H 25, Sébastien Scarnato ramène la machine à la poussette.

Elle refuse de démarrer, les incidents électriques ne se comptent plus sur cette machine. L'abandon officiel n'a pas été prononcé, mais la Honda N°55 est passé de la 23e à la 36e place avec 63 tours de retard sur les équipes de pointe.

La Honda N°60 repart en 16e position

Sébastien Charpentier, a repris la piste sur la Honda N°60, aux couleurs de Moto Revue après sa sanction de 20mn. Elle figure désormais 16e en course avec 30 tours de retard sur la tête de course. C'est toujours les deux Suzuki, qui tiennent le haut du pavé, dans l'ordre chronologique (!). A 7 tours suit la Yamaha Austria N°7 qui occupe la 3e place du classement provisoire.

Sanction contre la machine de Moto Revue

honda60-vp.jpgLa Honda N°60 a reçu une sanction de la part du Jury international de la FIM . En effet elle devrait s'immobiliser dans son stand durant 20 mn pour non respect de la durée de conduite. En effet l'article 1.15.3 stipule que "aucun coureur n'est autorisé à conduire plus de trois heures consécutives". Cette sanction lui a été notifiée à 7H20 ce dimanche matin.

Et c'est bien ce qui s'est passé, puisque le 3e homme du team, Thierry Tracan, le rédacteur en chef de Moto Revue, a été mis à l'écart par son propre team manager, lors des relais de nuit, car il roulait très en deça des chronos de ses co-équipiers.

A chacun son métier....

Actuellement la Honda N°60 pointe 6e au classement général et devrait plonger dans le classement après cette sanction.

Le bilan de la nuit

Le jour se lève péniblement sur le circuit de Nevers Magny Cours, le ciel est bas et les nuages bouchent l'horizon. A 7h30 ce dimanche les abandons ne sont pas légion, bien au contraire on ne compte que 12 équipages qui ont fait défection. Il est à souligner l'abandon de la Yamaha N°57, qui pointait 2e au classement de la coupe du Monde superstock. Avec cet abandon, la voie est toute tracée pour la Suzuki N°95, aux mains de Mashel Al Naimi, Lucas de Carolis et Anthony Delhalle. Cette moto pointe 10e au général, ce qui est une bien belle performance.

Nouvelle chute de la Yamaha N°94

chute-gmt94-sg.jpgAlors que la nuit règne toujours sur le circuit de Nevers Magny cours, la ronde infernale se poursuit. Les prétentions au podium de la Yamaha du GMT 94 semblent fortement compromises, puisqu'elle a chuté une nouvelle fois à 6H 20. La moto soutenue par la Mutuelle des motards, dégringole au classement et pointe désormais 8e avec 16 tours de retard sur les deux Suzuki de tête.

Le point à 6h

stand-sert1-sg.jpgLes deux Suzuki du SERT conservent leur avantage avec, dans l'ordre, la n°1 qui devance la n°2 de 3 tours. La marche des deux GSXR s'apparente à une promenade de santé tant leur adversaires semblent irrémédiablement distancés. Les équipages de Dominique Méliand ont réussi à passer au travers des nombreuses chutes facilitées par de fréquentes averses.

Derrière à 3 tours, la R1 du Yamaha Austria Racing Team (n°7) se trouve dans une position confortable depuis la glissade de la moto du GMT 94. 4 tours séparent les deux Yamaha.

Dans la catégorie Superstock, le leadership est solidement accroché au guidon de la Honda CBR 1000 Moto revue (n°60) menée par J-M Bayle et Sébastien Charpentier. Cette machine occupe une très belle 6e place au classement général. La victoire dans la catégorie est quasiment acquise depuis que le Qatar ERT (n°95), 10e au scratch, a préféré engranger de précieux points dans l'optique du Championnat du monde.

