Pour commencer je vais mettre quelques vieux souvenirs depuis le debut de l'année pour ratrapper temps réel en quelques jours:

31 mars 2009

Lundi matin, faire les bagages et on y va avec des emotions mixtes la bécane va elle tenir ferme? Une fois sur l'autoroute les inquiétudes s'en vont rapidement, le temps et sec et je fais la course assez amusant avec une centaine des porcins (pour eux c'était moins amusant sur leur dernière voyage). La première petite pause près de Hermeskeil et je continue direction Trèves et Luxembourg. Une ballade agréable sur des rues des campagne fluides un peu froid mais je me sent bien. A la frontière luxembourgoise on m'arrête plutôt par curiosité j'estime...j'ai de la chance que le pneu du side avec son profil casi zero n'a qu'une exhortation comme conséquence. A Luxembourg c'est de la ballade agréable dams une belle paysage, seulement le vent glacial freine un peu mon enthousiasme pendant le pique nique et la moto s'il vient de devant. De temps en temps j'aimerais d' avoir une vitesse en plus la troisième je dois tourner jusque au limiteur pour avoir du couple en quatrième. Mais la joie revient vite fait en faisant le plein avec les prix des Luxembourg. Je continue a travers de la Belgique sur des chemins qui s'appellent „route nationales et autoroutes“ des pistes fixées en beton avec le sidecar on peut choisir entre montagne ou vallée et il faut éviter les plaque d'égout. Passant Namur la pluie commence froid et humide. Arrivé a Bruxelles l'orientation n'est pas facile (pourquoi il n'y a pas les noms des rues sur les coins?) mais les conducteurs belges sont a mon avis prévenant et aimable pou une grande ville (peut être mon statut éxotique n'est pas pour rien). Arrivé bien vers 15:30 heures je décharge la moto m'enregistre change les vêtements et fais un petite tour en ville. J'y trouve beaucoup des contrastes: la vielle gloire, péchés architecturales , ruines et des la architecture moderne en mélange sauvage...et partout des traces de la culture -BD, interessant et plus relax que Paris.

Le prochain jour la conférence Aquaterre (http://www.aquaterre.info/) très concentrée vraiment intéressant avec des participants très motivés des pays et disciplines différentes. C'était une expérience enrichissante et en sortant j'ai pu voir le chargement du chauffage avec des pellets de bois on voit la conséquence des faits. Après une petite ronde en ville, viste du musée du cacao, retour a l'hôtel (j'ai doublé la moyenne d'âge; (http://www.hostelbookers.com/hostels/belgium/brussels/7722/) et après un repas avec d'échange d'idées, vraiment motivant.

Au retour je voulais prendre un photo avec l'Atomium comme preuve. Après 15 minutes la pluie froide commence, je perds mon chemin vois l'Atomium de loin d'une bretelle d'accès à l'autoroute et arrive sur le parking du centre du congrès (4.-€) tous les vues sont bloquées par des panneaux stratifiés et la seule chose visible est l'entre d'une exposition des accessoires de sécurité. Affaibli j'abandonne commence mon retour dans la pluie froide. Près de Namur la première pause pour me réchauffer, au moment ou je commande mon café au lait le soleil sort entre les nuages. Sortant de la station je vois du coin de l'œil qu'il fallait nettoyer la tache d'eau que j'ai laissé. Je continue a environ 85 km/h sur l'autoroute a cette vitesse le moteur tourne bien rond. Mais cela s'arrête dans les pentes des Ardennes un jeu entre gagner la vitesse en descendant et essayant de arriver en haut avant de crever. Je commence a geler je ne sent plus mes doigts et pas de stop en vue. Enfin un Café Routier, buvant deux cafés avec des doigts raides c'est la poisse autre fois dès que j'entre quelque part le soleil sort. Continuation a travers Bastogne direction Luxembourg, un peu de neige tombe restes sur la route changement de temps tous les 10 minutes. Maintenant il y a du neiges a coté des routes. Quand je m'arrête pour prendre un photo je me rends compte que l'attache du graisseur de chaîne s'est tourné un peu. C'est reglé dans 5 minutes et va rester le seule „problème“ du voyage. Le retour en traversant Luxembourg c'est encore une balade décontractée sur routes agréables, couronné par un plein pas cher. Après ca devient froid, très froid et pas d'arrêt en vue. Le Hunsrück est un pais de merveilles d'hiver, j'accélère pour arriver vite. Totalement gelé j'arrive chez ma filleule a Kusel. Avec une „première aide“ avec un sèche-cheveux du cacao et des spaghetti ca va mieux. Au dernière étape je déconne un peu, sur une longue descente j'ouvre le gaz a fond .... et j'arrive a avoir trois chiffres sur le compteur ca donne pas mal des vibrations ne pas a faire tous les jours. En totale une belle aventure dans mon train train quotidien et ca avec une consommation autour de 3,5 l / 100 km. Et le premier test pour nouvelles idées.

Images sur: http://www.flickr.com/photos/30586388@N03/sets/72157616026645144/

A + Arno