Allemagne Agadir en moto à huile de salade

Motomag.com

Comme je contribue activement aux conférences du Congrès International 2009 sous le thème : "L’Intégration de l’Agriculture dans le Développement Rural Durable au Défi des Crises Alimentaire, Climatique et Énergétique Mondiales" du 12-14 novembre 2009, à Agadir, Maroc il est logique en conséquence d’y aller d’une manière écologique. Mon attelage a moteur diesel a déjà prouvé son aptitude a des voyages prolongés. Avec GreenBull, j’ai trouvé un partenaire compétent et engagé qui assure la conversion de mon moteur diesel pour fonctionner à l'huile végétale. Ainsi j'ai commencé le projet suivant : je planifie une campagne de promotion des énergies renouvelables sur mon chemin d’Allemagne à Agadir et retour via paquebot Genua Tanger l’aller et via Espagne et France le retour. Tout ça en utilisant de l'huile végétale comme combustible et en visitant autant que possible des projets intéressant sur le chemin. L’économie de CO2 et le plaisir des exploits exceptionnels valent bien cet effort. Je mettrai ici les nouvelles du projet et mes impressions personnelles.

Keyword - Huile végétale

Fil des billets

lundi 30 août 2010

Nov. 27 Settat – Tanger - Tarifa 426 km

Traveler                       Après une nuit sans vrai repos sur l'asphalte, le chant du muezzin des haut parleurs de la station service me réveille à l'aube. Un bon café au lait et j'y vais. J'ai eu de la chance d'avoir dormi ici; en approchant la côte, le ciel devient gris et la pluie très attendue de la population locale commence à tomber. La première fois, la température devient fraiche sur la moto et je cherche mes gants de réserve et le pantalon de pluie dans mes bagages. Après avoir passé Casablanca, le temps devient plus clair et il y a moins de pluie. Près de Bouznika je fais signe au mécano qui m'a dépanné la première fois… on aurait beaucoup a se raconter mais je n'ai pas le temps de s'arrêter. Un signal de la main et un gros sourire dans le casque devront suffire. Vers 15:00 heures, j'arrive à Tanger et après avoir traversé la ville, je met la bécane au même garage qu'à l'allée.... et le même « guide » me montre la « meilleure agence de paquebots » de la ville. Le bateau pour Sète ne sort que dans deux jours à cause de la fête et il n'y a pas d'autres lignes longues distances. On échange des plans et une heure et un pourboire plus tard, je me retrouve en mer direction Tarifa. Le temps de déborder et de passer la douane, la nuit commence a tomber et je cherche un lit au paradis du surf. Le jour venu, je n'ai pas le temps de manger et je m'approvisionne au supermarché avec du pain blanc, chorizo et vin rouge. Tout ça a un effet "renversant" et se suis au lit tôt. Le sommeil est plutôt léger... les Espagnols ont une relation spéciale avec le bruit et en pleine nuit des touristes éméchés font des photos sur ma bécane. Je suis de retour en Europe

Photos du jour

Vidéos

http://www.youtube.com/watch?v=A6hkoGUtzGg

http://www.youtube.com/watch?v=uwohY7o6Bqo

http://www.youtube.com/watch?v=ggdPtBINE4Y

http://www.youtube.com/watch?v=I4HB33g5ugk

A +

                                           Arno

dimanche 29 août 2010

Nov. 26 Agadir – Settat 382 km

Traveler                       Le matin je me réveille tôt et je suis un peu tendue, il faut rentrer par le chemin le plus court et mon voyage va bientôt s'achever. Bien charger la moto, mettre un peu d'huile 15w dans le moteur et vers 9:30 heures j'y vais ; le temps est chaud et ensoleillé. Il y a beaucoup de circulation pour la fête des moutons ; tout le monde visite sa famille; une heure des bouchons jusqu'à la sortie de la ville ou la route monte dans la montagne vers Marrakech. Puis après deux heures d'embouteillage dans un village, le moteur chauffe et je cale. La batterie est vide … sortir les bagages mettre le câble et après peu de temps, je trouve un chauffeur aimable qui me redémarre (pour un petit bakchich bien sûr). Je continue traversant la montagne et là encore je passe de paysages magnifiques beaucoup trop vite. Près de Chichaoua, d'un coup ma botte gauche est mouillée et la réponse au gaz est mauvaise.

Comme je viens de passer un village, je ne veux pas retourner en arrière. J'avance comme je peux énervé parce que je veux prendre le paquebot à Tanger demain. Ma vitesse se réduit à 30 km/h et un contrôle visuel me montre que la durite de retour du gasoil est percée et "donne" un refroidissement liquide supplémentaire au moteur. Pour finir, j'approche un village avec garage (j'ai senti les heures passer; en réalité peut être après 45 min). Je m'arrête, explique mon problème, une mobylette devient donneuse d'organes, et après 15 minutes le problème est réglé. D'un coup, j'entends un « Monsieur, Monsieur » et je me rends compte que je suis au même village ou à l'aller des jeunes m'ont « assiégés ». L'un d'eux m'organise le démarrage aux câbles et ensuite vient la surprise : Il me dit qu'il sait ou se trouvent mes gants.... un jeune voulait piquer le propriétaire du magasin d'à coté il a vu et pris les gants dans son magasin. Je le ramène la-bas et il est fier comme un roi de pouvoir rouler dans le side-car.

Malheureusement le magasin est fermé à cause des fêtes et il me propose de revenir la semaine prochaine - la conception de temps est plutôt africaine. Je ramène le garçon au village et peu après je prends l'autoroute direction Tanger. Ici aussi on voit que les fêtes sont proches, les coffres de beaucoup de voitures sont bloqués entr'ouvert avec des bouts de papier pour laisser respirer les animaux vivants qui sont dedans et sur les toits des camionnettes, on voit des clôtures fabriqués a main pour pouvoir transporter plus d'animaux. De temps en temps je dois éviter des animaux morts tombés du camion au sens propre du mot. La brume arrive et pour économiser ma batterie, je ne veux pas rouler en phare, tout simplement je décide de m'arrêter à la station de service de Settat ou je pose ma natte de sol isolante à coté de la bécane. Ma première nuit sous les étoiles dans désert, je l'avait imaginé plus romantique.

Photos du jour

A +

                                           Arno