YL

Chute de la Yamaha GMT 94

Peu avant 5 h, Steve Plater (Yamaha GMT 94) a chuté lors de sa lutte pour la troisième place avec la R1 de Yamaha Austria (n°7). Après un bref retour au stand pour réparation, le pilote britannique est reparti, concédant 4 tours à son rival. Dans ces conditions, la lutte pour le podium est compromise. Il reste au team francilien 10h de course pour décrocher la place d'honneur qui lui tendait les bras.

YL

Gloire et déboires pour les Honda CBR 1000

55.jpgAlors que la CBR 1000 Moto revue n°60 réussit l’exploit de pointer en 6e position du classement général, loin devant nombre de Superbike bien plus puissantes et mieux préparées, la n°55 (engagée en Superbike par National motos) connaît quand à elle une nuit plus que chaotique, puisqu’elle se classe 34e après 13 heures de course.

Bernard Fourcadet, le team manager de la Superbike, avoue volontiers que l'« On a fait une erreur de diagnostic, cela nous a coûter cher ! Nous avons connu des problèmes électriques qui entraînait de grosses pertes de puissance. On a changé de batterie, puis l’alternateur avant de comprendre que c’était tout le faisceau électrique qu’il fallait remplacer. Les 45 minutes de réparation nous ont fait perdre toute prétention de bien figurer au classement. »

Puis, visiblement atteint par une fatigue logique en ce milieu de nuit, il confesse : « je n’ai plus de programme de course. Je laisse mes pilotes gérer le reste de l’épreuve, tout ce que je peux faire, c’est leur apporter les meilleurs pneus pour qu’ils arrivent au bout des 24h sans encombres ». Une stratégie insolite qui pourrai se révéler efficace, la machine tournant en 2’06, un temps honorable sous la pluie.

Pascal Percie du Sert

Statu-quo au cap de la mi-course

yart7-vp.jpgAprès 12 heures de course et 375 tours effectués, peu de changements sont à noter dans le classement général. Les deux machines du SERT, les GSXR 1000 n°1 et 2 occupent respectivement les 1ère et 2e place. Pour la troisième position en revanche, la lutte est autrement plus rude entre les Yamaha R1 du GMT 94 et celle du Yart (n°7), les deux machines s'échangeant les 3 et 4e places au rythme des arrêts aux stands, avec un léger ascendant pour le team de Christophe Guyot. Le team Phase One n°3 continue de faire bonne figure en gardant jalousement sa 5ème position.

La Kawasaki officielle n°11, actuellement 10e, peine à rattraper le retard accumulé lors des chutes à répétition aux alentours de minuit. Le trio Ivan Silva/Julian Mazuecos/Erwan Nigon fait étalage de tout son talent pour tenter de remonter dans le top 5, en tournant dans les même temps que les machines de tête.

Du coté des Superstock, la stratégie de course à deux pilotes optée par le team manager du Team Moto Revue semble porter ses fruits, puisque la Honda CBR 1000 n°60 est en tête de sa catégorie, se payant le luxe de pointer en 6ème position à 11 tours des leaders. La seconde place est occupé par le Team Qatari n°95 (9ème au général), tandis que les favoris du Junior Team LMS continuent de grapiller des places, multipliant les tours en 2’02. Ils sont désormais à la lutte pour le gain de la 14ème position.

Pascal Percie du Sert

Le GMT 94 vise le podium

Classé en 4e position après 10 h de course, le GMT poursuit sa remontée au point que le podium est sérieusement envisagé par son team manager. ""Aller chercher la moto de tête parait improbable à la régulière. Par contre, au rythme où nous réduisons l'écart avec les deux autres motos qui nous précèdent, nous décrocherons une place sur le podium"" assure un Christophe Guyot serein. Pour cela, les relais sont doublés afin de profiter de la connaissance de la piste, notamment de ses conditions d'adhérence, du pilote en selle. ""Nous évitons ainsi de perdre du temps lors des six ou sept tours de rodage"" précise Christophe. Les pilotesz n'ont reçu qu'une consigne, attaquer afin de mettre la pression sur les concurrents. Cette stratégie sera-t-elle la bonne ? Réponse dans 14 h.

