Comme on le sait, le "maudit" motard présente plusieurs caractéristiques parfaitement insupportables qui stimulent l'imagination débordante de ceux qui veulent son bonheur à tout crin.

Parmi ces caractéristiques, deux taraudent plus particulièrement les esprits embrumés de certains grands penseurs de la sécurité routière "bien d'cheu nous" : Primo, les motards n'ont pas de plaque à l'avant, ce qui les priverait des bienfaits de la radarisation frontale automatique et les pousserait à rouler au-dessus des vitesses autorisées. Deuzio, les motards sont mal visibles, ce qui pousserait les autres usagers à la faute.

Si la première assertion est d'un ridicule confondant, la seconde, quant à elle, n'est pas dénuée de bon sens, soit dit en passant. Dès lors, on se demande toujours ce qui a motivé naguère les célèbres "feux de jours pour tous" et, pour demain, ce qui motive les feux dédiés européens ?

La LCVR (entendez, ligue contre la violence routière), qui brille souvent plus par son agressivité verbale à l'égard des motards que par la pertinence de ses analyses, prétend avoir enfin trouvé la solution à ces deux épineux problèmes.

Celle-ci nous viendrait directement de Colombie, pays réputé, comme chacun sait, pour son café, ses herbes aromatiques et... la sûreté de ses routes, sous la forme d'un très seyant gilet de couleur orange agrémenté de bandes fluorescentes et du numéro minéralogique de la bécane imprimé sur le devant et dans le dos.

Qu'on en juge plutôt :

La mode moto selon la LCVR

Hélas, il y a peu de chances que ce splendide accessoire vestimentaire voit les motards français se précipiter chez leurs motocistes pour l'acquérir. C'est pas demain que ce machin fera de nous des "fashion's victims". Même s'il n'y a aucune honte, cela dit, à puiser dans les immenses ressources colombiennes pour améliorer les conditions de vie dans notre pays, on se demande quelles spécialités locales goûtées par nos amis de la LCVR ont bien pu les fracasser au point de leur faire perdre leur discernement légendaire. Y a des trucs là-bas auxquels mieux vaut ne pas trop toucher. Ce sont des sacrés bout-en-train à la LCVR !

Ou alors, est-ce une façon pour ces gentilles personnes de nous dire à quel point elles nous prennent pour des clowns ? On s'en fout, c'est suilà qui dit qu'y est!

Paraît que, en Colombie, le port de ce truc est obligatoire. On plaint très sincèrement les motards colombiens.

Rappelons que la FFMC n'est pas, pour sa part, très favorable à ce genre d'accessoires, leur préférant des vêtements équipés de dispositifs réfléchissants plus visibles et mieux intégrés que ceux qui équipent aujourd'hui la plupart des blousons et vestes. Il y a forcément un moyen de concilier sécurité et esthétique sans se transformer en sapin de Noël ! De plus, rendre obligatoire le port de ces systèmes, quels qu'ils soient, est pour le moins une absurdité puisqu'ils ne résoudront en rien le problème de perception des deux-roues motorisés.

Mais enfin, dira-t-on, chacun voit midi à sa porte et s'il y en a à qui ça plait, c'est leur affaire. De là à l'imposer à tous, faudrait pas pousser !

Quant à la visibilité avant de nos numéros minéralogiques, même si les idées en la matière ne manquent pas, on se rappellera que ce n'est devenu un problème que depuis l'apparition des radars automatiques. Comme quoi, y a des grands penseurs dans nos ministères! C'était du préparé costaud leur affaire !

Pour la bonne équité, la solution ne serait-elle pas plutôt de supprimer les plaques avant sur les 4-roues, comme au Québec ? Sachons nous inspirer aussi du bon sens de nos cousins !

Quant à la LCVR, je ne saurais trop les encourager à persévérer dans leur tour du monde des idées ridicules: nous aussi, on aime bien rigoler !