YL

Fin de trève

Quelques évènements de taille sont a signaler peu avant minuit : La Yamaha N°99 chute dans la ligne droite des stands peu après 23h et plonge dans le classement. Le sort s'acharne également sur la Kawasaki N°11 : Deuxième après 8h de course, Ivan Silva chute à 23h45. Il rentre à la poussette et Julian Mazuecos reprend le guidon... pour chuter à son tour quelques minutes après. La verte pointe désormais 6e, à 10 tours du leader, la Suzuki N°1.

La Yamaha du GMT94 reprend peu à peu du terrain sur les leaders. 20e après leur problème de radiateur, le team de Christophe Guyot pointe 5e à minuit.

En tête de course, on retrouve les deux Suzuki officielles, suivies par la Yamaha N°3 de Phase One.

Coté Superstock, Kenny Foray chute au guidon de la Suzuki N°72 et laisse les commandes de la catégorie à la Honda N°60. Bernard Rigoni, team manager de la Honda, a adopté une nouvelle stratégie pour les relais de nuit : Peu à l'aise sous la pluie, Thierry Traccan ne roulera pas jusqu'au petit matin et laissera Jean-Michel Bayle et Sébastien Charpentier assurer les relais nocturnes. Voila qui devrait retarder la remontée de leurs adversaires !

William Moulin

samedi 13 septembre 2008

Après 8h, les positions se stabilisent

Au tiers de la course, la situation est stable. La Suzuki n°1 poursuit sa course en tête devant la Kawasaki n°11 qui suit à 1 tour. En troisième position, la seconde Suzuki du SERT (n°2) compte 2 tours de retard sur la moto verte, mais devance de 2 tours les deux R1 du team Acropolis (n°99) et de Yamaha Austria (n°7), ces deux machines se tenant dans le même tour. Mais la pluie a de nouveau fait son apparition sur le circuit nivernais, avec le risque accru de chute qu'elle entraine. A suivre...

YL

Phase one, la franche remontée

phase oneLa Yamaha R1 du team anglais Phase one (n°3) opére une remontée impressionnante. Après un début de course contrarié par un problème de frein ayant nécessité un arrêt au stand de 5’, l’équipage australo-germano-britannique mène bon train. A 22 h, il occupe la 8e position être reparti de la 42e place.

YL

Pneus quelle monte ?

pneus-strategie.jpgAlors que la pluie s'est invitée sur le circuit de nevers Magny Cours aux alentours de 19H55, le casse tête devient de plus en plus prenant pour les teams managers: quelle monte de pneus faut-il mettre ? En effet si la pluie tombe bien sur le circuit, elle n'est pas assez forte pour mettre des pneus pluie "en 5 tours, les pneus pluie seront détruits" prédit le team managers du team 18, celui des sapeurs pompiers. C'est pour cela qu'ils ont mis un pneu AR en "intermédiaire".

D'autres n'ont pas hésité à équiper leur moto en pneus pluie en totalité, à l'instar de la Suzuki N°27.

Qui a raison, qui à tort ? Pour l'instant tout le monde doute et tout le monde s'interroge.

Chute de la BMW n°17 après 5 heures de course

Chute-de-la-BMW.jpgAprès 5 heures de course, la BMW n°17 chute sous les premières gouttes de pluies alors qu’elle occupait la 24ème place du classement général. Après un court arrêt dans les stands pour changer le carénage de la HP2 Sport, c’est Thomas Heinterreiter qui reprend la piste, en 31ème position.

Cet incident sans gravité pour le team allemand lui fait tout de même perdre la seconde place des Open au profit de sa consœur germanique la BMW n°71. La Métiss BIHR, en tête de sa catégorie depuis le début de course, tient la 20ème place du général. 4ème des Open, la Ducati 848 R pointe quand à elle à la 45ème position, une performance encourageante pour cette machine qui revendique 40cv de moins que toutes les autres machines en piste.

Pascal Percie du Sert

- page 1 de 2